Sur le seuil ouvert de cette nouvelle année, que nous souhaitons-nous, au fait ?

Ne pas jeter la hache après la cognée

Et avoir le courage et la grandeur, malgré les évènements, les coups bas qui nous dépriment ou nous dégoûtent, la fierté de défendre des valeurs au-delà de la bassesse et de la médiocrité humaine. Pas parce qu´il s´agit de prouver que nous sommes des saints, mais parce que ces valeurs méprisées ou ignorées sciemment pour des gens de petites vertus, sont importantes et nourrissantes pour tous. Et vous serez surpris que les criminels, les idiots et les intrigants malsains et primitifs…en sont friands ! Mais alors, se dirait-on, pourquoi ne défendent-ils pas notre noble étendard ; pourquoi persistent-ils à se rouler dans la boue, à fausser, à tricher, à détruire ou à s´accaparer de ce qui ne leur revenait pas ? Bassesse humaine congénitale ? Primitivité animale instinctive ? Petitesse d´esprit ou manque irréparable de morale, d´éthique ? Ou ce n´est rien d´autre qu´un manque irréparable de sens social, de tolérance…de civilisation au sens le plus honorable et culturel du terme ?

Personne ne le sait, chers lecteurs et amis de réalisance ; cependant, ne perdez pas patience, ayez le courage de défendre la vertu et la valeur, malgré tout ; je sais, certains lecteurs m´ont écrit pour me dire : « Pourquoi ne devrions-nous pas faire comme les autres ? Mais parce qu´on s´abaisse, on se détruit et on se ravale à l´animalité. Ceci dit, personne ne vous oblige de supporter la médiocrité, la violence et l´abus de droit sur vos intérêts et vous-mêmes : défendez-vous avec la plus souveraine conviction. Et surtout, ne laissez aucun doute que vous êtes capables de violence ou d´extrêmes si celui qui vous agresse persiste. Cas de légitime défense. La loi vous reconnaît ce droit. Mais ne vous laissez pas entraîner à devenir aussi primitif ou bas que vos agresseurs, parce qu´alors vous n´êtes pas meilleur qu´eux.

Et croyez-moi, il ne s´agit pas d´être meilleur ou de se différencier des autres ; mais bien de défendre un bien humain incontestable : le bien ou la justice, ou le droit. Parce que ce sont des valeurs incessibles à toute société, à tout individu de bonne foi. La question est toujours : êtes-vous de bonne foi ; la bonne foi paie-t-elle son homme ? On y gagne toujours, surtout sur le respect qu´on a de soi-même. Par ailleurs, toute société où le mal dépasse le bien en valeur absolue, devient chaotique et invivable. Tous les salauds et les voyous qui peuplent notre beau monde ne survivent notamment que parce que des gens de bonne foi travaillent, créent, chantent l´amour et défendent la liberté. Si tout le monde devenait criminel, violeur ou voleur, qui défendrait donc notre prière la plus belle sur cette terre ? Comme le grand Senghor se demandait : «  Qui logera nos rêves aux paupières des étoiles ? ». Sûrement pas les bandits, les criminels, les voyous de grands chemins ! Le bien, contrairement à ce qu´on pense, il rend fort, il guérit bien de blessures, et il nous rend heureux dans ce sens que dans notre espace intérieur, et face au monde qui se trouve devant nous, nous avons la fierté et la grandeur de vivre notre vie en toute franchise et loyauté envers nous-mêmes et des valeurs saines et dignes. Parce qu´elles sont valables et prisées par tous.

Le monde d´aujourd´hui est bien trompeur et faux ; il faut savoir le lire et épurer les faussetés qu´on tente de nous faire avaler comme si nous n´étions plus que des jouets, des pions de quelques intrigues ou douteuses intentions. Prenez la peine d´aller au fond du problème, de vous poser des questions qui éclairent et affermissent votre jugement, et vous verrez que vous ne serez plus ni un nigaud comme on veut le faire croire, encore moins un jouet de quiconque.

Tenez : croyez-vous que le cadeau de mauvais goût que nous a offert l´administration bushienne en pendant, quelques jours avant la nouvelle an Saddam Hussein ; que pour cela l´invasion criminelle et illégale américaine en Irak sera oubliée, ou se transformerait en paix de sucre et de miel en Irak ? Il faut être idiot pour le croire ou l´avoir un instant crû. Georges Bush devait être bien embêté et aux abois pour jouer avec de tels symbolismes éteints ; ce qu´il a commis envers ce pays ne se réparerai pas de sitôt avec une pendaison. Et soit dit en passant, si l´Amérique avait pendu tous les dictateurs que ce pays avait commandité et propulsé au pourvoir à coup de putsch et de corruption, Pinochet ne serait pas mort naturellement. Patrice Lumumba n´aurait pas été assassiné, Kissinger serait vraisemblablement en prison ainsi que Collin Powell. Victor Allende, président élu, aurait terminé son ou ses mandats politique autrement que par un vil assassinat. Mais, comment l´expliquent encore les américains eux-mêmes ? « C´est un salaud, mais c´est notre salaud » pour couvrir leurs dictateurs aux mains sanglantes. Croire à un acte humaniste de leur part, c´est se mordre les doigts, et être bien demeuré. Mais a-t-on oublié les indiens d´Amérique et ce qui leur est advenu ?

Autre exemple : la France va bientôt voter une loi exigible en justice sur le droit au logement. Il était temps que la Grande Nation s´y conforme car 150.000 français étaient sur la rue, et 3 millions vivaient dans des habitats vétustes et délabrés. Nous saluons avec acclamation cette initiative, malgré qu´on sait qu´entre la théorie et la pratique…beaucoup d´eau aura coulé sur la Seine. Ce droit serait en vigueur ou exigible en droit environ en 2012. Une bonne chose. Mais alors on comprend bien mal que la France aille, avant d´avoir résolu ses propres contradictions et ses maux, aller en Afrique jouer le professeur éméritat de sociologie, le donneur de leçon démocratique ou le savant culturel, n´est-ce pas ? Surtout si par l´esclavage, la colonisation et la francafrique, ce pays intriguait contre les intérêts de la liberté, de la souveraineté et du développement africain à loisir, et pillait ce continent depuis des siècles avec une sournoiserie plus que malhonnête. Et suavement, si Mr De Villepin allait, dans ses heures perdues y évoquer la valeur…Ou Mme Elliot Marie chantait les louanges de la politique de son pays envers l´Afrique ; on se demandait si ces gens connaissaient leur propre histoire ! Tous les méfaits, les crimes et les intrigues qu´ils ont, dans toute leur histoire glorieuse, pavé le monde entier depuis la Louisiane à Madagascar ! Petite mémoire ? Le monde, lui, n´a pas oublié. Pas un seul de ces actes d´héroïsme douteux. Et un tout petit peu de sagesse, de retenue ne serait pas mauvais ; au lieu de se pencher trop souvent à la fenêtre pour vendre des faussetés. Les américains en riaient souvent à s´en fendre l´âme : « La grande Nation… ! »

Un autre exemple européen : l´Allemagne. Après avoir faussement joué au raciste et dépensé en des guerres primitives et gratuites sa population, ses chiffres démographiques actuelles sont si mauvais et négatifs que l´on ne craigne, à moins d´un miracle, que la nation allemande, à la fin de ce siècle, ne disparaisse complètement faute d´enfants. Et déjà l´empressement est grand à reconnaître enfin aux enfants des immigrés le statut et les droits sociaux qui leur avaient été toujours refusés au nom d´une idéologie raciale primitive. Tout ce mépris des autres tout en exportant et en dépendant économiquement des étrangers ! Cette logique à la renverse, n´est-ce pas ! Mais qui fera donc les enfants, si ce pays est le plus cruel et le moins agréable pour les enfants parmi tous les pays développés du monde ? dans aucun autre pays occidental les enfants sont battus, violes, martyrisés, assassinés avec un cynisme d´un dégoûtant outrageant. Peut-être faudrait-il apprendre aux allemands d´abord à aimer leurs propres enfants, à ne pas les considérer comme des jouets, des horreurs ou des souffre douleurs. Le magazine « Der Spiegel » a fait de grands reportages là-dessus, pour accuser ce qu´on appelle « Das Methusalem Komplot » ou le complot des grisonnants. Et bientôt on les verra, lorsque le mal aura atteint son apogée, aller voler les enfants des autres à l´étranger, sûrement…sinon, où diable trouveront-ils ceux qui les soigneraient et veilleraient sur ce musée vivant ? Faites donc un parallélisme, cher lecteur, avec l´esclavage et vous avez compris ce qui va se passer. On se croirait au canada où les haïtiens, guadeloupéen et autres africains étaient attirés à y immigrer et à y faire des enfants pour sauver la survie et le niveau de vie des blancs qui y vivaient. Mais que faisaient-ils ces blancs ; pas capable d´aimer ou incapable de faire et d´élever ses propres enfants ?

Au Congo de la RDC, le président actuel « élu » a fait, lors d´une manifestation culturelle commémorative sur Simon Kimbangu, un hommage à celui-ci. Tout cela serait bien joli si ce même Kabila alias Kanambé n´avait pas lors de son voyage en 2003 devant le sénat belge, chanté les louanges de Léopold II : celui qui, avec le caoutchouc rouge, le pillage sanguinaire et éhonté du Congo mit ce pays à mal et détruisit sa souveraineté et ses structures socioculturelle. Et dont l´administration mit Simon Kimbangu en prison à vie et fit massacrer, dans une cruelle déportation 150.000 de ses adeptes ! Dans l´affaire Patrice Lumumba, la Belgique ne fut pas sans se mêler à son assassinat. Les africains, décidément, ils se font bien rouler dans la boue. Personne n´avait vu cette logique perverse qui consistait à insulter et mépriser les valeurs congolaises, quitte à se faire octroyer le pouvoir congolais par les occidentaux ? Et maintenant ces larmes de crocodile. Quand on tue l´éléphant pour élever ses enfants, on ne pense qu´à leur arracher plus tard leurs défenses en ivoire. C´est pourtant un proverbe africain. Que se passerait-il si un président occidental allait injurier son peuple à l´étranger en chantant les louanges de son pire ennemi ? Et tout en acclamant ce genre de faits, on entendait les africains parler de respect de leur histoire ? Et pendant que leurs sœurs se prostituaient en occident de jour en jour plus nombreux, pendant qu´eux roulaient dans des voitures étrangères, employaient des techniques et des instruments et moyens scientifiques créés par l´étranger, on les entendait parler d´histoire ancienne, de pharaons et d´autres. Et pendant ce temps, les leurs souffraient de famine, de misère, du manque criant. Les instruits quittaient le pays, faute d´emploi, mais ces messieurs étaient toujours persuadés que le passé était plus important que le présent…Il faut croire qu´il y a quelque chose qui ne marche pas. Absolument.

Et néanmoins, ne vous laissez pas abattre ni abuser par les apparences ou quoi que ce soit. Je vous souhaite à tous de trouver la force et le courage de défendre et de protéger ce qu´il y a de meilleur en vous. Et si vous avez une belle femme tendre, des frères, des enfants et même des amis que vous estimez et respectez, embrassez-les, et faites pour le mieux. Bonne année à tous et tous nos vœux les meilleurs pour cette année nouvelle !

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com