Le Vatican s’est toujours opposé aux moyens de contraception. Mais aujourd’hui, pour asseoir sa position, la cité papale affirme que la pilule contraceptive a « depuis des années des effets dévastateurs sur l'environnement ». C’est en tous cas ce que l’on pouvait lire dans L'Osservatore Romano, le journal du Saint-Siège, dans un article signé de Pedro José Maria Simon Castellvi, président de la Fédération internationale des associations de médecins catholiques.

 

Cette nouvelle vendetta, que cache-t-elle donc en réalité ?

 

Pourquoi ce soudain élan écologique passionné de la part du Vatican ? Selon Pedro José Maria Simon Castellvi, la pollution environnementale dont il parle serait due aux « tonnes d'hormones relâchées dans la nature » à travers les urines des femmes qui la prennent. Des affirmations qui reposent sur les résultats d’études menées sur les populations de poissons peuplant les cours d’eau. Il était alors apparu que les poissons femelles devenaient de plus en plus majoritaires sous l’influence des hormones féminines, et que les poissons mâles devenaient stériles.

Un argument imparable pour le Vatican et une bonne occasion de dénoncer la pilule et ses effets néfastes autant sur l’homme que sur la nature. Rappelons-nous : en octobre dernier, le Pape Benoît XVI avait expliqué qu’« exclure la possibilité de donner la vie au moyen d'une action visant à empêcher la procréation signifie nier la vérité intime de l'amour conjugal ».

Les défenseurs de la contraception et les scientifiques déclarent cependant: « Une fois métabolisées, les hormones contenues dans les contraceptifs oraux n'ont plus aucun des effets caractéristiques des hormones féminines », a précisé Gianbenedetto Melis, vice-président d'une association de défense et de recherche sur la contraception. Et ceci n´est qu´en partie vrai.

En vérité, la stérilité de la race blanche a fini par inquiéter autant les chercheurs que les occidentaux eux-mêmes. Et pour dire vrai, la race blanche était en train de disparaître de la terre. Si longtemps on a caché ou minimisé cette évidence, aujourd´hui, et suite aux conclusions de grands chercheurs du Canada, de l´Australie, de l´Allemagne, et des Etats-Unis, on sait que l´industrialisation, et particulièrement les pesticides et certains médicaments à base d´oestrogène synthétisés déversés dans les rivières par les usines de production créaient ce déséquilibre hormonal absolument néfaste au développement de la gente masculine de la nature.

Ceci est tellement vrai que l´Allemagne était en train de disparaître de par sa démographie négative, ce qui a poussé le gouvernement allemand à octroyer à toute nouvelle mère depuis le 1 janvier 2008, une aide financière de 650 €. En Australie cette prime à la maternité était de 1350 $. Même Obama a dû admettre que les Etats-Unis souffraient d´insuffisances démographiques et qu´il fallait repenser la politique d´immigration. Parmi les pays concernés se trouve aussi l´Union russe, la Pologne, la Belgique, L´Allemagne, la France, la Grande Bretagne…etc.

Et pour revenir à la nouvelle vendetta que veut mener le Vatican contre la pilule, cette dernière n´est qu´à une minime part dans les dégâts stérilisant les populations masculines des pays industrialisés. C´est plutôt un usage intempestif d´hormones féminins dans les médicaments, les produits de nettoyage, les lubrifiants et les additifs industriels servant à ramollir ou adoucir le plastic, par exemple. Depuis longtemps ces effets négatifs sont connus par les chercheurs écologiques et les gouvernements concernés, mais les lobbies industriels mettent tout en œuvre pour retarder l´interdiction de certains produits et additifs industriels. A la longue les pays industrialisés seront pris à leur propre piège de cupidité industrielle et commerciale. Comme toujours, tout excès nuit. S´en rend-t-on compte ou essaie-t-on encore de trouver dans la pilule le bouc émissaire quand la vérité est ailleurs ?

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance