En réponse à un commentaire sur Facebook

 

La démocratie ou la tolérance ne se donnent pas, elles se méritent…

  

Cher ami Kamande Nzuzi, je suppose que vous parlez de moi; et voyez-vous, mon problème est que ces gens auxquels nous devons prendre des gants,selon vous, à force de répéter leurs idioties et leurs bêtises, finissent par y croire et même entraîner les autres à y croire. Si vous voyez en Afrique ce que cela nous coûte d´être tolérant et retenu: de beaux enfants innocents et de belles femmes meurent de faim et d´apathie depuis de décennies...pendant que des gens bornés et idiots prétendaient les gouverner. Je vous rappelle, puisque nous y sommes, que votre oncle Emmanuel Nzuzi a été massacré à l´indépendance du Congo alors que c´est bien lui qui avait raison d´encourager la cause lumumbiste. Aujourd´hui où en sommes-nous au RDCongo ? La pauvreté et la misère ne sont-elles pas entrain de tuer les nôtres injustement ?

Ces gens dont vous dites qu´il faut les ménager, ils sont encore plus cruels et criminels envers les leurs que l´administration coloniale belge ne l´a jamais été envers ses colonisés !!! Alors, voyez-vous, peut-être qu´en vivant en Europe, cher ami, vous êtes devenus comme tous les africains "démocrates" et tolérants. Moi je suis certainement resté un sauvage mais quelqu´un qui a fait ses études avec conviction et qui n´aime pas les menteur et les salauds, parce qu´à la fin, les tolérer et leur donner un quelconque respect nous coûte trop cher. S´ils sont plus brillants que moi, ils doivent se défendre et argumenter. Ce n´est pas à vous de jouer les intermédiaires ; Je vous le rappelle, au nom d´un certain Emmanuel Nzuzi qui était votre oncle. Mon père n´a échappé que de justesse au lynchage katangais à Lubumbashi ; nous avons été forcé de quitter Lubumbashi en catastrophe et nos biens considérables furent saisis et jamais restitués.

Oui, je connais très bien l´histoire de votre famille parce que celle-ci est liée étroitement à l´histoire de l´indépendance de notre pays, et à l´histoire de ma famille. Ce n´est pas par hasard que votre tante nous visitait souvent. Elle savait que nous avions dans nos familles de solides convictions communes. Et je dois dire, si vous ne le savez pas, que votre tante était la femme la plus engagée et la plus nationaliste que j´ai eu le plaisir d´entendre parler politique au Congo.

Maintenant, avec ceux que auxquels vous voulez reconnaître la démocratie sans qu´ils ne l´aient comprise ou qu´ils ne sachent comment la gagner ou l´instaurer, je dirai simplement ceci : si nous aspirons à la même liberté, au mêmes valeurs sociales, tout le monde doit savoir aujourd´hui que nous sommes prêts à défendre ces valeurs et sans le moindre hésitation aucune. Et qu´aujourd´hui nous ne jouerons pas à fermer les yeux ou boucher les oreilles en face de menteurs et d´incapables pour qu´ils viennent demain ruiner nos enfants et les assassiner avec la faim et la pauvreté comme c´est le cas présentement. Tolérance zéro pour les idiots et les abrutis faux intellectuels dangereux, cela s´appelle.

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance