Une société de profondes et choquantes contraditions

Commentaire sur afrikara du 22.03.2006

L´Amérique : ce géant aux pieds d´argile

Il est un fait indéniable que pour les moyens qu´elle possède, des possibilités qui y ont été développées, cette nation américaine qui aime à se dire frondeur, et à mon sens injurieusement pour le statut de l´homme noir, le flambeau de la démocratie et de la liberté; ses chiffres sociaux actuels sont misérables et plutôt renversant. Mais lorsqu´on va dans la philosophie existentielle des fondateurs européens de cet Etat, lequel a commencé son existence avec l´extermination des indiens premiers et légitimes habitants de ce grand pays, puis vint l´esclavage des noirs auxquels on fit subir l´enfer...l´excellent ouvrage de Frank Niess: "Le colosse du nord" fait une analyse effrayante sur les rapports entre l´Amérique et ses pays limitrophes pour arriver à la conclusion que ce pays se conduit comme le plus totalitaire des dictatures capitalistes, toléré et encouragé passivement par ses cousins européens. Et pour ce qui est de la Chine, elle peut, elle, se glorifier de ne pas avoir fait l´esclavage des noirs ou l´extermination des indiens d´Amérique ou du Canada; par ailleurs, il faut se rappeler de tous les méfaits allemands, américains, belges, russes, anglais hollandais, français en chine de 1870 à 1949. De ceux qui déclanchèrent la célèbre révolte des boxers, ou qui imposèrent, comme l´Angleterre la vente d´opium par la défaite chinoise à Nankin, ou écrivaient dans un parc public à Shanghai: "Interdits aux chiens et aux chinois". Aujourd´hui lorsqu´on les voyaient parler de démocratie, de liberté ou lutter contre la drogue dans leurs propres pays; on ne pouvait que se dire: plus fourbe, tu meurs. Et je crois que c´est de bonne objectivité, lorsqu´on met la Chine en question, de ne pas oublier ce que les occidentaux s´étaient permis sur son territoire. Cela permet de mieux comprendre beaucoup de choses, et surtout pour les africains, de se rendre compte qu´à part l´esclavage, les chinois ont tout aussi souffert de la rapacité et de cupidité occidentale. Et s´ils s´en sortent aujourd´hui, c´est dû à leur ténacité, à leur intégrité intellectuelle et spirituelle de leur élite, et à l´invincible désir de ceux-ci de sortir de la pauvreté, de devenir puissant pour défendre et faire valoir ses droits existentiels avec des arguments frappants au besoin. Nobody is perfect, mais ceux qui me répugnent, ce sont ceux qui, pour s´enrichir ou se développer, se sont abaissés à tous les crimes, à toutes les vilenies pour se rendre compte un jour qu´ils sont, en fin de compte, dépendant de leurs anciennes victimes. La francafrique n´est rien d´autre que ce désespoir primitif et bas qui ravale la grande nation de liberté, égalité, fraternité à se comporter volontairement en Afrique comme le plus fourbe et le plus sournois des nations. Il en va de son avenir et de son bien être, car son économie, ancrée en Europe ne se fait respecter que parce qu´elle ouvre aux européens des débouchés de matières premières africaines, et à sa propre économie des marchés de produits finis, ainsi peut-il rejeter son inflation et ses excédents sur ses nègres africains. Vive la France! Et si cela  disparaissait un jour de véritable liberté? La France serait vite dévorée par l´Allemagne et ne serait plus qu´un pays comme un autre, de modeste ambition internationale et vraisemblablement livrée aux loups de « Germanie ou de Croatie ». Pour revenir à nos amerloques, je dirai qu´ils seront bien surpris dans les prochaines années, parce qu´amasser du papier de billet de banque, ou jouer au monopoly à la bourse, tout cela ne marche que parce que la crise actuelle n´est pas encore arrivée à son summum. Il va y avoir des pleurs et des grincements de dents. Mais n´a-t-on pas eu l´expérience en 1929? Il n´y a pas longtemps de cela. Seule une véritable démocratisation du capital peut sauver le capitalisme cloîtré dans sa primitive et conservative étroitesse. Parce que pour la première fois de l´histoire industrielle, la relève chinoise est de taille à changer les choses. Nous l´espérons pour son mieux.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com