James Brown, the Godfather of R&B, Funk, and Soul

Say it loud: I'm black and proud

« La soul, ce sont tous les coups durs, toutes les punitions qu'a endurés l'homme noir (...) tous les rêves inassouvis qui doivent se réaliser".

James Brown.

Brillant chanteur et entertainer, James Brown, né le 05.03.1933 est décédé le lundi 25.12.2006 agé de 73 ans à 01h45 à l'Emory Crawford Long Hospital d'Atlanta (Georgie), où il avait été admis samedi en raison d'une pneumonie grave, a précisé Frank Copsidas. Charles Bobbit, ami de longue date et agent personnel de Brown, se trouvait à son chevet.

james_brown

Showman saisissant et théâtral, ancien boxeur dont l'un des surnoms était "Mr Dynamite", Brown a popularisé la soul et le funk dans les années 1960 et 1970 avec des titres comme "Papa's got a brand new bag", "I feel good" ou "Sex machine".

Ses rythmes ultra-syncopés, son style vocal jonglant avec le cri et l'extase ont fait des émules dans sa génération avant de conquérir celle du rap et du hip-hop, dont les représentants ont souvent "samplé" ses enregistrements pour les besoins des leurs.

Ce vainqueur né qui connut dans son enfance une extrême pauvreté et fut emprisonné à plus d´une fois pour délinquance juvénile, a été l'un des plus gros vendeurs de disques du rhythm and blues noir puis une vedette internationale hors pair.

Sa voix formée à l'école du gospel, encadrée par les "riffs" des instruments à vent et une section rythmique opérant comme un seul homme, a propagé le son et l'intensité caractéristiques du style funk auprès des publics noirs et blancs. Ses célèbres passages à l'Apollo, Théâtre de Harlem ont donné lieu à certains de ses meilleurs enregistrements publics.

Dans l'agitation des années soixante, son hit "Say it loud (I'm black and proud)" était devenu un hymne de la lutte des Noirs pour les droits civiques et la reconnaissance sociale. Il avait interprété ce titre lors de l'investiture du président Richard Nixon en 1969 - ce qui lui avait momentanément aliéné une partie de son jeune public noir.

Soucieux d'apaiser le climat après l'assassinat du pasteur Martin Luther King en 1968, Brown s'était rendu dans une radio de Boston et avait chanté toute la nuit pour limiter les émeutes.

Maître du jeu de scène, il changeait de costume une dizaine de fois par spectacle, se déplaçait latéralement sur une jambe, faisait mine de partir puis rejetait la cape qu'on lui avait posée sur le dos pour relancer le spectacle ou la mise en scène de sa sortie.

James Brown a placé 119 titres dans les classements spécialisés de la revue professionnelle Billboard entre 1956 et 1998 et a gravé plus de 50 albums. Intronisé dans le Rock'n'Roll Hall of Fame, il a obtenu en 1992 un Grammy pour l'ensemble de sa carrière.

Brown avait aussi, en tant qu'homme d'affaires, bâti un "empire" comprenant un ensemble de stations de radio et une société de production. Il possédait une flotte de voitures et un avion personnel.

Passé du gospel au rhythm and blues dans les années 1950, il connaît ses premiers succès avec son groupe, The Famous Flames, et la chanson "Please, Please, Please" (1956). Son charisme et sa voix lui valent de s'imposer rapidement en solo.

"Papa's got a brand new bag" et "I got you (I feel good)" sont des succès dès leur sortie au milieu des années 1960, de même que "It's a man's man's man's world". Tous les disques qu'il a produits entre 1960 et 1977 ont figuré d'emblée en haut des classements.

Dans la seconde moitié des années 1970, sa carrière est éclipsée, comme celles d'autres grands noms de la soul, par l'avènement du disco, mais il saura rebondir. Il apparaîtra même à l'écran dans "The Blues Brothers" (en prédicateur frénétique) ou dans le documentaire "When we were kings", consacré au combat entre Mohamed Ali et George Foreman à Kinshasa en 1974.

En 1985, il interprète en 1985 la bande originale de "Rocky IV" avec un tube planétaire ("Living in America").

Mais le "Godfather of Soul" se fait surtout remarquer dans les années 1980 par une série de condamnations : en 1988, celui qui avait entamé sa carrière entre la liberté des rues et la prison est de nouveau incarcéré pour excès de vitesse, possession illégale d'armes et de drogue. Condamné à six ans de réclusion, il voit sa peine commuée et sort en 1991.

"Feeling, brio et extravagance réunis en une spontanéité apparente", a écrit un critique à son sujet. Il ajoutait que James Brown dansait comme un derviche et chantait avec un "éventail stupéfiant de sonorités émotionnelles primitives - grognements, plaintes, cris, gémissements..." La vie, semblait-il à ses spectateurs, sourdre de lui en larges vagues ininterrompues, comme un don exceptionnel qu´il livrait généreusement à ses admirateurs avec le plus grand talent.

Hommage à cet enfant noir, à ses peines, à ses victoires, mais aussi à cette richesse artistique inégalable qu´il a su nous offrir sa carrière durant, on le sait, non sans un amour particulier pour la joie de vivre. Nous ne l´oublierons pas.

Forum Réalisance