L incidence du chômage,

de l´endettement et de la crise

économique occidentale:

Ce rapport infamant et plutôt douteux.

J´aurai attendu, j´ai espéré que quelqu´un parmi mes lecteurs fasse la relation qui existe entre le bas blessant occidental et l´Afrique, hélas; peine perdue, et parfois je me dis: qu´est-ce qui se passe ? Les gens ne savent-il plus faire de bêtes rapprochements, ou le malus du système, celui qui norme les gens dans leurs opinions et leurs jugements les empêchant ainsi de rester objectifs ou de juger objectivement les choses, est parvenu à ronger la dernière parcelle rationnelle indépendante qui animait l´intellectuel ou celui qui se croit comme tel? Toujours est-il que dans l´histoire, lorsque l´Europe souffrait d´un manque, il est allé chercher la solution en Afrique, ou ailleurs. La preuve: l´esclavage pour la main d´oeuvre qui lui manquait pour son accumulation, et après 400 ans d´immonde criminalité, acculé par le manque évident de matières premières et de clients pour son industrie, elle revint et imposa la colonisation. Et la francafrique, l´ordre monétaire international partial et totalitaire, tout ce système injurieux n´a pour but que de privilégier le monde occidental économique, industriel et financier dans son hégémonisme totalitaire et racial.

En clair: lorsque l´Europe arrive à l´impasse de ses absurdités, c´est le tiers monde qui doit en pâtir, et particulièrement l´Afrique. Ce chômage, pour peu insignifiant qu´on veuille le faire passer, est une impasse symbolique incroyable pour la médiocrité du système sociohistorique occidental, parce qu´il prouve non seulement que ces gens n´ont rien appris, mais qu´ils répètent les mêmes erreurs que jadis, lorsqu´ils durent larguer leurs pauvres et leurs prisonniers criminels en Amérique, en Australie ou en Afrique du Sud notamment. Et le pire, c´est que ceux qui paient en ce moment les pots cassés, ce sont tous ceux qui croyaient aveuglément en ce système, à savoir: les pensionnaires, les chômeurs, et ceux qu´on oblige à entretenir un moloch aux fondements faux et aux perspectives bornées et sans issue: les africains. Un système qui, comme le sanguinaire Dracula, pour survivre, doit boire le sang des autres, les piller, les violenter, et vendre des fausses valeurs pour monnaie sonnante.

Personne ne le voit? Pas possible! Que font donc les professeurs d´université, que diable? Que fais donc cette élite dont on dit qu´elle est géniale et créative? Leur génialité ne brille que lorsqu´il s´agit de faire l´esclavage, la colonisation ou de piller le monde entier, ou ils savent aussi mettre sur pied un système sociohistorique qui vive de ses propres substances? Voilà une des grandes médiocrité occidentale: vivre aux dépends des autres et parler alors à voix suffisante et sournoise: "c´est la liberté, c´est la démocratie!" Quoi, vivre aux dépends des autres, ne pas être capable de résoudre ses problèmes soi-même ; depuis quand cela serait-il liberté, indépendance ou démocratie ?

Que ce soit en Allemagne, en France, aux Etats-Unis, et même au Canada les caisses d´assurances sociales et de pension sont en banqueroute, déficitaires; que dira-t-on dans quelques années à ceux qui avaient épargné et payé leurs redevances rubis sur ongle dans quelques années? Oh, pardon, il n´y a plus un rond, tire ton plan ? Personne ne voit-il que ce chômage est à ce point cruel qu´il empêche de résoudre ce problème maintenant et dans l´avenir ? Et que la corruption à l´exportation, malgré les ventes d´armes et les entretiens de guerres périphériques et de rébellions sanglantes et inhumaines ; les riches devenaient de plus en plus riches, tandis que les pauvres étaient privés de réalisation par le travail ?

La France se jetaient au moyen Orient, Georges Bush enlevait sa culotte devant les indiens auxquels pendant 30 ans son pays avait refusé de reconnaître la liberté atomique : il venait leur proposer de leur vendre sa technologie, et par la même occasion quelques avions de guerre et des hélicoptères de combat. Vendre à tout prix. Et si l´Inde n´existait pas, que diable, que ferait-on ? Ne voit-on pas l´absurdité de ce système qui ne vit et ne se maintient que par les autres, ceux qui devaient avaler surproductions et excès militaires ?

Pour l´Allemagne, c´était encore pire : elle était la première nation exportatrice du monde, et pourtant, elle était non seulement endettée de 1465 milliards €, mais elle traînait aussi un pied lourd avec 12% de chômeurs, une assurance sociale en banqueroute et une natalité dégressive. Personne ne voit vraiment où tout cela mène ? 

Eh bien...faut vraiment être borné et aveugle! Shakespeare disait à raison: "la forêt empêche souvent de voir l´arbre". Et comment ! Quand je pense que tous ces gens allèrent en Afrique massacrer et se faire traiter de seigneur de la création…Dieu humble et miséricordieux ! Cette prétention !

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu. 

munkodinkonko@aol.com