Cet art raffiné de remplacer juridiquement le vin par de l´eau pure

Ou s´agissait-il tout simplement de vider et d´affaiblir la Charte de l´ONU et son sens universel du Droit des Gens ?

Commentaire sur Afrikara sur l´article : Pourquoi les Etats doivent-ils ratifier la Convention de l’Unesco sur la diversité culturelle ? http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=1434&msg=1

Oui, je me demande bien pourquoi les nations doivent-elles, après avoir ratifié la Chartes des nations Unies fondant les bases évidentes et reconnues du Droit des gens, ces Nations doivent-elle aller de nouveau se déclarer sur un droit universel et légitimement acquis ? N´aspirons-nous pas tous à la liberté, et c´est dire, ipso facto au respect des libertés et des cultures des autres ? Ou s´est-on tout d´un coup rendu compte que nous aurions vécu dans la barbarie, et qu´il fallait à tout prix réparer cet état des choses avec un nouvel engagement contractuel ? J´ai bien peur que ce nouveau petit jeu auquel on entraîne les aveugles amateurs du formalisme contractuel ne soit qu´une bien pauvre absurdité qui n´aurait à mon avis qu´un but bien ténébreux, si pas bien sournois, car, ceux qui ne signeront pas ce traité, qu´en ferions-nous, leur accorderions-nous les droits civilisés dont nous nous réclamons, ou les pendrions-nous à la première occasion ? Tout cela est bien curieux.

Mais, pour comprendre mon raisonnement, je vais citer quelques exemples : en 1598, Henri IV promulguait le fameux Edit de Nantes, appelé aussi Edit de Tolérance qui devait permettre aux catholiques et aux protestants de se reconnaître mutuellement le droit à la liberté religieuse en France. En 1685, cependant, son petit fils Louis XIV résilia cet édit en organisant officiellement l´élimination physique et sociale des protestants du royaume par des moyens violents et criminels (on comprend aujourd´hui d´où vient le slogan français : « La France est la fille aînée de l´église catholique » !) ; en particulier avec l´usage de fameuses dragonnades. On voit par cet exemple que les traités, s´ils ne sont pas munis d´une police de contrôle et d´imposition, peuvent toujours être ajournés ou violés ! Et on aurait beau dire : c´est du passé, et cependant, cet exemple n´est pas du tout hasard : on remarquera avec la date de 1685 que c´est celle de la promulgation de l´ignoble Code noir. Et pour tolérant que fut la France en 1598, ou pas à partir de 1685, et plus tard, en 1789 révolutionnaire et défendeur des droits de l´homme, cette France-là a pendant tout ce temps vendu des noirs en esclavage, pillé et violenté outre mer ! Encore une fois la preuve que les traités ne valent souvent même pas le papier sur lesquels ils sont écrits quand on ne sait pas les défendre et les imposer par une force de police ! Par ailleurs, malgré la protestation internationale, et aucun respect du droit des gens, l´Amérique n´a-t-elle pas devant le monde entier agressé illégalement et envahi l´Irak en blessant primitivement sa souveraineté et son indépendance ? Croit-on qu´une convention, un traité quelconque aie pu l´arrêter devant sa soif géopolitique de la mainmise sur le pétrole irakien ? Il faut être bien aveugle pour le croire, ou sottement idiot.

Cette même Amérique qui nous chante du matin au soir de son amour pour la liberté et la démocratie, pour le respect des droits civils et politiques des états et des personnes, les brisait bien quand il s´agissait d´imposer et de privilégier la toute puissance de l´hégémonie occidentale ou de ses intérêts très nationaux. Nous y voilà. Et ce n´était pas le seul Etat qui faisait fi de conventions internationales ou les contournait lorsque ses intérêts impérialistes le dictaient ; il suffit de se rappeler du Vietnam pour y trouver aussi les français. Et cela, malgré le Bible qui est tout de même le fondement spirituel, moral de la civilisation judéo chrétienne. En conclusion, ce nouveau petit jeu contractuel ne conduit à rien du tout, sinon à tromper les gens. Ou sinon, il lui faudrait une force de police objective et officielle pouvant l´imposer, et au besoin par la force militaire. A mon avis il faut peut-être revoir ou imposer le pouvoir de l´ONU sur tous les Etats de la terre, qu´ils fussent grands ou petits, riches ou pauvres avec la même considération. Et on remarque alors que ce sont justement les Etats comme Israël, Amérique, Grande Bretagne qui font tout pour affaiblir cette institutions, quitte à tromper les gens avec des traités qu´ils auraient plus facile à rompre, ce qui rejette journellement notre Droit et nos liberté à l´âge primitif de la pierre taillée malgré notre évolutions culturelle et juridique avancée. Si ce n´est pas de facto une abdication au Droit Universel des Gens, qu´est-ce donc ? A mon sens : un méchant piège juridique en tout cas. Il serait grand temps que certains Etats trop prétentieux ou trop gourmands se reconnaissent fondamentalement d´une liberté qui n´était pas que de leur propre définition, parce qu´en fait, la liberté est un droit et donc une définition universelle. Et c´est bien là que se trouve la vérité, parce que ces outsider invétérés et bornés de l´histoire se cherchent toujours des prétextes et des issues pour rester les plus puissants, les plus forts, les plus influents; ceux qui décident de tout et imposent aux autres leurs conditions économiques, commerciales, existentielles. Et la valeur de la liberté qui est égale à tous et pour tous en souffre toujours, hélas; malgré leurs faux cris de liberté et de démocratie. 

Musengeshi Katata.

Muntu wa bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com