En réponse à l´article d´Afrikara du 03.04.07 : Si le terrorisme n’existait pas l’Occident hésiterait-il à l’inventer ? 

Derrière l´heureux prétexte de lutte contre le terrorisme

Ne soyons pas bornés, le danger terrorisme ; si le terrorisme est compris comme un bris de dialogue, ou une exclusion infamante contraignant un quelconque mouvement social à ne faire valoir ses droits objectivement lésés autrement que par la violence, ce danger existe. Et l´exemple actuel du terrorisme islamique le prouve grandement. Et quoiqu´à mon avis ce terrorisme islamique, pour peu révolté ou même acculé par la rapacité et la domination occidentale n´ouvrant que sur un centralisme aveuglé par ses intérêts subjectifs étroits ; à part un coranisme plutôt borné et sans réelle qualité d´émancipation intérieures, ces islamistes ne nous apportent rien de nouveau. Se réclamer de Mohammed ou simplement du Coran pour prétendre à résoudre les problèmes complexes de notre monde actuel, et au demeurant tuer, assassiner des innocents pour prétendre pacifier le monde et le rendre heureux…permettez mon humour, mais cela relève plus de la pire des vulgarités criminelles que du talent culturel civilisé.

Ce qui aggrave le jugement que n´importe quel être humain cultivé et nanti de bon sens porte à l´égard du fondamentalisme islamique terroriste, c´est que – et on l´oublie que par trop souvent – que le christianisme, à son époque, a employé le même catéchisme criminel et borné pour s´emparer du monde, massacrer les indiens d´Amérique, faire l´esclavage des africains, entreprendre des colonisations volontairement destructives des cultures et de sociétés qui en furent les victimes. Ce prétexte religieux tuant et massacrant à loisir en foulant à ses pieds les préceptes de sa propre religion, il n´est pas nouveau. Et pour vrai dire, il relève aujourd´hui plus de la primitivité culturelle, que du modernisme contemporain affirmé de la culture humaine. On s´étonne donc que quelques arabes ou islamistes veuillent faire gober au monde d´un art de vivre, de comprendre et d´entreprendre l´existence dépassé parce que vil, autoritaire, violent, et dont la seule vertu serait qu´il n´apportait aucune réponse réelle et éprouvée aux problèmes grandissants et complexes de coexistence humaine face à notre irréfutable et légitime droit à la réalisation sensible. Quid de l´industrialisation excédentaire et d´usage d´étouffement, d´étranglement économique ? Quid de l´écologie barbare mettant en danger l´équilibre et la régénération naturelle de notre atmosphère aujourd´hui mise journellement à mal ? Quid de l´escroquerie faite par les pays industrialisés envers les autres pays par la consommation abusive de matières premières précieuses et irremplaçables ? Quid de la pauvreté et de l´ignorance dans le monde sous développé ? Quid au droit légitime à la liberté et aux respects des droits de la femme ? Quid de la violence et du violentement contre instrument de droit ou d´exercice de pouvoir ? Si pour répondre à toutes ces questions et bien d´autres encore, la réponse était : priez à l´Islam et lisez le Coran…hem ; et ceux qui avaient depuis des siècles cru et pratiqué cette religion, tous ces pays tels que l´Afghanistan, le Maroc, la Libye…était-ce tous des paradis terrestres, des lieux de hautes créativités et de prospérités industrielles ? Non, n´est-ce pas ! Mais alors, pourquoi ce tamtam inculte et gratuit ? A moins que ce ne soit tout simplement…la brute exacerbée et primitive qui se cachait volontairement derrière le faux prétexte du fondamentalisme religieux pour masquer ses incapacités, ses insuffisances. Quand on n´était pas capable de comprendre ou de produire la perfection, pourquoi diable devenait-on aussi facilement instructeur du parfait ? Un petit peu de modestie, d´humilité n´a jamais tué quelqu´un ; bien au contraire, il affranchit et émancipe…de l´étroitesse, de la violence, de la banale médiocrité.   

