A Le Troll.

Ami Le Troll,

Et pourtant, nous avons bien une terre commune ! Et si certains faussent et jonchent l´histoire humaine de crimes interminables ; non seulement ils causent des préjudices irréparables aux victimes, mais ils se gardent aussi bien sournoisement de répondre de leurs méfaits en cachant et en maquillant la vérité parce qu´ils sont ou au pouvoir, ou couverts par quelques douteuses institutions. Et cette injustice latente et souterraine est soutenue et portée dans le temps et l´espace par des méthodes, des systèmes d´exploitation de biens, de personnes, de privilèges mal acquis ; ce qui perpétue le mal, les souffrances et les inégalités dans lesquelles nagent et étouffent les pauvres opprimés et leurs descendants.

Ami Le Troll, connaître la vérité et la réparer comme tu l´entends est inévitable si on veut rendre justice aux déshérités, à tous ceux qui ont été lésés ; et même rétablir l´histoire dans sa lucidité et son équité est important. Mais ne faut-il pas aussi sermonner, inciter le criminel à changer de fusil d´épaule ? Ne faut-il pas imposer, prévaloir une vision de la coexistence, de la norme internationale, d´un système de valeurs rejetant l´ordre barbare et confirmant l´ordre éthique nouveau ?

Sans cela, les loups, les rats ; ils vont se trouver de nouvelles victimes, de nouveaux trous pour ronger le précieux fromage de la communauté humaine. Et comme tu le sais si bien, ils ne se présenteront pas volontairement au cadi pour exiger leurs peines, mais feront tout pour y échapper en employant, comme toujours : la corruption, le crime, la fausseté, l´influence. Nous nous retrouverions au début, de nouveau repoussés dans l´ère barbare, esclavagiste et colonialiste. Sans morale et éthique respectant les lois et les valeurs universelle, ce sera Homo homuni lupus, c´est bien connu.

Cette discussion, n´est pas stérile, comme tu le dis ; bien au contraire. A moins que ce ne soit toi qui n´en perçoive pas la réelle portée. C´est certes l´articulation d´une révolte, mais c´est aussi le cri réclamant justice et retour à des valeurs saines, justes et équitables.

Crois-tu vraiment que l´histoire actuelle de la caricature de Mahomet soit réellement la cause des vandalismes dans les pays islamiques ? Si tu le crois, tu es bien naïf. Ces contestations ont été organisées pour répondre notamment à la guerre d´Irak, aux pressions faites sur les palestiniens, aux iraniens afin qu´il rejettent leur souveraineté et se soumettent à l´occident dans leur plans énergétiques nucléaires. Une contestation, en fait contre le sentiment d´être préjudicié constamment. Parce que, soyons franc : l´occident à qui se soumet-elle ? Ni à Dieu, ni aux 10 commandements, ni à l´ONU. Et l´ordre financier international est son bras droit. N´est-elle pas devenue la mesure, les principes et les intérêts de la norme internationale qui n´appartient plus qu´à elle ? Cette dictature se réclamant de la démocratie et du libéralisme n´est-elle pas une hérésie ?

Et cependant, l´islam qui a été tout aussi criminelle que le christianisme occidental ; il suffit d´aller voir ce que ces muezzins chahutant et ces mullahs bornés ont fait subir à l´Afrique en 1000 ans pour en vomir abondamment. Et si ceux-ci impliquent et conditionnent le monde à distance en l´obligeant à respecter l´interdit d´image de leur prophète, ils pêchent par intolérance ; ce droit, ils ne peuvent le réclamer que de musulmans, pas des autres. Si l´occident ou le monde libre se laisse faire, il entérine par là même l´absolutisme et le totalitarisme des mullahs et d´une religion qui ne prend pas la peine de s´émanciper et s´ouvrir à une plus grande philosophie de la coexistence et de la liberté. 

On dit qu´on ne peut pas à la fois être au four et au moulin. L´occident et son christianisme racial et aux mains ensanglantées sont tout autant totalitaristes et faussement pacifique ou humanitaire. En trompant et en dévoyant le monde entier vers ses intérêts exclusifs et particuliers d´hégémonie et de colonialisme ; elle ne nous concède des droits, des libertés que dans la mesure où ceux-ci concourent à ses ambitions de domination culturelle, économique, financière. Les femmes se déshabillent, la prostitution est légalisée, l´homosexualité reconnue, et pire, élevée à une institution maritale. Tout est mis en œuvre pour abrutir et distraire du principal en

ouvrant aux bas instincts les portes de la légalité pour empêcher les gens, comme le disait Plagnol, de s´occuper de ce qui les regardent. Et pendant que le peuple succombe dans la futilité et l´orgie des sens, il en oublie que le chômage bat son plein, que l´Etat et l´avenir de ses enfants sont endettés pour des siècles et que sa pension à lui qui a travaillé toute sa vie active, sera maigre et le logera à la misère.  Et bien de gens de bonne foi ferment les yeux devant les crimes militaires, financiers, commerciaux commis par des entrepreneurs véreux à la périphérie exsangue et affaiblie.   

Et ça, ce n´est en aucun cas ni liberté, ni démocratie. Tout au plus la liberté d´être un sujet du maître occidental qui ne lui réserve rien de bon. Faut pas fermer les yeux, mon ami ; l´avenir est bien aigre quand le capitaliste est en recul de croissance, et c´est bien la preuve que c´est lui d´abord et les autres…eh bien, ils dépendent de lui tout simplement.

Il ne faudrait pas croire que l´existence pour tout autre qu´un blanc consisterait à porter haut le drapeau de la démocratie vide, du capitalisme exclusif, de la liberté de soumission, de la foi en un Dieu blanc légitimant et avalisant l´esclavage, la destruction de cultures indiennes, africaines…pendant que ces derniers seraient escroqués, confinés dans le chômage, acculés à la pauvreté, au racisme, à la discrimination, bombardés à loisir…et ils devraient accepter ce sort avec joie et enchantement ?

Le grand Simoni Kimbangu disait : « Dieu existe. Ô combien grand est son amour, sa générosité, sa pureté morale et éthique ; mais ce n´est pas un Dieu de crime, d´abus et d´interdit. Son serment de liberté et de réalisation est notre foi la plus brûlante »

Patrice Lumumba, son héritier testamentaire politique, lui, coupait court : « Entre la liberté et l´esclavage, il n´y a pas de compromis »    

Ami Le Troll, nous sommes arrivés à l´impasse du diable : le point de non retour. Ou les salauds font demi tour, retrouve le bon sens, et nous changeons ce monde pour lui rendre un réel visage de justice, d´équité, et de valeurs louables et nobles ; ou nous sombrons dans le chao et l´anarchie de la loi du plus fort, du plus fourbe, du sans éthique, sans morale et sans mœurs. Il faudra choisir. Ce monde, cependant appartient à tous, pas seulement à la race blanche ! C´est donc qu´elle doit elle aussi apprendre à faire des concessions fondamentales, et ne pas croire que ce bout de planète est son portefeuille personnel, sa chasse gardée ou son étang privé de poissons. Erreur que tout cela. Abus de pouvoir et folie des grandeurs.

Le bien, en tant que valeur morale, éthique et fondement social ; ami Le Troll, est une valeur incessible à toute société, à toute civilisation, à toute culture humaine. Et l´injure et l´ignominie qui lui est faite en ce moment n´est plus supportable car elle nous mène non seulement à la dépravation des mœurs, mais elle ruine aussi notre conscience et nos vertus les plus belles. Que vaut donc la démocratie dans le chômage impénitent qui ravage l´occident ? Que vaut donc la paix lorsqu´on bombarde, assassine et contraint à la guerre des peuples innocents ? Que vaut donc la justice si des criminels de droit commun peuvent se cacher derrière des prétextes fallacieux de gouvernements pernicieux ou de notions de droit des gens gratuits et volontaires ? Faux et usage de faux est devenue monnaie courante. Milosevic, Saddam Hussein ont été remis et/ou traduit en justice, mais n´a-t-on pas oublié le secrétaire d´Etat à la défense Henry Kissinger, par exemple pour avoir fait bombarder Hanoi, lors de la guerre du Vietnam, alors que le traité de paix avait déjà été signé entre les américains et les vietnamiens, occasionnant ainsi plus d´un million de victimes civiles vietnamiennes inutiles et gratuites ? N´a-t-on pas oublié Colin Powell pour ses mensonges devant l´Onu ; mensonges qui ont déclanché l´agression américaine du peuple irakien sous de fausses preuves ? Et si ce même Powell se mettait à s´excuser sournoisement, on se rappellera que ce fut ce même capitaine Powell qui insinua et déclancha avec un subterfuge analogue la guerre du Vietnam.

Et à propos de bombe atomique, pourquoi Israël a-t-il le droit de collectionner ces engins massifs de mort, pendant que ses voisins immédiats y sont interdits ? El Baradai ferait bien d´aller y faire inspection, parce que Mordechai Vanunu, un savant atomique israélien a affirmé qu´en 1985, Israël possédait déjà plus de 100 bombes atomiques !

Et pour ces indiscrétions, il fut condamné à 12 ans de prison.

Voilà, ami le Troll, le monde dans lequel nous vivons : un monde faux, sale, pourri d´intérêts douteux .

Un monde où l´inversion des valeurs, le faux et la perversion de la vérité est devenue monnaie courante. Ni l´esclavage, ni la colonisation criminelle, ni l´exploitation économique, financière inhumaine organisée n´est ni réparée, ni valablement endiguée, ce qui fait croire aux malfaiteurs et aux esprit retors et délinquants, que c´est le monde dans lequel nous voulons vivre,  élever nos enfants. Ou que ce monde serait l´idéal de tous. Loin de là. Et si tu dis que cette discussion est stérile, j´oserai croire que tu n´a pas accès à l´importance, à la valeur du bien comme fondement existentiel ; ce ne peut être qu´un malentendu. Le bien, le respect de l´éthique ou de la morale humaine est le fondement le plus profond de toutes nos institutions de tout rapport humain, de toute politique sincère de coexistence pacifique. Cette conviction, je la tiens de trois de mes grands maîtres : la belle et courageuse Kimpa Mvita, le grand prophète Simoni Kimbangu, et le brillant et téméraire homme d´Etat Patrice Lumumba.

Quand bien même certains essaieraient de contourner, de salir ou de corrompre cette valeur, elle est et reste l´idéal le plus précieux de toute société humaine civilisée. Et je pense bien que tu partages mon opinion. Parce que sinon je me demanderai sur quelles valeurs se fonde ta morale. Wendell Phillips (1811-1884) un abolitionniste américain blanc disait : « Eternel vigilance is the price of liberty. » Et je crois bien qu´il a, aujourd´hui encore, entièrement raison.

Bien à toi,

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com