Condoleezza Rice en Egypte :

L'Egypte refuse d'isoler le Hamas, imposant une fin de non recevoir à Rice

Commentaire Réalisance du 27.02.2006 sur afrioo

La question est aussi : Israël respecte-t-il le droit et la souveraineté des autres pays alentour ?

Depuis combien d´années occupe-t-il des territoires qui n´étaient pas les siens ?

Il es toujours facile de faire des remontrances aux autres, d´exiger des garanties pour gagner du temps, pendant que soi même on cachait au monde entier qu´on avait discrètement acquis la bombe atomique, qu´on construisait des murs illégaux, et qu´on canardait illégalement les légitimes propriétaires de terres mal acquises.

Cette histoire avec le Hamas est non seulement la preuve de normisation des pays étrangers au bon vouloir et aux intérêts occidentaux, mais aussi de la fourberie américaine car tout le monde sait en ce qui concerne Israël que Mordechai Vanunu, un savant nucléaire israélien a été enlevé par la Mossad à Londres en 1986 et condamné à 18 ans de prison pour avoir dévoilé qu´israélien possédait à cette époque 100 bombes atomiques. Et si cobra Rice défendait l´Etat d´Israël en arguant que ce pays avait toujours déclaré qu´il ne possédait pas de bombe atomique, pourquoi Mordechai Vanunu a-t-il été condamné ? Peut-être pour avoir révélé que le sol israélien n´avait pas d´eau et qu´ils pompaient chaque jour le riche nectar des territoires palestiniens occupés ? Non, n´est-ce pas ; quoiqu´on compris l´angoisse qu´éprouvaient ces envahisseurs le jour de remise…cette soif, hein !

Le conseil de sécurité et ses aveugles devraient se donner la peine de vérifier tout cela, plutôt que de donner patte planche depuis à Israël, pendant qu´ils empêchent l´Iran de devenir une légitime puissance atomique. Il semble qu´Israël soit le seul pays au monde qui soit exempt de contrôle ou de pression internationale. N´est-ce pas curieux? D´autre part, dans cette affaire Hamas, on voit combien vaut une démocratie qui ne réponde pas à la volonté du Saint Père américain: on veut à tout prix la détruire, l´abâtardir en lui imposant une politique pour laquelle elle n´a pas été élue. Or la démocratie, c´est avant tout respecter les intentions, les intérêts et les voix de ses électeurs. L´Afrique devrait cesser de jouer le sous fifre, le mendiant éternel ou la cinquième roue à la charrue occidentale. Ce système monétaire international, s´il ne respecte pas notre droit légitime à la libre réalisation et à la souveraineté monétaire et financière, nous devons avoir le courage de le quitter et d´envisager un système qui rendent justice à l´avenir de nos femmes et de nos enfants. Il est intolérable et criminel qu´après avoir fait l´esclavage cruel, la colonisation aliénante et sociohistorique destructive, ce monde capitaliste blanc nous impose de livrer nos matières premières à leurs prix et d´être dépendant de leur économie et de leur humeur ou de leurs intérêts étroits. Malcolm X disait: "Sitting at the table doesn´t make you a diner, unless you eat what´s on that plate".

Le gracieux serpent noir de Washington a fait des remontrances à l´Egypte, estimant que celle-ci ne « démocratisait »  pas assez  radicalement, et a employé une allusion selon laquelle l´Egypte pourrait devenir la plus grande puissance de la région et qu´elle en avait le potentiel. L´appât lancé aux égyptiens inscrits à la mendicité du riz et du dollar américain, et qui rêvaient de fausse grandeur islamique aussi assoiffée que le désert du Sahara. On y entrait, certes ; mais pour en sortir, il fallait autre chose que vivre du tourisme du nu. Il fallait être capable de grandeur créative et faire resplendir autour de soi un savoir de réalisation critique et d´harmonie qui dépassait l´étroitesse et le rituel intolérant et totalitaire du coran. Ais comment sortir de l´ombre envahissante de cette religion et l´emprise bornée de ses mullahs ? Par la patience ?

Pour qui jouait le temps en Egypte, pour les progressistes ou pour les islamistes de la charia et de l´Etat islamique totalitaire ? Le temps…ce dur arbitre.

On le voit, ces américains quand on les connaît, ne sont rien d´autres que de grands  entremetteurs qui ne lésinaient pas sur les moyens pour continuer à dominer le monde et à lui servir une politique douteuse d´hégémonie occidentale et de capitalisme partial et centralisé autour de leurs intérêts étroits. Et cependant, N´importe quel être, quelle race sur cette terre a droit à la libre et souveraine réalisation ; nous aussi nous avons de beaux enfants et de belles femmes qui ont un droit légitime à la réalisation de leurs rêves, de leurs désirs, de leurs attentes; pas seulement l´homme blanc. Qu´on se le dise!

Musengeshi Katata.

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com