Le jugement précédent ne lave en aucun cas l´occident l´intention, et surtout les Etats-Unis, de profiter du 9/11 pour resserrer sa mainmise politique et militaire sur le monde. L´occasion venait à point, au moment où, après 600 ans de domination mondiale riches en cruautés et en actes primitifs en tous genres, la Chine et l´Inde montaient au firmament de leur industrialisation et risquaient même, à eux deux, de décentraliser définitivement la polarité occidentale sur le monde en leur faveur. Par ailleurs, avec l´accroissement des moyens de communication et d´information, le tiers monde – et particulièrement l´Afrique – prenait connaissance de toutes les fourberies qui lui avaient été faites sous des dénominations scandaleuses diverses de coopération, d´aide, d´assistance. Et ne sachant plus répondre aux appels d´intégration réelle, d´investissement de libération plutôt que de soumission à un ordre mondial inféodé à la race Blanche et à son rapace productivisme, l´occident en passe de perdre son niveau de vie et ses privilèges commerciaux, économiques, financiers s´est bien engagé à défendre – non pas la démocratie ou la liberté comme on le prétend si souvent abusivement – mais bien ses intérêts étroits et conservateurs de son hégémonie actuelle. Et pour ce faire, et devant l´incroyable Bollwerk qui le menaçait, au lieu de faire preuve de qualités et de bonne foi (autant envers la Démocratie qu´envers la Liberté), l´occident acculé au pied du mur a craqué et se retrouve à employer des méthodes et des logiques qui, derrière de faux prétextes et de fausses allégations (tel celui de l´invasion irakienne, par exemple) n´avaient plus qu un but : défendre sa domination à tout prix.

Et pour répondre à la question principale de cet article : si le terrorisme actuel n´existait pas, l´occident hésiterait-il à le créer ? Je dirai sans hésiter, pas un seul instant, et pour cause : l´esclavage, la colonisation, le massacre des indiens d´Amérique, les guerres du Vietnam…etc ; tous ces actes historiques passés étaient cependant tous des actes de terrorisme conséquents et affirmés. Celui qui croit le contraire est bien naïf. Ou foncièrement amoral. Et pour moi, le terrorisme étatique, religieux, économique, monétaire, financier ou même culturel auxquels nous assistons de nos jours, qu´ils soient pratiqué par des cols blancs, des gouvernements ou des mullah illuminés, tient du même mal et doit donc être décliné et combattu avec la même énergie, la même détermination. Ce n´est pas parce que les uns sont invisibles, que les autres se cachent sous de fallacieuses mises en scènes ou des mensonges de corruption, que pour cela ils sont plus honorables que ces terroristes barbares qui posaient des bombes et tuaient des innocents. Les femmes et les enfants qu´on assassinait à distance en Afrique, dont on privait d´avenir, desquels on corrompait les élites et pillait leur sous sol tout en leur léguant une écologie pourrie, la misère et la pauvreté comme seule récompense et exutoire existentiels ; ces victimes étaient bien visibles et accusatrices, ô combien !

Qu´on ne s´y trompe pas, toutes ces déviations culturelles issues du terrorisme au sens large injuriaient et foulaient à leurs pieds l´un des principes le plus précieux de la civilisation humaine qui est celui du respect de l´intégrité et de la vie des autres. Toutes ces bassesses sont méprisables et criminelles et doivent être bannies le plus rapidement de nos cultures, parce qu´elles usent de moyens primitifs et barbares qui risquent de mettre à mal nos libertés et notre légitime droit à la démocratie. Car, ne soyons pas aveugles : même si cette dernière incite à la tolérance et au respect de la liberté d´expression et de réalisation pour tous ; nous sommes tous d´accord comme elle que cet enjeu ne peut pas se faire avec le crime, la mauvaise foi, le mépris et l´immoralité. La justice est donc une part incessible de notre coexistence humaine ; et il serait grand temps que bien de gens le comprennent, si cela ne leur a pas encore sauté aux yeux.   

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aolcom