Un signal qui ne trompe pas: l´augmentation des prix du carburant conduit les consomateurs à réagir.

Sauve qui peut !

La fin d´une époque où le nectar noir était consommé abusivement comme s´il poussait sur les arbres vient d´entamer son dernier retranchement. Tous ceux qui prétendaient ou espéraient que le prix du pétrole allait descendre ou rester constant, se sont lourdement trompés. Il n´en sera rien de tout cela, bien au contraire. Nous le prédisions déjà, ce genre d´illogisme, même s´il est savamment attisé par des conférences tapageuses des grands producteurs rassemblés en toute hâte, ne peuvent plus rien changer à la fin prochaine de cette denrée industrielle.

Aux Etats-Unis aujourd´hui les chiffres annuels des producteurs automobiles ont choqué les plus pessimistes des critiques. Cela touche pratiquement toutes les marques, particulièrement les grosses cylindrées.

Ford, le deuxième grand constructeur américain a annoncé, par rapport à l´année passée, un recul des ventes de 28 % à 174.091 d´autos pour le mois de juin. Particulièrement touchée était sa section de véhicules sportifs tout terrain d´un recul de 54% ; mais aussi dans les ventes des Pick-up Truck de la série F, la série la plus vendue sur le marché américain où les ventes sont tombées de 40,5% à 38.789 autos. A cette nouvelle, le cours à la bourse des actions Ford est tombé de 6,5 % à 4,5 $.

Déjà lundi 30 juin, Chrysler, le plus grand producteur automobile des Etats-Unis avait annoncé, pour des raisons de difficultés de ventes dues à l´augmentation des prix du carburant, la fermeture de son usine aux confins de St. Louis, provoquant ainsi le licenciement de 2400 emplois au plus tard en fin octobre de cette année. Par ailleurs, dans certaines usines de Chrysler, selon le manager Tom LaSorda, il a été ordonné de réduire de moitié les heures de production. Chrysler a perdu cette année 20 % de ses ventes.

Les constructeurs allemands sont aussi touchés: Porsche a perdu le mois passé aux Etats-Unis comme au canada 19% de ses ventes à 2810 autos. Tandis que la série «Cayenne» ne perdait que 4%, le «911», lui perait 40% à 753 autos. Seuls VW et Daimler sont restés plus ou moins constants dans leurs ventes. VW a vendu 0,3% pls d´autos que l´année passée à la même époque, tandis que Daimler, et cela grâce à sa nouvelle marque de petite cylindrée, ses ventes ont augmenté de 12,9% à 22.121 autos, dont 2545 sur Smart.

Les gagnants sur le marché automobile américain sont, comme on s´y attendait, les voitures japonaises. Notons que les trois producteurs automobiles américains: Chrysler, Ford et General Motors sont en recul de ventes depuis quelques années sur leur propre marché. Selon leurs managements respectifs, elles vont se tourner vers la Chine, l´Inde et le Moyen orient pour compenser leurs reculs de ventes.

Reste à voir si le signal déclanché par la hausse des prix du pétrole ne sera pas repris ailleurs...aprés tout, on n´achète pas une automobile pour quelques jours ou quelques mois. Peut-être faudrait-il penser sincèrement à décrocher en fabriquant des autos à traction entièrement électrique...

Musengeshi Katata.                                                                                                                                   "Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu".

Forum Réalisance