Une demanderesse allemande d´origine marocaine a été déboutée de sa demande en divorce pour violences maritales.

La charia, le coran feraient-ils la justice en Allemagne ?

Plutôt scandaleuse que piquante, cette affaire. Une allemande d´origine marocaine mère de deux enfants battue par son époux allemand, lui aussi d´origine marocaine, n´eut d´autre issue que de demander le divorce en octobre 2006 ; une juge de famille cependant le lui refusa en se fondant…sur le coran ! La juge de famille prétendit que d´après le § 1565 du code civil allemand (BGB), l´exercice de la punition corporelle envers la femme comme le coran le reconnaît ne présente pas une violence insupportable.

La plaignante, qui a reçu la signification de cette décision en janvier, est naturellement, avec son avocate Becker-Rojczyk, allé en appel. Dans la notification du jugement, la juge avait pris référence sur une sourate du coran selon laquelle l´époux serait blessé dans son honneur si sa femme ne se soumettait. 59311v1

La juriste Becker-Rojczyk a, comme on s´y attendait fait relever la juge de cette affaire, autant qu´elle est allé devant l´opinion public pour sanctionner le mépris évident non seulement le la souveraineté du droit allemand sur son propre territoire, mais aussi des droits légitimes de sa cliente qu´elle estimait grossièrement lésé.

Ce jugement que le justice va casser a soulevé, autant dans les milieux politiques que dans la population allemande un large murmure scandalisé, et plusieurs questions ont jailli de partout : depuis quand la charia ou le coran avaient-ils relevé e droit allemand sur son propre territoire ? Depuis quand un homme avait le droit de frapper sa femme parce qu´il est musulman ? Depuis quand une juge allemande est-elle autorisée à user ou interpréter du coran dans ses décisions ?

Et on fut agréablement surpris que même le conseil central des musulmans en Allemagne rejeta catégoriquement les raisons et le jugement prononcé qui était, selon. Toute évidence, contre l´interprétation actuelle du droit marital en pays musulman.

Cette réaction unanime de la société allemande plutôt scandalisée et choquée, a provoqué des excuses de l´association des juges. Et pour ma part, en prouvant que même les juges sont faillibles (on pourrait même dire qu´il s´agit de débilité juridique, car une femme juge occidentale qui prend un tel jugement à l´égard d´une autre  femme en détresse… !), mais que le droit et la vigilance publique a énergiquement réaffirmé sa souveraineté et son exclusive compétence territoriale.

Au-delà de cet aspect des choses, nous saluons la solidarité musulmane officielle en Allemagne. Cela pourrait lever l´équivoque du pouvoir du coran en occident et aider à un éloignement (ou interprétation, c´est comme on veut) restrictive ou fanatique du coran comme instrument de droit. Cette histoire permettra-t-elle de renforcer dans les pays islamiques de la valeur réelle d´un droit laïcisé, objectivé du joug par trop archaïque du coran ? Nous l´espérons vivement. Car on doit bien se mettre à l´esprit, et surtout envers les femmes du monde entier, que notre monde et notre jugement ne saura jamais être assez vigilant et juste pour réparer les dommages leur causé depuis des siècles.

Au moment où l´Europe fêtait en grande pompe les 50 ans de la signature du traité de Rome, par lequel l´Europe sortit de l´antagonisme militaire qui depuis des siècles sévissait sur son territoire et avait abouti, en deux guerres mondiales, à un massacre sans précédent de sa population ; au moment donc où on fêtait la période de paix la plus longue de l´histoire européenne, le refus de justice de cette juge allemande tomba comme un cheveu dans la soupe. Mais, Dieu merci ; la réaction qui émana de partout à la fois fut prompte et sans le moindre doute. Et à la lueur de cet éclat malheureux, il y a lieu de demander aux hommes et femmes progressistes du monde entier d ne pas fermer les yeux sur toute forme d´injustice quelle qu´elle soit. De participer à la construction et à la gestation de meilleures société de justice et de droit. Ceci est tout autant valable pour l´Afrique des excisions criminelles des femmes, de l´Inde des assassinats et meurtres de filles ou de femmes mal venues, de la Chine…etc. Et le fait que ce soit une juge allemande qui aie commise cette bourde autant grossière qu´injustifiée, ne prouve qu´une chose : même l´Europe n´est pas parfaite ; elle aussi a bien de vices et d´injustices à se reprocher autant dans son histoire que dans son historicité contemporaine. Fêter ces 50 ans d´aujourd´hui avec joie et componction ne doit pas faire oublier que l´effort de justice et d´équité sociale continue. Envers les femmes, les enfants, les étrangers, les malades…oui, aussi envers l´Afrique, par exemple, qui souffre énormément de l´hégémonisme occidental rapace et étouffant depuis des siècles.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com