Lettre ouverte aux participants à la conférence

sur le grand Simoni Kimbangu

Eminence, Honorables invités, membres témoignant ; le Kimbanguisme n´est pas une religion ordinaire, et son maître à penser et prophète, le grand Simoni Kimbangu encore moins.

Pour comprendre Dieu, ce qui n´est pas donné à tous, il faut une intelligence aiguisée, assidue et profonde. Il faut pousser l´esprit à aller à la rencontre de l´infini autant matériel qu´abstrait, dévoiler le détail infiniment petit, le transcender dans l´espace, le temps, la transformation des âges et y impliquer la créativité et les possibilités intentionnelles individuelles de la vie, ainsi que de leurs relativités. Saisir la relation qui existe entre la chose et l´esprit, entre la matière et la pensée, entre la vie et la mort, entre la valeur et le vide, entre le but et la finalité, entre le jour et la nuit, entre la fonction et l´identité…entre le bien et le mal, entre la jouissance et l´interdit, entre ce qui est et ce qui doit être, entre l´équilibre et le manque, entre la paix et la guerre, l´amitié et la haine…et reconnaître que la beauté et l´harmonie sont incessible à l´ordre sacré des choses, c´est entrer dans la foi.

Cet effort qui n´est alors que le début de la compréhension, le seuil du savoir et de la foi, est déjà, pour certains ardu ; beaucoup font des références intuitives, se contentent d´écouter leur cœur ou leurs raisons ou encore suivent l´exégèse de la phénoménologie des rapports existentiels, des usages, de l´expérience et de la connaissance humaine pour trouver leur chemin existentiel et se réaliser tant bien que mal en tant qu´être humain. Ce n´est pas un défaut que de suivre ce chemin, et cependant, la religion kimbanguiste, elle, met entre les mains du croyant un prière brûlante, tendre, chaude, vivante qui lui permette d´accéder à la lumière de la foi et de suivre le droit chemin.

L´homme dont vous allez découvrir la prophétie est un élu exceptionnel, un être de chair et de sang, mais qui par le choix que lui a légué Dieu à aimer, à guérir des maux et à partager la lutte et les tourments existentiels de son peuple, de tout homme de bonne foi, a, par la grandeur et la beauté de son âme, été élevé à la sanctification déictique ; fils aimé et envoyé choisi, il est devenu la voix de Dieu, sa prière la plus belle.

Sa vie, en grande partie passée dans une honteuse et ignoble détention, nous révèle son sacrifice sourd et révolté, mais aussi sa grandeur d´âme et un don exceptionnel

à porter le profond tourment légitime de son peuple, de tout être humain : le droit à la liberté et à la souveraine réalisation. Et sa mort humaine est pour tout croyant, pour tout être humain un acte de rédemption qui nous rappelle les devoirs que nous avons envers nous-mêmes, envers les autres, envers la foi.

La prière qu´il fera chaque jour jusqu´à sa mort est brûlante, faite de larmes, de révolte, mais c´est une prière chaude d´amour pour le bien, la beauté, l´harmonie et la paix de la vie humaine.

Eminence, honorables conférenciers libérez cet homme de ses chaînes, libérez cette âme chérie à la lumière de tous les hommes de bonne foi afin qu´elle retrouve sa paix méritée et l´amour inassouvi des siens. Nous avons compris. Il vivra éternellement dans nos cœurs.

En ma foi et conscience,

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com