Un scandale écologique, une escroquerie économique sans précédent des temps modernes. (Congo Tribune 12/04/2007)

Au vil prix du pain noir



Le quotidien britannique The Guardian de ce mercredi 11/04/07 dénonce le scandale de la vente d'une étendue de la forêt équatoriale congolaise aussi grande que le Royaume-Uni pour quelques machettes, 20 sacs de sucre et 200 sacs de sel distribués aux chefs coutumiers.

Vingt compagnies américaines et européennes ont depuis 2002 signé environ 150 contrats leur octroyant la propriété de la forêt vierge pour l'exploitation du bois pour une durée de 25 ans. Les modiques dépenses effectuées pour obtenir ces concessions représente à peine dix mille livres sterling, soit un peu moins de vingt mille dollars américains. Toutes ces firmes sont représentées par la Congolese Timber Industries Fédération dont la secrétaire générale se trouve être la belge Françoise van de Ven. Chose triste et grave, le rapport écrit à ce sujet critique la Banque mondiale qui encourage l'exploitation des essences forestières du Congo alors qu'elle est consciente de la nature corrompue de ces contrats. Le rapport craint que les conséquences sur l'environnement de cette exploitation barbare ne puisse affecter l'équilibre écologique mondiale.

Nous vous prions de trouver ci-dessous l'intégralité de l'article en anglais:

Selling off the rainforest - a modern-day scandal

Forum Réalisance