Osungu Odimba

Sur l´autel élevé de nos rêves inachevés

Ô Zakumba, un enfant preux et vaillant,

D´âme fidèle et de cœur ampli du sang

  Serein et pur de sève brûlante de liberté,

Est venu dans tes bras clos, mère aimée,

   Graver ta chair chaude de son nom priant.

  Entends-tu, guerrier du vent et des temps

     Ce chant rythmé aux tambours déchaînés ?

      Et monter de l´horizon d´attentes assoiffées,

  Le sourd grondement des feux survivants

Que l´orage contrainte des vœux déments

      N´a brisé de ferveur nos désirs indomptés ?

   

   Mères, sœurs, enfants que deuil de visage

        Angoissé, meurtri, étreint ; ouvrez vos cœurs

       Pour donner à cette âme pure son vrai gage :

         Doux baiser attendri au martyr de l´horreur.

        Patrie, terre généreuse au long souffle doué,

        Panse ses blessures, essuie larmes de rang ;

         Au jardin éternel où fleurissent nos Partisans,

         Daigne lui offrir le fier soleil du repos mérité.

                                                   Musengeshi  K.