A l´occasion de la fête du 90ième anniversaire de Nelson Mandela à Londres, l´occasion de féliciter cet enfant chéri de la terre africaine ; mais aussi de nous demander ce que cet homme vaut pour nous ; ce qu´il nous a rendu ou ce que le symbolisme de sa vie réserve à la génération future.

Au-delà du simple symbolisme

Chaque fois qu´on le voit, chaque fois qu´on entend parler de lui, c´est à peine si on peut oublier que cet homme avait cruellement souffert 28 ans de sa vie enfermé dans une prison de l´Apartheid sud africain. La lutte pour laquelle il avait été illicitement incarcéré a vaincu et lui-même avait retrouvé, en devenant le premier président noir de l´Afrique du Sud, la place qui lui revenait de droit. Après avoir cédé cette illustre fonction publique à Thabo Mbéki aujourd´hui, force est de nous demander : tout est-il revenu dans l´ordre ? La victoire de la libération de notre plus précieux symbole politique vivant nous a-t-il ouvert l´espoir que nos droits et nos libertés en terre ancestrale d´Afrique du Sud seraient désormais respectés ? Qu´est-ce qui a changé depuis ; et que reste-t-il à faire afin que l´idéal attaché à la vie de cet homme lui rende, à lui et à nous, justice réellement ?

Et du coup on se rappelle des fraîches émeutes sanglantes ayant secoué l´Afrique du Sud. Plus de 43 morts africains étrangers en Afrique du Sud, ou encore le rouge de ces statistiques sociaux qui expliquaient, entre autre, pourquoi les sud africains noirs, excédés par le chômage et la pauvreté (40%) qui les frappaient, cherchèrent des boucs émissaires dans les étrangers zimbabwéens ayant trouvé refuge chez eux. Les problèmes ne faisaient-ils que commencer, ou les noirs aux rênes du pouvoir politique avaient été déjoué et se trouvaient, les mains vides, devant une flambée de désirs et de besoins qu´une économie trop lente (apparemment) à satisfaire les attentes de ceux qui souffrirent jadis l´enfer et furent privés de bien de droits afin que les boers de l´Apartheid s´enrichisse et exerce sur eux une scandaleuse domination.

L´occasion, en disant Happy Birthday, Mister President ; de se demander ce que l´avenir nous réserve. Car si l´histoire reconnaîtra toujours en Mandela un héro, la valeur réelle qu´il représentera pour nous, pour toutes les générations futures d´africains, et mêmes d´enfants du monde, dépendra non seulement de la compréhension profonde du symbolisme qu´il nous aura légué, mais aussi de l´enjeu et de l´usage que nous auront fait de son contenu véritable. Ce symbole Mandela n´appartient pas seulement aux sud africains seuls, loin de là ; il appartient aussi à tous les étudiants du monde, à toutes les nations et les femmes et hommes de bonne foi qui ont élevé la voix pour combattre l´Apartheid et obtenir ainsi à la libération de son leader le plus charismatique.

En cette place, nous remercions tous ceux qui se sont battus aux côtés de l´Afrique entière, pour un idéal humain allant au-delà des frontières, de races, des couleurs et idéologies politiques. Après quatre longs siècles d´esclavage, des décennies de colonisations sanglantes et destructrices de nos cultures et de notre souveraineté, des indépendances truquées et mensongères, l´Afrique eut enfin le sentiment, avec la libération de son leader et symbole le plus cher, que le monde avait fini par reconnaître et accepter les droits légitimes et la liberté de l´homme noir. Quel soulagement ! Notre joie était aussi grande que notre désespoir l´a été ces longs siècles d´exactions et d´injustices.

Maintenant, et devant le jugement de l´histoire humaine, et surtout celles de nos brûlantes espérances quotidiennes auxquelles nous devons rendre justice rapidement afin que ce symbole garde sa valeur et son contenu enrichissant, nous nous devons d´organiser et de défendre au mieux ce que ce combat humain fondamental nous a légué. C´est notre façon d´aimer Mandela, mais aussi de nous aimer nous-mêmes en respectant ce qu´il y a de précieux et de profond dans l´exemple et la portée de ce combat, afin qu´à l´avenir le grand idéal de liberté et de droits humains dans lequel le monde entier nous a rejoint, le faux, le mépris et l´incompris ne viennent y semer leurs mauvais grains.

Bien sûr nous ne sommes pas aveugles, qu´il nous semble bien que les choses auraient pu être conclues autrement, ou que les forces en présence n´ont pas changé ; elles se sont plutôt retranchées derrière leurs intérêts réciproques. Et que même si les règles de l´enjeu social en terre sud africaine ont changé, l´homme noir, comme toujours et cela malgré toutes ses souffrances passées, est de nouveau contraint à se battre pour regagner le terrain qui lui revient de plein droit. Mais ceux qui nous sous estiment se trompent ; nous sommes du combat, de la nuit des temps inépuisée par des désirs et des vœux brûlants que l´histoire entière ne saurait entièrement assagir, tant est grande notre soif. Aussi, c´est avec joie et même profonde fierté qu´en fêtant le 90ième anniversaire de Nelson Mandela nous pouvons dire : « En avant, et que rien ne nous arrête sur le chemin de notre pleine et souveraine réhabilitation » !

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

Forum Réalisance