Désolé, nous ne sommes pas une caisse à résonance

Informer, d´accord ; mais aussi critiquer, proposer et réfléchir

-

"Trop de liberté nuit à la liberté" Nicolas Sarkozy, ministre de l´intérieur de France

Cher et honoré lecteur, vous l´avez certainement remarqué : nous ne sommes pas ce qu´on appelle un journal d´information. Ce n´est pas notre but. Notre but est de traiter de l´existentialisme de l´homme noir, de l´Afrique et bien sûr des rapports et faits ayant influencé ou l´influencent toujours l´avenir et le développement de ce continent. Et c´est dire aussi de sa phénoménologie de la liberté. Cela nous emmène naturellement à saisir les informations actuelles qui ont une incidence directe sur la gestation et l´évolution de la liberté pour donner à nos lecteurs l´occasion de saisir dans la momentanéité de l´actualité le rapport qui existe avec des idées, des intentions, avec une certaine critique précise des voies et faits envers la liberté elle-même, mais aussi avec nos droits en tant qu´être humain. Pourquoi la liberté, se dira-t-on ; mais parce qu´étant le lieu de définition et de réalisation de notre réalisation sensible dans l´espace et dans le temps, la compréhension et l´analyse du structuralisme politique qui nous entoure, des possibilités et des moyens qu´il convoie permet de mieux comprendre et d´apprécier de la valeur des intentions extériorisées, et plus important : de leur contenu réel caché. Croire que la liberté est une définition individuelle, idéale, étatique ou raciale est de la pure aberration. La liberté de l´être humain d´aujourd´hui est devenue, de par l´écologie, les rapprochements de communication, celui des idées, des créativités, l´interdépendance des cultures humaines et de ses influences techniques, économiques, politiques, une mondialisation quasi inévitable pour l´être humain moderne. Celui qui ne l´a pas encore compris ne sait, à notre avis, plus ce qui lui arrive, autant qu´il ne définit ou n´appréhende la liberté que partiellement. Nous sommes donc ce qu´on appelle une page Internet engagée, plutôt d´opinion que de rapports de faits. Et pour situer certains lecteurs, nous avouons que nous ne sommes pas des rapporteurs aux yeux fermés ou aux sociologues de l´après coup ; bien au contraire, nous défendons sous Réalisance un idéal de liberté qui se reconnaît de la liberté de tous et celle d´un chacun. Un enjeu ambitieux, mais à notre avis le seul moyen de comprendre et de saisir réellement la vraie dimension de la liberté humaine. Nous sommes persuadé que les maux actuels de l´Afrique viennent surtout du fait qu´elle tarde à définir sa propre conception de liberté et à l´imposer autant dans ses sociétés qu´envers les autres. 

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com