Il faut bien être désespéré pour croire à de telles sornettes

Les voilà de nouveau à divaguer, ces aliénés !

Commentaire du 10.11.2006 sur Afrikara à propos du film : Color of the Cross du haïtien américain Jean-Claude La Marre.

Non seulement Jésus n´était pas noir, mais son existence est probablement surfaite. Et tous ceux qui se mettent déjà à prendre le chemin du Paradis en oubliant qu´ils sont sur terre doivent revenir bien vite sur leurs pieds. Ce que ce film fait est à la fois osé et intelligent: c´est la projection rationnelle d´un voeu d´identification qui inciterait aux noirs que eux aussi sont des chrétiens. Mais alors pourquoi les avait-on pris en esclavage, se demanderait-on. Par ailleurs, ceux qui font usage de cet artifice dangereux veulent en réalité condamner la race blanche pour ses exactions scandaleuses envers les noirs d´une part, et de l´autre, pour son irrespect de la Bible et des dix commandements qu´ils ont bradé à qui mieux mieux en commettant honteusement, et sans se gêner de par le monde. Aujourd´hui, où en sont donc ces brigands et bandits de grands chemins; n´est-ce pas à vivre et dépendre des enfants et des marchés de leurs victimes de jadis ? Autant dire que comme dans toute l´histoire humaine, la race noire, comme tout autre race, est bien l´espoir de l´humanité, mais pas en ce qu´elle vienne répéter les mêmes crimes, les mêmes abus que toutes les autres ou se complaire à encenser un christianisme renégat, totalitaire et criminel, mais en rehaussant un sens fondamental séculaire respectueux des valeurs et des attentes auxquelles toutes les autres races, et particulièrement la race blanche pour sa cupidité et son manque d´humanisme incorrigible, peuvent s´orienter. C´est un sujet supérieur et raffiné que de s´attaquer à ce problème hautement philosophique, et le seul à ma connaissance qui s´y soit aventuré avec élégance et brio est le grand Simon Kimbangu. Il faut le lire et le comprendre pour être absolument stupéfait par l´éminence de ses prophéties. Les africains demeurés et aliénés par le christianisme primitif ont le réflexe de Pavlov et se mettent aussitôt à danser et à vanter Jésus Christ sans avoir ni compris le subtil message, ni entrepris à se réaliser dans le sens de la perfection. Aussi crois-je très sincèrement que seul le kimbanguisme est à même de relever le défit universel de l´excellence humaine en des valeurs vraies, sincères, propres, louables et équitables à tous. Et ceux qui se mettent aussitôt à chanter des cantiques vides et inutiles devraient plutôt d´abord se demander ce qu´ils doivent faire pour mériter le respect et la grandeur exigée par l´excellence humaine, au lieu de prier aveuglement au christianisme car les esclavagistes, ils pourraient être déjà devant leurs portes; cette fois ils ne prennent pas seulement leurs enfants, leur travail, mais leur âmes en l´aliénant sans retour à une consommation qui abrutit et appauvrit la créativité et la liberté. Or ce sont les valeurs les plus chères et les plus précieuses de la nature humaine!

Musengeshi Katata.

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com