L´Iran doit-il abandonner ses ambitions atomiques ?

                                                            « Etre homme, c´est précisément être responsable »

                                                                                                                       A.     de Saint Exupéry

L´occident fait une forte pression pour « convaincre » les autorités de Téhéran de ne pas devenir indépendant quant à l´enrichissement de l´uranium, parce qu´elle pourrait déboucher sur une puissance atomique que les plans géopolitiques occidentaux au Moyen Orient mettraient à mal. Centrales atomiques et énergie nucléaire, d´accord ; mais enrichissement iranien de l´uranium à domicile, cela n´emballe pas les occidentaux. Leurs plans qui prévoyaient une hégémonie régionale d´Israël se sont toujours butés à la protestation de tous les pays de la région, notamment l´Egypte, le Liban, les Palestiniens, l´Irak, la Syrie, l´Iran, la Jordanie.

Les israéliens, il faut bien le reconnaître, avec l´occupation des territoires palestiniens, et un sensible complexe de supériorité militaire qu´ils exerçaient plutôt colonialement que d´une façon modérée et conciliatrice, leur a valu l´animosité de leurs voisins arabes. Toute l´histoire de cette région pétrolifère et stratégique du Canal de Suez, est bien le résultat de la création de l´Etat d´Israël (14 mai 1948) auquel la communauté internationale agissante de la fin de la 2ième guerre mondiale se sentit obligée en souvenir de l´Holocauste d´une part, et de l´autre l´abandon ou l´oubli de reconnaissance dans laquelle on brusqua les palestiniens. Le tout envenimé par la guerre de Kippour qui opposa l´Egypte et la Syrie d´une part à l´Israël, d´autre part en1973.

L´Egypte fit la paix avec Israël (Paix de Camp David du 17 septembre 1978) et récupéra le Sinaï et reçut des concessions militaires israélienne en échange du libre passage sur Suez et Tiran. La ligue arabe reprochera cependant à El Sadate d´avoir négligé les revendications palestiniennes et exclura l´Egypte de 1979 à 1989 de son sein.

Toute l´histoire de cette région semble avoir été posée d´une part par ses réserves pétrolifères énormes que par la reconnaissance de l´Etat d´Israël et la non reconnaissance de l´Etat Palestinien. L´un semble lentement prendre gestation après une longue et meurtrière Intifada, tandis qu´Israël, l´allié privilégié de l´occident en mal de réparation et profitant de cette alliance pour imposer une tour de Babel dans la région afin d´asseoir don hégémonie et protéger ses intérêts pétroliers, devenait imposante et militairement dominant.

Toutes ces raisons et ce malaise actuel, s´est mué autour de fausses promesses britannique pendant la colonisation Irakienne et koweitienne, la vile cure de frontières autoritaires anglaises a créé un climat séparatiste, suspicieux. Notons que la Turquie aujourd´hui candidate à l´Union Européenne s´est, dans la passé illustré par l´assassinat honteux de deux tiers de la population arménienne (1914-1915) et ne semble pas encore avoir trouvé le chemin du dialogue constructif avec les kurdes.

Tout ce désordre d´intérêt et d´enjeu de pouvoir a réveillé le sentiment d´indépendance et de souveraineté de l´Iran qui, après l´invasion illégale des américains en Irak, se voit en danger et force son développement et son armement. L´équilibre rompu au Proche Orient d´un côté et au Moyen Orient de l´autre ne peut réellement s´établir que si l´Etat Palestinien était reconnu et qu´Israël s´intégrait dans la géopolitique de la région au lieu de jouer le solitaire et le prince élu de l´occident omnipotent chez les arabes.

Depuis qu´Israël sait que sa population arabe va engloutir sa partie juive, elle devient plus conciliante et se rend compte qu´elle est en devoir de se rapprocher des arabes. Mais ce n´est pas en les molestant chaque jour, en les canardant, ou en les méprisant par des murs ou des invasions militaires qu´on se fait des amis. D´autre part, les palestiniens doivent apprendre à défendre leurs droits autrement que par la négation de l´autre. Mais comment le faire autrement lorsque celui-ci ne vous reconnaît pas et se croit tout permis parce qu´il est soutenu par l´occident ?

Dans cette histoire, il ne faut pas oublier que ce ne sont pas les arabes qui ont fait l´Holocauste, et qu´il serait temps qu´on cesse de leur faire porter injustement la faute.

Dans ce contexte, l´Iran veut enrichir son uranium à domicile et accordons-le lui, se propulser dans l´ère atomique. Elle en a le droit et sa démarche, même si elle devait aboutir sur une ou des bombes atomiques, est légitime et fondée. L´Amérique a des bombes atomiques, la France, l´Angleterre, la Chine, Le Pakistan, Israël…pourquoi pas l´Iran ? Vouloir l´empêcher, comme le fait l´occident réuni est de la plus basse sournoiserie, parce qu´elle consomme le pétrole et le gaz du monde entier à une vitesse effrayante pour les générations futures des pays en voie de développement, et donc poussent les pays de la périphérie à chercher des nouvelles sources d´énergie pour pallier au futur du manque. D´autre part, bombarder tous ceux qui ne pensent pas comme eux ou qui ont ce qu´ils veulent avoir, ne cultive pas nécessairement un climat de confiance et de coexistence pacifique. L´histoire de l´invasion de l´Irak est là pour en témoigner.

Que jusqu´aujourd´hui l´ONU ou les occidentaux se taisent sur l´armement atomique israélien est encore plus injurieux pour les arabes, pour le monde entier ; cela prouve à plus d´un argument qu´il y a bien ségrégation et occultisme hégémonique occidental. C´est donc vouloir tromper le monde entier que de jouer le bon père de famille lorsque soi-même on se réserve la part du lion et qu´on traite tous les autres peuple de la terre comme des sujets utiles de sa majesté la civilisation occidentale.

Déjouer la souveraineté des états indépendants a toujours été l´occupation favorite des occidentaux qui promettait alors des assistances qui devenaient pour eux des moyens d´oppression et de domination. Ce que l´Iran veut cependant, c´est sa liberté et sa souveraineté énergétique. Personne n´est intervenu pour empêcher la France de transformer sa consommation énergétique à 78% de centrales atomiques.

L´Amérique ne pose pas non plus de question au monde pour s´armer atomiquement, et fait même fi l´avis de la communauté internationale lorsqu´elle veut agresser un état illégalement. Alors ? Tous ces abus et ces erreurs, depuis l´esclavage, en passant par la colonisation ne prouvent qu´une chose : chacun doit s´armer et se défendre contre les loups de la meute cupide et rapace internationale. La France avait beau condamner l´invasion irakienne, elle s´est bien gardée de lever le petit doigt. Serait-elle aujourd´hui en train de jouer le faux juge de paix ?

Nous espérons cependant que l´Iran, en pays conscient et sage de la communauté mondiale usera de ses nouvelles possibilités scientifiques et énergétiques pour garantir à ses habitants prospérité et sécurité, et qu´elle prendra bien soin que les risques occasionnés par cette puissante mais dangereuse source d´énergie ne portent préjudice ni aux siens, ni aux tiers.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com