Réunie en séance extraordinaire ce jeudi, l´Union Africaine entend s´opposer – du moins entreprendre une démarche dans ce sens à l´ONU - contre le mandat d´arrêt émis par la CPI dans l´affaire du Darfour sur le chef de l´actuel président soudanais Omar El Béchir. On croirait tomber des nues ; cette Union Africaine sait-elle ce qu´elle fait ?

 

Arrêtez, malheureux ; ce sont nos femmes et nos enfants qu´on assassine et qu´on maltraite comme des animaux !

 

Quand on a entendu cela, on se demande bien dans quel monde on vit et quelles valeurs éthiques et morales sont défendues par cette organisation africaine ? Serait-ce comme on le disait dans le passé une association de dictateurs sanglants, malhonnêtes et corrompus sans le moindre notion de pouvoir et de responsabilité juridique ? Ou serait-ce une nuée d´incapables qui voyait ses femmes et ses enfants mourir de faim, maltraité et assassiné sans réagir énergiquement…pour aller défendre la cause de malfaiteurs notoires et récalcitrants ? Je dois dire que cette démarche choque autant qu´elle renverse le bon sens. Un criminel, quel qu´il soit, d´où qu´il vienne, est un criminel !


Que se passe-t-il en Afrique, que diable ? Vivrait-on sur la tête en reniant droit et libertés aux africains eux-mêmes ? On ne peut tout de même pas, tout en laissant la victime saigner de ses blessures, aller défendre l´agresseur criminel ! celui qui se conduit ainsi, quelle notion du Droit a-t-il donc, que diable ? 


Nous avons dû supporter ces incapables qui se laissèrent corrompre par les étrangers lesquels pillèrent sous leurs yeux l´Afrique entière sans que ces adeptes de l´unité africaine ne s´y opposent et défendent les droits et les intérêts des leurs. Nous avons dû souffrir toutes les guerres et les rebellions que ces sieurs avares du pouvoir se livrèrent dans toute l´Afrique, la mettant à feu et à sang. Et tandis que nous perdions les nôtres, seuls s´enrichir les marchands d´armes, les dictateurs et leurs alliés étrangers. Nous attendons toujours que ces messieurs créent des écoles pour nos enfants et luttent plus énergiquement contre l´analphabétisme ; qu´ils donnent l´emploi aux leurs et restaurent le droit et les libertés sur notre continent afin que celui-ci résolve par lui-même ses problèmes existentiels. Tout cela n´est ni entamé, ni pris au sérieux : l´Afrique, notre continent, est le plus pauvre et le moins instruit et développé de tous les continents de la terre. Faut-il que cela continue ?


Et maintenant ces messieurs veulent aller défendre Omar El Béchir, ce criminel de droit commun ? Arrêtez, malheureux, on ne peut pas aspirer à la liberté et à l´Etat de Droit tout en défendant le crime et la perversion sociale ! Cessez de vous occuper de ce que vous ne comprenez pas, tonnerre ! Cet homme a versé le sang de nos enfants par millier sur le sol de ce continent au vu et au su du monde entier ; il les a humilié, traité de moins que rien. Son jugement et sa condamnation sont une question fondamentale du respect du droit pour nous. Il en va non seulement de notre fierté en tant qu´être humain, il en va aussi du droit et du respect de la valeur et de la civilisation humaine !


Retirez immédiatement cette démarche abrutie auprès de l´ONU. S´il y a quelque chose auquel nous tenons particulièrement en tant qu´africain, c´est notre fierté d´être humain. Ce Béchir nous l´a enlevé et refusé avec le mépris le plus outrageant. Qu´on le livre rapidement à ses juges, et que ceux-ci fassent justice. Justice pour notre honneur, justice pour nos morts, justice pour un monde qui se refuse à accepter de tels crimes crapuleux et indécents dans l´esprit de sa culture et celle de sa civilisation. Et si L´Union Africaine n a pas encore compris où se trouve son devoir et comment il doit être accompli, il est grand temps de dissoudre cet association d´aveugles, d´incapables et de traîtres aux intérêts légitimes des leurs ! Et maintenant, place à la vraie justice : celle qui ne trahit pas les siens et toute la communauté humaine !

Musengeshi Katata

" Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance