Depuis quelques temps, Joseph Kabila n´a été vu en public. Des bruits courent qu´il aurait été la victime d´un complot de Cour. Embarrassés, les responsables s´empressent de cacher le plus longtemps que possible la mort de ce président incapable et avorté par sa propre population.

Perdu dans la tourmente ou simplement liquidé pour faux et mystification ?

Oui, on se demande bien ce qui se passe. Pas qu´on eut à le regretter, cet enfant des maquis tanzaniens qui, avec une longue traînée de mensonge et d´identité falsifiée, et profitant de ce que Laurent kabila épousa ou vécu avec sa mère, il se prétendit son fils et se fit élever, avec l´aide empressée d´un Louis Michel, à la magistrature suprême de l´Etat Congolais. Une belle supercherie que des illuminés katangais s´empressèrent d´entériner pour investir et conserver le pouvoir au Congo. Mais depuis que la vraie identité de Kanambé fut révélée, et surtout l´écroulement de tous les mensonges que ce rwandais d´origine s´était tissé pour tromper son monde, ceux qui y adhérèrent s´en trouvent aujourd´hui plus qu´embêtés.

Tout le monde avait demandé l´analyse ADN du prétendu fils de Laurent Kabila, puis lorsqu´on parla d´adoption, tous demandèrent des documents légaux et officiels. Rien n´y fit. L´homme avait déjà ses adeptes qui s´empressèrent d´étouffer ces exigences légitimes du peuple congolais. Les katangais, craignant que le pouvoir ne leur échappe, ils mirent beaucoup de zèle à faire officialiser leur poulain. Des documents furent surfaits, de faux liens familiaux grossièrement achetés au prix du silence et d´argent. Hélas, l´homme n´était ni à la taille de ses ambitions, ni aux mesures du costume du pouvoir qu´il se dota avec l´aide de quelques véreux prêts à tout pour faire fortune, ou comme la Belgique avoir main basse sur les richesses minières du Congo.

Mais aujourd´hui, que s´est-il donc passé ? Rien ne marcha comme l´espéraient tous ceux qui mystifièrent et trompèrent le peuple congolais. Non seulement les mensonges ne furent plus tenables, mais le faux président lui-même s´avéra n´être qu´une piètre personnalité. Il ne se fit ni aimer, ni vraiment accepter par les congolais qui sentaient à tous ses pas l´odeur dérangeante du bas mensonge. Et lorsque mystérieusement ses parents sont victimes d´assassinat, on a compris alors qu´il voulait éliminer tous ceux qui connaissaient la vérité ou pouvaient, par examen sanguin, dénoncer la mystification.   

Mais qui peut aimer un président qui se déplace en blindés accompagné d´une batterie antiaérienne ? Lequel, depuis son avènement au pouvoir, lui et son prétendu père, le Congo n´a connu que guerre et rébellions qui coûtèrent 4,5 millions de vies au pays, sans oublier la misère et l´appauvrissement scandaleux qui frappa toute la population. Et pour combler le tout, avec un projet irréfléchi et mégalomane de 9 milliards $ avec la Chine, il voulut en saupoudrer plein la vue les congolais, croyant ainsi les aveugler et gagner leur admiration. Or, il avait oublié que ces congolais avaient déjà eu à déguster les illuminations d´un Mobutu qui acheta tout clé sur porte, entrepris de grands projets qu´il ne fut capable de financer pour les mener à bonne fin. Ce genre de cosmétisme, les congolais en avaient assez. Etait-il si difficile de comprendre que les congolais, ce qu´ils attendaient du pouvoir c´était créer l´emploi et les conditions d´investissement au Congo afin que ce peuple s´occupe lui-même de son avenir ?

Oui, c´est difficile à comprendre pour tous ceux qui ne comprennent rien à l´économie et à la simple réalité sociale du sous développement. Car tous les fanfarons, tous les pseudo hommes politiques africains qui s´empressaient de s´accaparer du pouvoir, faute de savoir exactement quels sont les devoirs et le contenu de leurs obligations, parsemaient leurs pays de projets tapageurs et coûteux vendus clé sur porte par l´occident qui s´enrichissait ainsi tandis que les accumulations sociales des pauvres peuples africains s´envolaient en fumée. Avec son méga deal chinois, kanambé voulait construire un échangeur, planter quelques kilomètres de voies ferrées...en échange de minerais du Shaba ! Il faut croire qu´après mûre réflexions, ce projet de troc n´a plu ni aux shabiens, ni aux occidentaux qui y virent autant un manque à gagner en travaux. Par ailleurs, ce rapprochement ténébreux avec la Chine...qui participait à la destruction du travail au Congo plutôt qu´il ne le créait.

Et maintenant ? Tout le monde est embêté : autant Louis Michel que tous ceux des congolais qui avaient soutenu cette mascarade politique. Le peuple, lui, a toujours pressenti la vérité. Et il attend qu´on lui rende justice autant dans sa fierté constitutionnelle bafouée que dans les abus qu´on s´est permis d´autoriser en son nom. Aujourd´hui les faussaires, les corrompus et les illuminés qui crurent profiter de cette mystification pour jouir du pouvoir et de ses privilèges ne savent plus comment ils doivent cette fois-ci présenter les choses au peuple. mais je peux les tranquilliser : la vérité, et toute la vérité suffit amplement. Et s´il vous plait, plus d´entreloupettes ou de cochonneries visant à tromper le peuple souverain. Une fois, c´est bon; deux fois, c´est trop. N´est-ce pas curieux que les soldats qui composaient la garde personnelle de Kabila soient enjoints à rejoindre les rangs de l´armée régulière ?

C´est pourquoi il faudrait mettre rapidement fin à cette mascarade et dire au peuple ce qu´il en est exactement. Si Kanambé a été abattu dans les échanges de coups de feu qu´on a entendu à la présidence, tant mieux ou tant pis. Bon débarras. Mais qu´on dise la vérité au peuple et qu´on cesse de vouloir le tromper encore une fois. Et même si personne ne regrettera ce douteux président, les circonstances de sa mort autant que celles qui ont permis la bouffonnerie par laquelle il est parvenu au pouvoir doivent être élucidés le plus fidèlement que possible.

Et à l´avenir, qu on cesse de prendre les congolais pour des idiots. Il est temps qu´on cesse de mettre à la tête de ce pays des incapables et des parvenus. Cela ne mène nulle part, sinon au désastre de la pauvreté et du manque. Si les intellectuels de ce beau pays ne l´ont pas encore compris, ils sont indignes de se prétendre intellectuels parce qu´ils se privent eux-mêmes d´avenir en épluchant et en écorchant leur propre peuple. 

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

Forum Réalisance