Ce géant grondant à nos portes peut-il changer le monde en l´améliorant ?

Un ouragan prometteur, doué de grandeur, irréversible 

En réponse à Akasuza.

Ta lettre, cher Akasuza, m´a fort ému ; et j´y répond avec plaisir, d´autant que les questions qui y ont été posées témoignent d´un grand souci pour l´enjeu et les tourments de l´avenir. L´arrivée de la Chine comme première puissance économique, politique et culturelle de l´échiquier mondial va changer, n´en déplaise aux occidentaux, beaucoup de choses. Pour l´Afrique, tous les pays souffrant de l´étouffement économique et politique de l´hégémonie occidentale, ce sera, naturellement l´occasion de se libérer de celle-ci, et d´entrevoir, dans les nouvelles perspectives que ce changement ouvre, de meilleures options et hypothèses de développement.

Pour le commun des mortels les choses ne sont pas encore visibles, et cependant, au niveau des cercles stratégies intéressés, le branle bas a déjà commencé. On le voit par exemple, pour le cas de la RDCongo, par les sournoises tribulations d´un Louis Michel le désir de s´approprier ou de dominer un pays regorgeant de matières premières stratégiques indispensables à l´occident. L´invasion de l´Irak n´avait, lui aussi que ce même but. Si l´occident croit pouvoir retarder ou causer des problèmes à l´ascension chinoise, cependant, elle se trompe bien car ils ne s´agit pas seulement de disposer de sources de matières premières et de produire ; il s´agit plutôt de vendre. Et cela veut dire d´avoir des acquéreurs solvables. Et surtout de produire à des conditions concurrentielles. Or l´occident a surenchéri ses coûts et ses prix à la production abusivement, pour se donner un train de vie social dépensier que les acheteurs étrangers devaient financer. Et le chômage actuel n´est rien d´autre qu´une rationalisation empressée d´une part, et de l´autre, la fuite des unités de production vers l´est européen et la Chine, là où les coûts de production sont moins chers, et c´est dire le gain plus élevé en revendant sur les marchés riches. Cette tendance va s´accentuer dans cinq ans avec des conséquences dramatiques pour l´emploi au centre occidental capitaliste. Les occidentaux sont pris à leur propre rapacité et dans les mailles d´un système (le leur propre) qui leur deviendra néfaste, parce que pas assez flexible. La Chine n´attirera pas seulement les capitaux ambitieux, mais elle représente aussi le marché homogène le plus grand de la terre : deux avantages qui feront boule de neige.

Et d´un point de vue purement événementiel, quoique les occidentaux savent que la relève sonne le glas de la fin d´une hégémonie blanche sur le monde, ils ne savent pas tellement ce qui les attend. Ce que cet ouragan va emporter, détruire, déplacer, changer ; parce qu´il est énorme et puissant. Et sans trop me tromper, je peux les tranquilliser en leur disant : ce Tsunami va les renverser au point qu´ils ne sauront plus où se trouve leur tête, et où se trouvent leurs pieds. Ce sera un changement radical et énergique. Ils ont beau croire qu ils auront le temps d´organiser leurs petites retraites, ou de cacher leurs petites vilénies ; ils se trompent bien. L´arrivée de la Chine comme puissance déterminante et irrécusable du monde va entraîner un débat éthique et moral d´une ampleur jamais connue dans l´histoire. Un débat qui remettra bien de choses en place, autant qu´elle bannira définitivement d´autres. Fini la francafrique, fini les cochonneries occidentales internationales couvertes de vides allégations ou prétextes flagellant de liberté et de démocratie. Et bien d´historiens, de penseurs, de professeurs de philosophie en occident seront détrônés et rendus caducs, parce qu´ils auront pêchés envers l´objectivité et le bon sens des vertus idéales humaines. Il adviendra de ce débat un monde nouveau, inspiré sur la sagesse et la perception philosophique chinoise de la liberté, de la convivialité internationale. Celui qui croira qu´il peut continuer à tricher, à avilir et à assassiner se trompe bien, parce que pour réussir le plus rapidement et le plus efficacement, la Chine s´imposera mieux avec des valeurs humaines idéelles qu´avec l´esclavage, la colonisation et la francafrique, comme ce fut le cas infamant des occidentaux pendant de longs siècles douloureux pour les victimes. C´est une différence fondamentale, et heureuse pour tous ceux comme les africains qui n´ont jamais été épargné. Et cette démarche est soulignée par les étroits rapports que la Chine établit conséquemment avec l´Afrique.

Mais cela ne veut pas dire que les africains doivent dormir et se laisser aller. Pour saisir cette chance à bras le corps, ils sont obligés de sortir de leur passivité, de remettre leur paramètres et facteurs sociaux à jour, et de faire preuve de capacités créatives, consciente et fructueuse utilité de la chance de meilleure liberté qui s´ouvre à eux. Les élites qui croient qu´ils n´y sont pas obligés vont se retrouver, dès que le train chinois prendra vitesse, balayés. Et s´ils croient qu´ils trouveront asile en Europe, ils se trompent de nouveau : ils seront extradés tellement vite qu´ils n´auront même pas le temps de déballer, car ce sera autant dans l´intérêt de la Chine que celle de l´occident que l´Afrique aille mieux, pour devenir un marché sain et utile pour tous. Si en ce moment les chinois ferment les yeux sur les dictateurs, méfiance ; cela va vite changer. Bien plus rapidement qu´on ne le pense, parce qu´en mal de marchés et en recul de ventes, les occidentaux se débarrasseront rapidement de dictateurs et d´élites incapables auxquels ils reprocheraient alors tous les maux, même si ceux-ci n´avaient été que leur fantoches adulés.

Les temps sont bien en train de changer. Irréversiblement. Le milliardaire Sorow a prédit un crash monétaire entre 2012 et 2014. Pourquoi ? Mais parce que, vraisemblablement, à cette date estimée, la Chine confortée dans ses lignes de relève, en aura marre d´un système économique et monétaire qui spéculait, conspirait et jouait au monopoly au lieu de se démocratiser, de s´ouvrir franchement à un monde assoiffé de liberté et de transparence. L´occident est pris à court : d´une part elle doit reculer et modérer ses excès, d´autre part, et cela la blessera dans sa fierté culturelle autant que dans sa gratuite suffisance, elle se mordra les doigts pour n´avoir offert au monde qu´une liberté formelle, vide, qu´elle-même interprétait et violait à loisir lorsque ses intérêts étroits l´exigeait. Fausseté et subjectivisme d´intérêt. Et demain, sera-t-elle à mesure d´exiger plus d´égard et de respect, elle qui ne l´avait reconnu ni aux africains, par exemple en 600 ans, ni même à la Chine lors de l´invasion européenne qui se termina avec la fameuse révolte des boxers ? Avoir vendu l´opium comme un médicament occidental  pour aliéner et détruire la population chinoise; Il faut l´entendre pour le croire ! Et tous y furent présent ; même la petite Belgique aujourd´hui enclavée et à bout de souffle économique. Oui, je crois bien qu´y aura un changement idéologique du monde, car les chinois, comme on l´a vu pour les 35 millions d´exécutés en Mandchourie par les japonais, n´ont rien oublié. Loin de là. Et on ferait mieux de ne pas les sous estimer : ils ont lancé leur satellite en orbite sans l´aide de qui que ce soit…c´est un signe qui ne trompe pas.

Je suis d´avis que, quel que soit le sens de l´histoire que la Chine nous imposera, et contrairement à monsieur Kissinger qui ne voyait les choses qu´avec la domination américaine, et, soyons francs, bien de saloperies criminelles telles qu´il en avait présidé l´exécution au Chili, en Argentine, au Vietnam par le bombardement criminel gratuit d´Hanoi après la signature du traité de paix mettant fin à cette guerre ; une puissance montante et ambitieuse comme la Chine, ne peut que nous apporter un regain éthique et moral dans les rapports  internationaux, autant qu´elle influera sur notre philosophie existentielle. L´Afrique qui a toujours été brimée, assujettie, violée, privée honteusement de sa liberté et de son indépendance ne peut qu´y gagner. Ces 600 années, ont bien été l´enfer pour nous. Et cependant, Dieu merci, nous en sommes sortis en gardant, comme le dit un ami de l´Afrique : Jean Ziegler, les précieux fondements de notre identité de nos cultures. Le prix que nous avons dû payer en nous contractant sur nous-mêmes est bien grand, et cependant, aujourd´hui que nous avons besoin de nos propres racines pour revenir en surface, pour affermir et cultiver notre identité opprimée, et lui donner un meilleur assouvissement rationnel et philosophique, nous sommes heureux et fiers de puiser sur nos legs passés, même si leurs formes et leurs contours sont décousus et empoussiérés. Ce sont les nôtres, c´est là que bat notre cœur le plus vif et le plus identifiant. Et en fin de compte, retrouverons-nous la paix et la joie de ceux qui ne seront plus obligés, pour existe ou se développer, de vivre dans la peau ou les intérêts subjectifs d´une autre culture que la sienne propre. Et à ce titre, vive la Chine !

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com