Commentaires faits sur facebook

 

A cœur ouvert…et sans le moindre détour

 

Dieu est-il du côté des criminels et bandits culturels ?

De quoi les gens peuvent diable discuter si longtemps en tapant à côté du fond du problèmes ? Existe-t-il réellement de Dieu qui puisse autoriser ses adeptes ou ses croyants à aller piller, violer, prendre des enfants de Dieu en esclavage ? Ce genre de Dieu injuste, criminel ou parjure à la bonté, à la justice et á la grandeur morale et éthique, existe-t-il ; de quel Dieu s´agit-il donc ?

En répondant à cette question dans l´expérience de notre histoire africaine, nous arrivons bien à la conclusion que les religions chrétiennes ou islamiques qui se sont permis d´aller faire des esclaves de par le monde et en Afrique particulièrement pendant plus de 400 ans sur notre continent afin de s´enrichir à bas prix et établir leur hégémonie sur d´autres races et peuples, ces religions ont été dévoyées de quelque Dieu que ce soit pour exercer des buts et des intentions coupables et inconciliables avec n´importe quelle pensée ou évocation déictique. Il s´agit donc, derrière ces religions, de charlatans criminels, coupables ayant des intentions économiques ou culturelles coupables et primitifs.

Il ne faut pas l´oublier: si Dieu a créé la terre, la nature et les races et leurs diverses religions, il n´a fait part que de sa grandeur infinie et généreuse de tolérance, de respect de la diversité et de démocratie ! Aussi, tous ceux qui croient qu´ils peuvent imposer leur religion sur terre, faire le racisme et la discrimination, ou priver des peuples ou de races entières de droits, de libertés ou même de leur avenir; ceux-là parjurent absolument contre toute religion respectant réellement Dieu.

Dieu n´est ni criminel, ni ségrégatif, ni violeur ou marchands d´esclaves; il est plutôt un Dieu de beauté, de bonté, de justice, de bien, d´espérance et de tolérance ! Celui qui prétend croire en Dieu et qui cependant fait sciemment des crimes et abus envers les autres, n´est rien d´autre qu´un vulgaire criminel qui se cache derrière sa foi ou sa religion pour exercer ses bas et primitifs instincts. On ne doit donc pas se gêner à éconduire et écarter ce genre de criminel dangereux à la société ou à nos rapports humains. Ceci nous permettrait, notamment de préserver ce qui est beau, sincère, juste et fiable dans notre existence. MK

-----------

 

Une femme noire peut-elle être fière de ses cheveux crépus ?

Fier de ceci, fier de cela, et puis tous ces complexes et ces préjugés...il faut arriver à dépasser tout cela. Quand l´industrie s´en mêle ainsi que l´esthétique affirmée d´une société, les choses changent. Les africains se sont longtemps, trop longtemps laissés dicter leur sens de l´histoire et ce qu´il devaient faire ou ne pas faire pour être admis dans la société dominée par l´absolutisme occidental. Mais n´est-il pas temps de dire que cela suffit ? Peut-être qu´en élevant ce qui se trouve dans la tête au lieu de s´occuper de l´aspect de ce qui se trouve sur la tête, on arriverait enfin à comprendre où la liberté et la démocratie se trouve réellement. Notamment là où on se réalise par soi-même et comme on le veut et pas comme les autres voudraient qu´on soit ! L´indépendance et la liberté culturelle et mentale est à ce prix.

Personnellement je ne me fais pas de problèmes face à des cheveux crépus ou pas. Les traits, la beauté, l´intelligence et l´effort de quête à se réaliser dans un idéalisme supérieur m´importent plus. Et je vous assure qu´une femme qui a de jolis traits, un joli nez, un doux visage et un physique attrayant...avec ou sans cheveux crépus, elle n´est pas obligée de faire des efforts pour se faire admirer ! Lorsque les coloniaux occidentaux vinrent en Afrique nous faire des mulâtres et mulâtresses, ils n´ont pas attendu que les belles femmes lissent leur cheveux ! Ceci pour vous dire qu´ils les ont, malgré leur cheveux crépus, admirées.

Alors, au 21ième siècle, cessons d´entretenir de complexes dépassés et veillons plutôt à élever le niveau intellectuel des femmes noires qui est bien bas à mon avis. Ou alors elles doivent plus se battre pour le progrès économique et social en Afrique, la création d´emplois, une meilleure éducation de leurs enfants, pour de meilleures écoles, pour une hygiène culturelle de niveau élevé...nous la voulons, cette femme noire, à nos côté et égal á tout point de vue dans notre dur combat. Nous ne sommes pas arriérés comme des islamiques ! Notre culture est une culture émancipée. Et quand les hommes piétinent ou font des erreurs, les femmes, parce qu´elles sont plus regardantes et plus détaillées, doivent relever le défi et soutenir leurs hommes et leur société en veillant à ce qu´ils se rendent comptes de leurs erreurs et qu´ils réparent leurs écarts. La liberté se fait toujours avec la femme, par sa beauté, son instruction, sa créativité et par la part esthétique et romantique qu´elle apporte résolument à la société. MK

------------

Sur l´avenir du métissage culturel

L´occident est entrain de mourir démographiquement en ce moment; son seul espoir de survie le siècle prochain réside dans les noirs et les arabes qui lui font des enfants à la pelle actuellement, hélas, bien tard. On oublie cependant que ces deux dernières races : noire et arabe, risquent bien de dénaturer la culture occidentale comme telle ! il ne faut tout de même pas oublier ou nier que la culture occidentale est la culture la plus intellectuelle et la plus créative que l´histoire humaine ait engendré dans toute l´histoire humaine jusqu´à ce jour.

Les enfants noirs ou arabes arriveraient-ils, eux qui n´ont pas appris à élever ou défendre une culture supérieure, à le faire pour leur culture d´emprunt ou d´adoption ? Tout en ayant été exclus de son partage de responsabilité et de sincère et solidaire intégration ? J´en doute. On veut seulement employer ce métissage ou le justifier pour éviter l´écroulement démographique, tout simplement. Personnellement je ne crois pas au métissage des races, encore moins des cultures.

Quand une culture ne sait plus honorer son propre devoir de reproduction, elle est condamnée à perdre son identité. Encore plus si les enfants qu´elle reçoit ont été longtemps brimés et enfermés à l´exclusion. La meilleure façon de rester soi-même, même en économie ou dans la culture, c´est de produire soi-même les facteurs qui perpétuent sa postérité. Jouer à des théories primitives et banales comme le font certains pour justifier leur stérilité ou leur corruption culturelle ou raciale face á eux-mêmes, ne mène nulle part.

Bientôt on assistera en occident à des phénomènes tels que des sexagénaires conduisant des trains, des bus ou pilotant des avions, pompiers croulants…etc, avec le risque incroyable de défection cardiaque et physique ou intellectuel, comme on le sait. Seule la culture est le seul lieu où une race se réalise, se critique et se juge parce que la culture est la plus grande valeur de l´existence humaine ; et si ce lieu a cessé d´être florissant et positif, cette culture s´éteint tout simplement. Si l´Afrique continue à mépriser ses devoirs envers elle-même…elle risque elle aussi de disparaître de ses cultures actuelles : parce qu´elles auraient été incapables de foisonner et épanouir les facteurs et les conditions permettant à leurs enfants d´enrichir leurs cultures respectives, les défendre efficacement et les prospérer. Eh oui, les cultures meurent aussi…  

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance