Le Duel T Booker, Du Bois.

Son importance pour nous. 

Ce qui est intéressant dans la vie de T. Booker, c´est son caractère ferme et décidé qui prouve que malgré les conditions misérables réservées aux noirs, il y avait, avec beaucoup de volonté et de courage, le moyen de souffrir de s´instruire. Ce qui ne laisse par ailleurs aucun pardon aux idiots et aux analphabètes, ni hier, ni aujourd´hui. Il suffit souvent de se donner la peine de vouloir, plutôt que comme beaucoup d´africain en ont pris l´habitude, hélas: d´attendre qu´on leur livre la liberté, le progrès et la science en article de consommation de prêt à porter, de prêt à penser, de prêt à réfléchir.

L´autre grand aspect de cette vie exigeante, est le conflit qui l´opposa à W.E.B du Bois, le premier professeur noir de toute l´histoire humaine. Notons qu´il rendit son passeport américain et se rendit au Ghana où il mourut. Il était, en effet un grand admirateur de Kwame Nkrumah.

Mais ne nous égarons pas, ces deux personnalités: Du Bois et T. Booker vont ouvrir un débat dont beaucoup ne saisiront pas la portée réelle: celle du contenu de valeurs de l´éducation à offrir aux noirs américains. Ce débat, que beaucoup de faux penseurs et de faux commentateurs osent commenter ou critiquer ou même de prendre parti pour qui que ce soit, sans au préalable avoir compris de l´enjeu impérieux inavoué à l´époque parce que interdit et impensable pour l´homme noir: la liberté. Pour éduquer son peuple, sa nation, il faut lui offrir des valeurs qui ouvrent sur toutes ses espérances, sur toutes ses attentes et sur la réalisation possible de ses rêves. Mais qu´en est-il si, comme aux Etats-Unis, si la liberté, pour l´homme noir, ne signifiait que soumission et aliénation à la toute puissance de l´esprit blanc? Ce que ce débat ne révèle que dans ses lignes et dans ses silences est la poignante question: comment arrive-t-on à enseigner la liberté et son amour à quelqu´un d´enchaîné sans éveiller la colère du maître. Existe-t-il une liberté couchante, conforme à la volonté de soumission et de discrimination ? Ou tout cela n´était qu´une impasse, un faux philosophique parce que la liberté ne tolère, dans sa conception réelle, aucune soumission et aucune discrimination. Et bien plus loin, la portée réelle de cette liberté: comment pourrait-on en exercer la volonté si la société, elle, était la prétention et la domination d´une race, c´est à dire sa réelle négation?

On comprend dès lors que Du Bois ai quitté l´Amérique pour toujours, parce qu´il était arrivé à la conclusion qu´aux Etats-Unis, le noir, même libéré ou reconnu, serait toujours condamné de vivre sous le joug du pouvoir blanc, et de par sa minorité, et de par tous les effets secondaires de l´esclavage et de la discrimination qui agissaient et se prolongeaient inévitablement aux travers des temps.

L´ouragan katrina lui a donné raison, ainsi par ailleurs que Michael Moore dans «Stupid white men » (chapitre 4). Malgré les montres en diamants, le sexisme musical ou les millionnaires du basket-ball, de l´athlétisme...etc, les noirs sont toujours au plus bas de l´échelle sociale. Même les portoricains ou les chinois arrivés sur ce continent après eux les ont surpassé. N´est-ce pas curieux ?

La question qui vient de suite à propos est l´homme noir est-il si borné et ignorant ou le Pouvoir Blanc, systématiquement étouffe la race noire parce que la liberté réelle de celle-ci signifierait la fin de la domination et de l´hégémonie Blanche sur le monde. Je pense en toute conscience que c´est le cas, et si les américains noirs ne l´ont pas encore compris, c´est qu´en réalité ils sont enclavés, et intelligemment manipulés. Mais ne voit-on pas en Afrique ce que, par exemple, la France, sous sa honteuse politique de francafrique perpétue et avilit ? Le tout avec des maximes nationales tels que : liberté, égalité, fraternité; ou encore: les droits de l´homme ? Mais saviez-vous que le premier négrier français s´appelait ainsi : les droit de l´homme ? La France, elle, n´a pas changé; seules les illusions de mauvais rêveurs ont changé. Gare au réveil, les mains et les pieds peuvent déjà être enchaînées !

L´Afrique, pour sortir de son marasme et de son aliénation mental et culturel, doit se donner la peine de résoudre par exemple ce débat philosophique. Je vous propose, pour ceux qui s´y intéresse de lire les extraits du roman : Les Cercles Vicieux sur ce blog.

Prenez patience dans ce roman, vous allez être surpris, je peux vous l´assurer. Il va au fond du problème. Bien au fond du mal, et cela le plus ouvertement et le plus franchement que possible. Trop franchement pour certains éditeurs français. Mais quand on les voit publier: on ne naît pas noir, on le devient, on se demande si cette intelligentsia française qui fit l´esclavage et la colonisation et aujourd´hui cautionnait la francafrique a seulement compris ce qu´elle avait fait supporter à "liberté, égalité, fraternité"?  

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

Post-scriptum :     Tuskegee, vous rappelez-vous ? 

J´ai tenu à vous proposer ce commentaire pas seulement par son importance, mais par un rapprochement particulier : la fameuse Tuskegee fabrique intellectuelle qui avait donné le jour à bien d´intellectuels noirs américains, fut aussi, pendant la deuxième guerre mondiale l´origine d´une escadrille de chasseurs bien connue. La première et la seule escadrille de pilotes noirs américains. On leur fit subir et sentir, par les blancs qu´ils étaient des incapables et que d´ils voulaient défendre leur pays, ils feraient mieux d´aller en brousse, en Afrique. Mais ils tinrent le coup et servirent en Italie. Aucune des escadrilles de bombardiers placés sous leur protection ne subit de perte.

Ce qui m´a choqué entre autre, c´est que pendant que T.Booker faisait le beau et jouait le nègre arrivé et confiant en l´homme blanc aveuglément, et qu´une bravoureuse escadrille de Tuskegee se distinguait, ces blancs firent des essais de syphilis sur la ville et infectèrent « officiellement 399 noirs » pour des raisons de recherche de 1942 à 1972. Ma question aujourd´hui est : Le choix de Tuskegee pour cet abominable et illégale entreprise, était-elle du simple hasard ?  Je ne le crois pas.

Et je suis persuadé que ceci avait, suite au fameux fond organisé par les hommes d´affaires et les intellectuels noirs de Tuskegee qui investirent dans l´éducation et l´instruction de leurs enfants, ce qui éveilla, de la part des américains blancs une sorte de sournoiserie criminelle ayant pour but de rabaisser ces noirs, de les détruire traîtreusement. Comme avec le sida et l´anthrax en Afrique du Sud et au zimbabwe.

Sur l´ Anthrax, une remarque : l´Afrique du Sud de l´Apartheid était parvenue grâce à l´aide confraternelle des laboratoires de Portland (GB) à créer 45 sortes spécifiques qui ne s´attaquaient qu´aux gens de couleur, les noirs en somme. (voir Les Cercles Vicieux). Ils en firent un généreux usage et le livrèrent à Ian Smith (Rhodésie) qui de son côté empoisonna les eaux et le bétail des combattants de Mugabe. Vous comprenez maintenant la hargne de Mugabe ?

Les bactéries nécessaires à la culture et à la fabrication de ces anthrax furent notamment livrées par la France, les Etats-Unis, Israël, l´Angleterre. L´Allemagne s´abstint.

Comme le monde est petit, n´est ce pas ? Et sournois, méchant et fourbe.

Lorsqu´on entendait aujourd´hui tous ces malfaiteurs historiques parler de liberté, de démocratie, d´humanisme…que faut-il donc penser ? Des anges ou des démons ? Des anges sûrement pas.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com