Hégémonie, partialité et centralisme financier

Sur l´article du 02/14/06 sur afrikara:

Terreurs et Terrorismes : Produits fatals de l’Hégémonie occidentale globale ?

Ze Belinga écrit notamment dans une analyse que Réalisance qualifie de brillante :

…Les victimes du monde étouffent, se suicident, s’entre-égorgent du fait de l’imparable faux de l’hégémonie globale occidentale, mentalement et matériellement concentrationnaire, à laquelle elles peinent à apporter une réponse stable et satisfaisante. L’économie carnassière dite du libéralisme vide les pays pauvres de leurs ressources naturelles, culturelles et humaines et fait régner sans vergogne l’empire du manque pour la masse des déshérités, les esclaves modernes, contre l’opulence insolente du petit nombre. Ces victimes innocentes des prédations économiques et de la vassalisation des élites africaines, ne sont guère à l’abri d’une guerre dite ethnique, instrumentalisée par les preneurs de pétrole, de diamants, de cacao, de cuivre, les ajusteurs structurels qui jettent les faibles dans le désarroi des solutions perdues d’avance.

Le moyen le plus courant de la violence hégémonique occidentale en Afrique est le soutien, l’installation, le maintien, la restauration de régimes tortionnaires afro-occidentaux, obligés des puissances coloniales, qui sous-traitent une rare barbarie globale appliquée localement. L’élimination systémique des élites, Lumumba, Cabral, Um Nyobe, … œuvre des nations coloniales, a préformé le chemin pour une violence politique structurelle de long terme puisque le consensus politique, l’adhésion populaire avaient été tués dans l’œuf… Des milliers d’innocents étaient donc programmés pour périr, les structures politiques étant aux mains de félons habiles manœuvriers, ou d’une soldatesque frustre, tous impossibles gouvernants au sens propre, équitablement dénués de sens de l’état et de vision politique. Le cas du Togo, et le remplacement d’une figure de proue de la boucherie politique françafricaine par son fils avec l’appui de l’ancienne puissance coloniale, la France, au prix de milliers de morts, innocents citoyens, traduit une variante du règne de la force, des tueries d’état, de la décimation humaine par l’hégémonie occidentale globale. Résistants ou simples passants, par milliers ils sont happés par la loterie des victimes de l’univers de l’odieux.

Pourtant cette évidence élémentaire est poussée au dehors, expulsées de séjour dans les consciences occidentales, malgré un regain d’intérêt des mouvements alternatifs et de citoyenneté militante. L’hégémonie occidentale utilise les réactions marginales des battus, vaincus, dominés, exploités et pillés du quotidien pour distraire par l’émotion, décérébrer, abrutir collectivement ses citoyens par les dispendieux moyens de communication de masse que sont la radio, la télévision et ses images triées sur le volet, simulant un effet de réel. Cette structure de mensonges et de calomnies sociétaux, de manipulation, et fabrication d’une opinion contenue dans la volonté et le projet des puissants est la base solide de la continuation des prédations occidentales ; elles-mêmes laboratoires des réactions et résistances sporadiques, violentes, surtout sans aucun rapport de proportion avec les victimes civiles en Irak, en Afghanistan, en Palestine, en Afrique.

Lutter contre la terreur et les terrorismes, c’est naturellement lutter contre toutes les formes d’occupations, d’invasions, d’expropriation, de colonisations, de présences, de violences quels que soient les acteurs, auteurs, commanditaires de ces barbaries. C’est aussi reconnaître les victimes innocentes de la planète et l’origine des balles, des armes militaires, économiques, politiques sous lesquelles elles tombent. Sortir de cette déontologie est rédhibitoire, c’est accepter ou promouvoir l’imposition sans résistance, d’une hégémonie occidentale menée au nom de tous les Alliées objectifs par les USA, et poursuivie par les autres puissances à travers le monde. Ces terreurs nous somment de nous incliner devant toutes les victimes, civiles, militaires, humaines, du Caire au Cap, de Londres à Bagdad, de Côte d’Ivoire en Palestine… Sincèrement avec la ferme volonté de contribuer à la disparition d’un ordre d’endiguement et de régression ontologique de l’humain.

   

Notre commentaire

Ah, Ze; bel enfant...ce talent! 

Oui, compact et de belle eau, les mots disent, chantent et dessinent le vrai tourment des hommes de bonne foi. C´est pourquoi ceux qui ont compris doivent se mettre à l´oeuvre et préparer pour demain un bien meilleur monde que celui qui nous a fait voir des vertes et des pas mûres. D´un autre côté, méfions-nous de cet islamisme démoniaque qui, tout aussi hégémonique et absolutiste, ne se gêne pas à terroriser, à bombarder les innocents dans la grande tradition de l´hégémonisme occidental. Et n´oublions pas qu´en Afrique, pendant 8 siècles, ils castrèrent, prirent en esclavage et vendirent tous ceux qui ne voulaient pas se convertir à l´islam; ils détruisirent nos cultures et nos civilisations et leurs criminels pèlerins de la Mecque nous imposèrent un legs que le traditionalisme africain a aujourd´hui difficile à se débarrasser: la circoncision des femmes. A quelque chose la contestation de l´existence de Jésus Christ en Italie m´attriste: il va me manquer ce grand garçon aux yeux bleus et aux cheveux blonds. Ni l´histoire n´a connu meilleure cachette derrière son nom pour les grands criminels occidentaux de la terre, et ni la race noire n´a été pillée, vilipendée, détruite et privée de droits et de libertés que sous son nom. Oui, il va me manquer parce qu´en vérité, tous ces abus ont été fait sans son assentiment et sans son bon vouloir, car lui n´a jamais ni tué, ni pris en esclavage, ni torturé avec la bénédiction de la papauté. Oui, Ze; c´est le temps pour l´hégémonie occidentale de plier bagage: elle avait sa chance et elle l´a perdue en crimes et manque de vision globale de la liberté et de la réalisation humaine; elle a voulu être partiale, raciale, dominante sans équité et sans grandeur d´âme morale, éthique et sans ce romantisme impartial qui fait la fierté et le rêve sacré de tout être humain. A la poubelle! Et que la Chine monte au firmament de l´histoire. Mais plus de saloperie, n´est-ce pas, messieurs les chinois! Ou sinon, ce sera reparti pour une nouvelle lutte sans merci.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com