Commentaire sur http://www.bamako-film.com/index.php?fr/2006/10/05/21-dans-les-salles&cos=1

Bamako : un film émouvant, accusateur ; mais est-ce tout ?

"Trop de liberté nuit à la liberté"  Sarkozy, ministre de l´intérieur de France

Malgré que je ne sois pas en France en ce moment, je me promets d´aller voir le film le plus tôt que possible, ou même de m´en procurer la vidéo. Il est bon que ce procès contre le système économique international soit fait, et l´accusation est pleinement fondée. Et cependant, il faut aussi se demander pourquoi les africains se laissent détrousser ou détruire à ce point par des intentions qui ne sont pas toujours dans leurs intérêts ? Ne faut-il pas sortir de la naïveté, de défendre ses intérêts avec moins d´aveuglement irraisonné ? Tout ce dont nous souffrons actuellement tient du fait que l´africain se laisse bien mener en bateau et manque d´imposer son propre sens de l´histoire, celui où ses facteurs et ses moyens de développements sont jalousement protégés et développés. Pleurer à longueur de siècle, ou accuser ceux qui, en 600 ans de l´hégémonie la plus criminelle et la plus rapace de l´histoire humaine n´ont jamais appris à faire autre chose qu´utiliser les autres, et particulièrement la race noire à leurs accumulations et leurs buts, c´est oublier qu´on a aussi le devoir de se défendre contre ces bandits. Et j´espère vivement qu´au-delà du film, et au lieu de n´être qu´un prétexte pour mieux s´abandonner au cannibalisme occidental, les enfants les plus aimants et les plus doués de l´Afrique se motiveront mieux à la défendre. Car c´est dans l´action que se trouve la clé de l´avenir, pas dans la passivité aussi noyée de larmes et de souffrances qu´elle soit. En 400 ans d´esclavage, 100 ans de colonisation et 46 ans de francafrique, n´avons-nous pas assez versé des larmes de sang ?

Musengeshi Katata

Muntu wa bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com