Commentaire sur Tatun info : http://tatun.unblog.fr/2009/08/23/afrique-le-detournement-democratique/#comment-4471

 

Le fond rationnel et logique du problème

 

Beau propos, seulement, quand on veut aller au fond d´un problème, il faut y aller vraiment. Ici la part économique de la culture ou de la démocratie doit être prise en compte. Personne ne vit dans un monde ou avec des moyens qu´il n´a, au préalable, pas produit. Logique. Or, avec le transplant actuellement en Afrique, on a ce curieux phénomène. L´occident, avec sa surproduction économique et commerciale y vend ses excédents sans regard de l´appauvrissement que cette attitude provoquait dès lors que les africains ne savaient pas exporter en occident des articles de même densité de travail.

On a donc en Afrique des cultures, des gens qui roulaient en voiture, volaient en avion, sans les avoir produit et même sans avoir cultivé l´esprit technique et culturel qui aurait accompagné ce produit si celui-ci avait été produit sur place. Je parle ici de formation de techniciens d´entretien, d´écoles et de formation et compréhension technique appropriée, de techniques parallèles accompagnant un système technique tel par exemple les pompiers ou les ateliers de réparation…etc, etc. On employait donc en Afrique des produits sans “âme”, sans relèvement de la raison, du bon sens, du besoin au sens résolu, tout cela en s´appauvrissant outrageusement par la dépense irraisonnée de ses accumulations (irraisonnées parce qu´on doit revenir un jour et acheter de nouveau si on ne produit pas par soi-même ce produit). Or, le développement, qu´il soit institutionnel ou industriel de production, se fait dans le besoin, dans la raison et la projection d´une solution dans la réalité résolvant ses problèmes et non les fuyant avec l´importation, comme on le voit actuellement en Afrique. Aussi dirai-je aux gens de cesser de vouloir être ce qu´ils ne sont pas, d´employer des moyens techniques dont ils n´avaient pas élevé l´esprit rationnel et technique que ces produits et ces techniques exigent pour sortir tous les effets escomptés en les fabriquant.

Ce phénomène se voit autant dans l´économie, que dans les institutions. Cela créait la superficialité et la pauvreté mentale et économique en Afrique. Et ceci doit, dans l´intérêt des africains autant que celui de leur meilleur développement, cesser. Sinon les gens continueront à tourner en rond sans prendre la peine à apprendre à résoudre leurs problèmes urgents quitte à consommer le prêt à penser, le prêt à consommer, le prêt à utiliser du placardage institutionnel occidental. Si cela peut permettre aux occidentaux de vendre à tout azimut des armes, des bibelots et des biens de consommation en Afrique pour donner des débouchés à leurs surproductions, pour l´Afrique, cependant cette situation produit inévitablement la pauvreté, l´indigence, l´étouffement et l´écrasement culturel tout simplement. Pire encore est l´attitude intellectuelle aujourd´hui qui passe sciemment à côté de cette évidence cruelle et logique tout en prétendant vouloir faire le développement. Or, celui-ci voulait que l´esprit, la culture et la production matérielle ou immatérielle aient été produits par la même mère pour engendrer un enfant sain, fort, fier de son identité et capable, lorsque les problèmes se posent, d´y apporter des solutions propres et efficaces.

Musengeshi Katata
“Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu”

Forum Réalisance