Commentaire sur l´article d´Afrikara du 07/12/2006 : Même Pascal Sevran vomit sur l’Afrique et les Noirs : Le coup de pied de l’âne ! Sur http://www.afrikara.com/index.php?page=contenu&art=1518 

Est pris à son propre piège qui croyait prendre

« Vous avez cherché le débat, j´étais prêt à me débattre ; maintenant que vous préférez la déroute, je vous la laisse »   Charles De gaule

De ces incorrigibles et arrogants criminels historiques

Des Sevran, des Bruckner, des Finkielkraut…etc, il va en pleuvoir de plus en plus à mesure qu´il vont se rendre compte de ce que leur réserve les chinois et les indiens : ils vont être battus avec leurs propres armes. Cette bile mauvaise et inculte, nous la connaissons depuis le 15ième siècle, et c´est dire : depuis toujours. Elle avait fait l´esclavage en prétendant de l´animalité des noirs ; elle pilla, viola, vola, corrompit avec de gros mots de culture, de civilisation, de chrétienté. Et au nom du Dieu chrétien et de sa bible, c´est à peine s´ils se sont retenus pour étaler sur le monde et sur l´Afrique de leur médiocrité morale, éthique, culturelle. Tout devait leur appartenir, subir leurs bas instincts et leurs méfaits. Crapules éhontées ! Aujourd´hui, tandis qu´on sanglotait sous la Tour Eifel et dans tous l´occident, Don Guichote De Villepin, premier ministre de France s´en allait en Afrique encenser la Valeur ! De quoi parlait-il ; personne ne l´entend plus. Pire que de la sournoiserie, qu´on emploie à faire tourner de faux moulins. Les anciens esclavagistes et maîtres de la francafrique se mettaient à jouer les moralistes ; faut-il rappeler le film : « Les Dieu sont tombés sur la tête » dans lequel l´ironie occidentale fit courir sa vie durant un sud africain noir derrière une vulgaire bouteille de Coca-cola pour illustrer ce que l´Afrique ressent après avoir vomi le sang, crié et supplié pendant des siècles sans que l´occident n´y prête la moindre attention, la moindre humanité ? Qu´un Servan se mette, lui aussi à cracher sa médiocrité et son vice, cela ne devrait étonner personne. Venant d´une culture qui n´a jamais fait rien d´autre que de vivre des enfants des autres tout en affichant cette gratuite et arrogante suffisance…ce cartésianisme bouffon et ensablé ! Mais l´histoire, Dieu merci leur réserve une amère pilule : une de celle qui se digère avec une horrible dysenterie ; et quand ils seront enfin rendu compte de ce qui leur arrive, personne ne sera plus là pour écouter leurs balivernes. Cet étalement de vomi auquel on assistera dans les prochains jours de plus en plus fréquemment en occident, ce n´est rien d´autre que les signes avant coureurs de l´impuissance et de l´échec face aux chinois souriants et bons enfants. Africains, ne vous retournez pas quand vous entendez ces râlements d´agonie ; ces gens, ce sont les pires des criminels. 600 ans ils avaient eu la chance de changer le monde et de lui cultiver, de lui préserver des valeurs éthiques et morales intègres et louables. Ils l´ont hélas, dans leur rapacité, leur cruauté et leurs bas instincts, consignée à subir et supporter toutes leurs viles bassesses. Et notre histoire en est jalonnée. A chacun son enfer, le nôtre est derrière nous ; celui des occidentaux, lui est devant eux. Depuis longtemps que nous défendions que nous étions tous de ce monde ; que nous aussi nous avions droit à la liberté et à la réalisation : aucun occidental ne voulait l´entendre de cette oreille. Nous aussi nous allons faire la sourde oreille. Dieu reconnaîtra les siens. Mais de quel Dieu s´agit-il donc ? De celui qu´on parjura à longueur de siècle ; de celui dont on bafoua la sainte parole sans le moindre gêne ? A sa place, je réagirai pour punir à tout jamais ces mécréants de la foi.

Musengeshi Katata.

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com