Commentaire sur facebook sur l´article de Jeune Afrique à ce sujet pour répondre à l´intervention de Samuel Kristian Minyem

 

L´aide seule ne mène nulle part, l´Afrique doit replacer sa destinée entre ses mains et vaincre ses contradictions ou celles-ci continueront à la détruire.

 

Il faut savoir ce qu´on veut: ou soutenir des traîtres aux leurs et des criminels politiques et économiques ruineux et incapables, ou soutenir la réhabilitation du peuple dans ses droits et ses obligations envers lui-même. Pour ma part le choix est clair : le peuple qui est la source et le lieu culturel de l´histoire, doit être défendu et réhabilité. Mais si on croit qu´il s´agit seulement de faire de beaux discours pour que cela arrange tout, on se trompe bien actuellement car le faux ruineux et dépersonnalisant a été placé par la francafrique en vrai politique et le vrai de l´identification culturelle, celui de l´effort, de la motivation et de la conscience historique d´être; celui-là a été repoussé au mensonge et à la négation. L´Afrique vit pour ainsi dire sur la tête, en se détruisant et en se désorientant chaque jour un peu plus. Il faut briser le cercle vicieux de cette mystification et rendre à notre continent sa logique économique, politique et culturelle par laquelle elle renoue avec des valeurs positives en son histoire et le dynamisme intellectuel et imaginaire de ses peuples, que notre continent apprenne et s´atèle à les critiquer et les fructifier en érigeant une économie moderne et une stratégie politique structurée autour de la défense du bien-être et de l´épanouissement des africains eux-mêmes. La liberté ne tombe pas du ciel, elle ne se donne pas non plus, autant qu´elle ne peut pas être faite et défendue par des étrangers qui n´en connaissent ni les tourments, ni la profonde poésie, encore moins les rêves et les attentes secrets qu´une nation, qu´un peuple se destine. Il faut faire cette liberté pour veiller à ce qu´elle honore et réjouisse celui qui y aspire pleinement parce qu´il en est la maître et l´architecte.

 

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance