Que cache la pression occidentale ?

L´Iran face au dictat colonialiste occidental

« Dieu est mort, vive l´atome ! »

Musengeshi Katata

On se demande ce qui se passe réellement ; pourquoi l´occident tient-elle absolument à empêcher l´Iran d´enrichir lui-même son uranium. Eviter la prolifération, entend-t-on dire, mais en vérité, il s´agit plutôt d´empêcher un pays arabe du Moyen Orient de devenir une puissance nucléaire. Et c´est bien tard, parce que le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, un jour avant la visite annoncée d´El Baradai, proclamait devant son peuple : « Nous sommes parvenus à enrichir l´uranium nécessaire à notre projet, nous sommes devenus une puissance atomique ! ». Vraisemblablement en guise de bienvenue à El Baradai qui, le lendemain atterrit à Téhéran le visage assombri par cette voie de faits accomplis. Sa mission qui était de dissuader le pouvoir de Téhéran d´enrichir lui-même son uranium devenait, par là même, superflue. A Washington, Cobra Rice crachait le venin et incitait la prochaine réunion du Conseil de Sécurité des Nations Unies à condamner cet acte volontaire et à prévenir de sanctions qui n´excluraient pas une intervention militaire.

Que se passe-t-il ? L´Iran aurait-elle déjà fabriqué des bombes atomiques ou attaqué ses voisins ? Rien de tout cela. Mais qu´est-ce qui met l´Amérique et l´Europe au branle bas ? El Baradai s´est sûrement fait rappeler à Téhéran qu´il n´avait fait aucune objection, aucun contrôle en Israël ; par ailleurs, de quel droit les autres nations du monde auraient-elle la légitimité d´enrichir leur uranium eux-mêmes et l´Iran pas ? S´agissait-il toujours de sauver Israël qui avait elle-même plus de 200 bombes atomiques ? Après tout, ces israéliens savaient bien se défendre ou pas ?

Des questions qui, si on y répond sincèrement, mettent toute l´attitude occidentale en débandade, et laisse entrevoir un mesquin intérêt dominateur et paternaliste. Il s´agit tout simplement d´une double morale qui consiste à imposer aux autres de se retenir, tandis que soi-même on s´offre tous les droits. Et comme nous l´avions déjà dit, le Conseil de Sécurité, dans sa forme actuelle, protégeant toujours les intérêts étroits du Pouvoir Blanc, risque de nouveau d´être instrumentalisé et versé dans un débat de légitimité nationale où il perdrait ses dernières plumes, donnant ainsi à ses critiques encore plus de raison d´affirmer que ce club n´était rien d´autre qu´une chambre d´entérinement, une méchante parodie complice tendant à asservir, soumettre, aliéner. 

Qui résoudra donc les problèmes énergétiques iranien lorsque le pétrole qu´ils ont actuellement en abondance sera épuisé ? Beaucoup de pays, notamment africains ne se font aucune idée là-dessus, et c´est bien dommage parce que cette question est à la base de toute industrialisation, de toute société organisée et consciente des problèmes que pose son futur développement. Les occidentaux, eux boivent à gorge déployée le pétrole et ils ont le toupet de vouloir empêcher toute velléité de nouvelle orientation qui échappe à leur mainmise, à leur domination. Curieuse logique de liberté. C´est bien la preuve que ce dont ils nous abreuvaient depuis toujours n´étaient rien d´autre qu´une liberté clé sur porte : faite par le maître et répondant aveuglément à ses intérêts étroits. Un beau mensonge, en fait. Et il en va de même pour les matières premières qu´ils engloutissent avidement et sans retenue, ne faisant cas ni des générations futures, ni de la rareté prochaine de ces importants minerais. A croire qu´ils poussent sur les arbres ou dans les prés. Ce n´est hélas pas le cas. Et si la Chine et l´Inde…et d´autres encore se mettaient, eux aussi de la partie, avec la même rapacité et la même inconscience ; cela ne va plus tarder : il y aura des guerres de matières premières.  On le voit déjà en Afrique où la Chine et les occidentaux se battent à couteaux tirés pour s´adjuger les meilleurs champs de pétrole…pour nous polluer encore mieux l´atmosphère. Etrangement on n´entend plus les écologistes occidentaux parler de retenue, de modération ou d´énergie de substitution. Sauf en Allemagne où l´énergie solaire, des biocarburants, celui des vents et des courants marins ont été largement encouragés et connaissent un développement remarquable.  

A l´exemple de cette méchante tentative occidentale tendant à déjouer la souveraineté de l´Iran, et ce après la leçon irakienne qui nous a appris combien l´Amérique était fausse et méprisante de l´intégrité et de la souveraineté d´un Etat indépendant lorsqu´il s´agissait de ses intérêts pétroliers, l´Afrique doit savoir tirer des conclusions exhaustives. Car, selon toute vraisemblance, il semble bien que ces occidentaux, tout en nous empêchant sciemment de sortir de notre dépendance et de notre faiblesse vis-à-vis d´eux, ils poussent le toupet jusqu´à nous condamner à mort dans l´avenir, lorsque ces matières premières qu´ils consomment goulûment auront disparu. Ce sera alors, comme tous leurs chômeurs qui, comme des laissés pour compte, se débattaient devant un curieux mur de désintéressement social qui frisait la disparition du respect humain, tandis qu´à la bourse les Hedge fonds américains et autres, avec les profits faits avec leur travail ultérieur, s´enrichissaient en vendant des actions et en disséquant des sociétés de production rationalisées, et de jour en jour abandonnées aux machines. Vive le profit sans responsabilité sociale.

Cette liberté ou cette démocratie qui consiste à dicter aux autres ce qu´ils doivent être, faire ; comment ils doivent penser, consommer, réfléchir, mourir…ce n´est ni la liberté, ni la démocratie véritable ; ce n´est rien d´autre qu´une prison appelée liberté ou démocratie. Ce à quoi nous aspirons, par contre, c´est une liberté, une démocratie qui aie la même définition pour tous. Pas de double morale, pas d´abus privilégiés. Ni maître, ni esclave ; et qu´on cesse de parler sournoisement en notre nom à l´ONU pour entretenir et légitimer des politiques autocratiques et hégémoniques. Nous voulons nous-mêmes y être représenté.  Ce paternalisme occidental quand prendra-t-il fin ?

Après l´esclavage, l´extermination des indiens d´Amérique, l´Holocauste, la colonisation ; nous avons, nous africains bien plus d´une raison de nous méfier de l´occident. Et comme l´Iran, je conseille à tous les Etats africains à imposer leurs droits souverains à se défendre, à se développer, à défendre leur avenir et ceux de leurs enfants. Car ce sont des droits légitimes et incessibles. « La confiance, c´est bien ; mais le contrôle, c´est mieux », disait Lénine. Et puisque nous ne savons pas contrôler, alors il ne nous reste plus qu´à nous armer tous. Afin que ni l´esclavage, ni la colonisation ou l´Holocauste ou l´extermination sauvage des indiens d´Amérique ne se reproduisent. C´est légitime. Et humain.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com