Commentaire sur l´article de Charles Abugre sur Pambazuka News n° 109 du 19.07.2009 : http://www.pambazuka.org/fr/category/features/57900

 

Entre le discours gratuit, une stratégie affirmée de réalisation…et la réalité effective des enjeux culturels contemporains. 

 

Excellent article. Seulement, je me demande pourquoi les africains devraient attendre Obama, son discours ou ce qu´il a à dire pour mettre de l´ordre dans leur étable et mieux organiser leur avenir ? Je sais, vraisemblablement parce qu´après le limogeage et l´assassinat des politiciens africains avertis, les africains ont la mauvaise habitude d´écouter ce que leur ordonnent les occidentaux lesquels ont mis tout en oeuvre pour aveugler et soumettre l´Afrique. Or, la liberté, comme on le sait, réclame un tout autre comportement que celui-là. Il faut donc, envers et contre tout, sortir de la matrice aveuglante et abrutissante du maître occidental.

C´est en écoutant le discours qu´Obama a tenu devant la puissante NAACP américaine, et quand celui-ci recommande aux afroaméricains de privilégier l´instruction et de ne pas croire que l´avenir de leurs enfants se limitait à être basketteurs ou rappeurs, qu´on comprend mieux Obama. Ce discours est le même qu´il tient envers l´Afrique dont les intellectuels formés en occident ou aliénés par l´ordre occidental trompeur, ne cultivaient pas les moyens et les instruments mettant en valeur des stratégies propres de développement. A la fin, aux Etats-Unis comme en Afrique, c´est une question d´intellectualité et de fierté culturelle, économique, sociale.

Avec cette crise bien de choses viennent logiquement en surface: depuis 50 ans les finances internationales ont été faussées au profit de l´occident. Ce préjudice prémédité a privé l´Afrique non seulement d´investissement, mais aussi de moyens financiers et économiques de réalisation socioéconomique et culturel. Voilà, entre autre pourquoi Kwame Nkrumah a été écarté du pourvoir et Patrice Lumumba assassiné: c´étaient des gens qui voyaient très clairement dans les cartes occidentales faussées. Aujourd´hui, cependant, l´occident, le couteau sous la gorge avec cette monstrueuse crise, va amèrement regretter d´avoir étouffé vilement et sournoisement le développement des africains. Parce que notamment aujourd´hui il manque à cette culture occidentale des acheteurs pour ses industries surproductrices et acculées par les nouveaux arrivants sur la scène commerciale internationale. Et même si les africains les plus instruits ne mesurent pas la monstruosité et l´immensité de cette crise, toujours est-il qu´elle va mettre l´occident à mal à ce point que si cet occident ne trouve pas de solution satisfaisante...cette culture risque bien de s´effondrer sous ses dettes et son manque à gagner. Par ailleurs, bientôt va s´ouvrir en occident une guerre commerciale incroyable ; c´est à qui vendra...mais à qui donc si tous sont endettés sinon producteurs eux-mêmes ? A l´horizon de cette crise pointait déjà le spectre du protectionnisme, celui des rationalisations cruelles racrachant chômage et réductions de revenus...les années de vache maigre. Ce sort qui touchera l´Afrique de plein fouet, ce continent l´a-t-il mérité; pourquoi devons-nous toujours subir les suites négatives des erreurs grossières des autres cultures ?

Le grand problème de l´Afrique, c´est qu´elle rate toujours ses rendez-vous avec des moments historiques jouant en sa faveur. Cette époque que nous allons traverser dans les années qui viennent en est un de ceux-là. Il suffit seulement de comprendre ce qui se passe. Or, beaucoup trop de naïveté, d´aliénation, de nonchalance...et même de désespoir, aveugle et déroute les africains. Or, l´Afrique n´a jamais été autant en position de force tactique qu´aujourd´hui ! Mais voilà: les accumulations africaines continuent à être rongées par l´occident et les élites au pouvoir ; et des

universités délabrées ou délaissées ne sont pas à mesure de voir plus loin que leur nez afin de redresser le courant négatif qui effritait depuis longtemps l´avenir des africains...Le seul discours d´Obama peut-il provoquer des miracles dans ces conditions ? Sans investissements industriels, sans emplois de haut niveau producteurs de plus value et de créativité scientifique et économique...sans élever l´imaginaire, la créativité et l´entreprenariat africain constamment en les ajustant aux nécessites contemporaines, ce n´est hélas pas un discours qui viendra faire quoi que ce soit. Ne l´oublions pas: un discours n´est rien d´autre qu´un discours, pas plus. Mais l´amour de nos propres enfants et de nos femmes; le respect de leurs rêves et de leurs attentes, cela ne suffit-il pas à nous motiver à défendre ce qui est bien plus précieux que le discours le plus soyeux qu´on puisse nous faire ? Je le pense bien.

Et quoi qu´ait été le passé, et qu´importe ce que sera l´avenir; nous devons nous dire que notre bien-être, celui de nos femmes et de nos enfants est prioritaire et passe avant tout. Occident ou pas. Longtemps nous avons subi et écouté ou suivi les options et mensonges de ces gens...il est temps de dire ouvertement que cela suffit, que l´Afrique n´est ni la poubelle, ni la réserve prédestinée d´un occident faux, sournois et escroc à loisir. Ces temps-là sont révolus. Bien finis. Que l´occident se l´inscrive en lettre rouge dans sa mémoire: nous aussi nous sommes des êtres humains, nous aussi nous avons droit à une liberté propre et sincère qui ne soit pas truquée et attelée à la cinquième roue de la charrue socioéconomique occidentale. Mais pour cela nous devons exercer pleinement nos responsabilités: autant politiques, intellectuelles, créatives et industrielles que culturelles. Sans cela l´occidental croit toujours qu´il doit nous confectionner l´avenir à sa manière bien connue depuis des siècles.

Musengeshi Katata
"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance