Son esprit, son intelligence, sa conscience le lui interdisent.

Au dessus de tout soupçon

Commentaire sur Afrikara du 16 Novembre 2006 23H11 Et s´il allait à l´information pour son prochain sketch?

Ceux qui accusent les autres trop rapidement de racisme ou de prostitution à quelque idéal que ce soit, devraient d´abord nous dire de quel droit ils s´en sentent investi, et au nom de quel idéal ils jugent. Nous avons des noirs, des mulâtres, des blancs, des arabes en Afrique, et pourtant on entend par trop souvent certains noirs se vanter d´être racistes ! C´est à se demander s´ils ont des yeux et le bon sens en place. Pour ma part, ce petit racisme de complexé ne nous fait en aucun cas avancer; même si c´est Kémi Séba qui s´y égare. Nous sommes la race la plus avertie, et la plus intègre de l´histoire; et pourtant, quelques tonneaux vides sans imagination, et surtout sans idéal supérieur veulent nous faire croire qu´il s´agit seulement d´exclure certains ou d´en accuser d´autres. Notre problème est plus complexe que cela. Dieudonné n´a de compte à rendre à personne, et il est bien possible qu´il n´allait qu´aux renseignements ou aux informations pour préparer son prochain programme. Nous venons d´une culture plus démocratique que l´occidentale, et pourtant, celle-ci a réussi, tout en nous détruisant et nous humiliant de la pire des manières en nous vendant de fausses valeurs, à faire de nous des gens qui ne saisissent plus ni le principal, ni ce qui importe réellement. Sommes-nous à ce point devenus aliénés et abrutis ? Nous manquerait-il le minimum de tolérance et de largesse d´esprit qui nous rendraient à nos racines, à de meilleures valeurs d´ idéal que celui du barbarisme auquel l´occident s´était abaissé à nous faire subir? Si nous ne savons pas dépasser cette médiocrité, si nous ne savons pas nous retrouver dans des valeurs qui sont plus valeureuses que celles de nos bourreaux d´hier et d´aujourd´hui; alors nous aurons difficile à restaurer, à engranger nos racines, et prouver à ces incultes que nous sommes bien de la race élue de Dieu. De ceux auxquels il donna les premiers pas sur l´existence humaine. Or, lorsque nous allons dans notre histoire, lorsque nous nous penchons sur tous les méfaits que nos envahisseurs autant arabes qu´occidentaux s´étaient permis sur nous et les nôtres, nous y découvrons une inépuisable force de grandeur éthique et morale qui nous permet non seulement de juger et de condamner sans atermoiement nos criminels et nos fossoyeurs d´hier, mais aussi cela nous affirme dans les convictions que nous avons le devoirs de nous imposer, parce que nous sommes meilleurs qu´eux. Ceux des nôtres qui s´abaissent à la violence, au racisme revanchard ne sont que des simplistes attardés qui n´usent ni de leur cervelle, ni de leur grandeur morale. Et encore moins de leur avantage psychologique. Car nous sommes intellectuellement à même de battre nos ennemis avec leurs propres armes. N´est-ce pas l´occident industrialisé qui a aujourd´hui besoin de nous ? Sinon, pourquoi ne restent-ils pas chez eux, que diable; pourquoi surproduisent-ils, s´ils n´ont besoin de personne ? Qui aurait crû qu´un jour l´esclavage prendrait fin après 400 ans de crimes en tous genres ? Qui aurait crû que l´Apartheid s´écroulerait et que les blancs seraient livrés à la convivialité de leurs "cafards" de jadis ? Ne nous abaissons pas et voyons les choses de l´avant sans ni oublier, ni pardonner. Et vous verrez que nos enfants, que tous les nôtres cesseront de se laisser dicter l´avenir et les pensées par des voyous et des brigands de grands chemins, car nous leur demandons de produire le meilleur d´eux-mêmes, pas de s´attarder sur des futilités. C´est là que se trouve notre éclatante victoire: celle qui met nos ennemis en banqueroute, parce que couverts de vices et de complexes, ils ne sont plus capables ni de grandeur d´âme, ni même de soutenir eux-mêmes leurs propres avenirs. Qui avait donc pensé que la Chine un jour serait en passe de dominer le monde, elle à qui les occidentaux vendirent l´opium détruisant sa population comme un médicament occidental ? Les choses changent et sont en train de changer; demain je vous garantis, comme le disait Simon Kimbangu qu´ils reviendront la tête basse nous demander de leur acheter leur produit, afin que nous leur vendions nos matières premières. Ne sentez-vous pas l´humiliation ? Eux qui avaient le capital, la connaissance, la technique, ils souffraient du chômage, de l´endettement public galopant, et la Chine allait leur rendre monnaie de leurs pièces. Ces sanglots, ne les entendez-vous pas? Curieux, ils en crèvent pourtant les oreilles! Cessons donc de mâcher du noir, de voir la bête noire partout; et surtout, préparons-nous à autre chose de bien plus grand et bien plus enrichissant que de se disputer bêtement, car notre liberté est à l´ordre du jour. Et nos larmes, nos souffrances passées ne rendent l´amour que nous lui portons que plus pathétique et passionné. Ce n´est ni le temps de la cancanerie, ni celle de la superficialité. Nous venons de loin, et là où nous voulons aller, le soleil est éternel et d´une beauté inégalable: vers la prière illustre de nos pères et mères. Et laissons les incorrigibles mourir dans leur propre médiocrité. L´histoire nous attend depuis trop longtemps. Il faut battre le fer quand il est chaud. Et en Afrique, nous avons du pain sur la planche. Et c´est là que se trouve notre réelle fierté, sur ce bout de continent ensoleillé et trépidant. Là, pas ailleurs.

Musengeshi Katata.

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com