Commentaire sur Grioo sur l´article : La vive soumission « blanc » dans le collimateur nègre guettoïste continue! http://www.grioo.com/blogs/malon/index.php/2007/02/09/1722

Le respect, la liberté et la considération au prix de la simple réclamation ?

Je crois qu´on doit cesser de jouer aux définitions et aux soit disant injures ou humiliation du mot nègre qui n´existe pas; à moins, bien entendu qu´on ne lui donne les consonances et le mépris des blancs ou occidentaux. Et c´est dire du péjoratif injurieux. Nègre ne veut dire autre chose que noir! Faut pas avoir fait du latin pour le savoir. Que l´U.E nous méprise nous et notre culture; cela n´est pas nouveau, et dure depuis 600 ans. Le pire cependant, c´est lorsque nous nous méprisons nous-même comme on le voit avec l´élite corrompue de la francafrique. Et c´est dire aussi, pour les illusionnistes et les faux africains sans logique qui aiment les produits culturels occidentaux, et prétendent demander aux européens de respecter leur culture! Or, la culture, c´est plus qu´une langue, une couleur de peau, un lieu de naissance. C´est un produit matériel, intellectuel palpable et bien réel dont la logique et l´utilité sert à se réaliser (de Res=chose). Les occidentaux, pour couper court, ne nous respecterons que si nous créons nos propres instruments de réalisation et que nous les repoussions lorsque, comme par le passé, ils nous imposaient leurs basses et incultes vicissitudes par l´esclavage, la colonisation, et aujourd´hui la francafrique. Le respect, on le sait; il ne se donne pas, il se mérite. Et surtout par rapport à soi-même et à ses valeurs culturelles. C´est à l´homme noir donc de relever le défi, plutôt que de venir en Occident réclamer une humanité pour un logement ou un respect pour du travail que cette culture n´accorde qu´à ceux qui se défendent et sont à mesure d´être indépendants et menaçants au besoin lorsque leurs droits sont lésés. Parce que sinon ils ont l´impression de se trouver devant des bêtes ou des êtres humains de basse valeur. L´histoire le confirme amplement, même la guerre actuelle d´Irak. Y a-t-il un africain qui croit encore que la liberté, la réalisation sensible, on les obtenait à vil prix ; qu´il suffisait seulement de prendre son avion et de venir les réclamer á Paris, à New York, à Bruxelles, à Amsterdam ? Autre chose et c´est à propos de la psychopathologie de « l´oncle Tom » ; croit-on que c´est en jouant le beau nègre d´intérieur opposé á celui des champs comme le fait Serges Bilé en accréditant une version esclavagiste cabalistique et aliénée qu´on va mieux mériter son propre respect ? J´en doute, tout au plus aura-t-on gagné celui du maître ; parce que son propre respect passe par une profonde réalisation culturelle, pas comme le fait Bilé par une attitude visant à renier toute objectivité quitte à être publié et être reçu à la table trompeuse du maître. Noir il est et il restera. Peut-être le comprendra-t-il un jour…ou jamais. Une race nouvelle, ces nouveaux français noirs singeant et imitant leur maître à souhait. Si c´est ça l´intelligence de l´intégration…eh bien ! Raphaël Confiant semble avoir eu bien raison de tancer cet africain déguisé. Décidément, on aura tout vu en France. On se croirait de nouveau à la foire aux esclaves: les dents étincelants, prêt à se vendre comme tout Bounty sans fierté...de soi-même.  Respect, hein; mon Dieu, si ce n´est pas se rouler dans la boue!

Musengeshi Katata.

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

munkodinkonko@aol.com