Commentaire sur le vif au cours d´un débat sur Facebook

 

Rien à faire, l´Afrique ne saura profiter de la mondialisation que si elle met ses facteurs économiques, créatifs et culturels à jour !

 

@ Dr Emmanuel T. Z. Tant mieux, bon débarras. Un fis de paysan qui croit qu´il suffit de mettre une belle cravate et d´arborer un titre académique acquis on ne sait sous quelque douteuse estimation, pour que tout marche bien et qu´il peut ainsi impressionner son monde...vous vous trompez bien mon ami. Vous faites parti d´une élite si votre diplôme est vraiment valable. Et comme tel, vos devoirs envers la société ne se limitent pas seulement à lancer des louanges à Mr. Ping mais bien à proposer des solutions valables pour votre peuple et votre société. Mais voyez-vous, je ne vous en veux que dans la mesure où au lieu de faire preuve de compétence et aider la société à se relever, vous lui buvez son sang et ses économies. Et ces enfants qu´on voit de par le monde nus, malheureux et pauvres et ces guerres de désespoir qui étirent l´Afrique sont à mettre sur votre compte et celui de vos amis. Relisez bien ce que vous avez écrit et vous vous rendrez compte que votre diplôme ne vaut pas un iota. Si vous croyez que vous pouvez m´impressionner...désolé, moi j´ai fait mes études en Allemagne où on ne reçoit pas son diplôme par compassion !

@ A Nicolas Lisiki, le problème que tu as soulevé ici est un large problème économique et culturel. Mais avant de l´aborder sincèrement, on devrait peut-être se demander: qu´est-ce qu´est la mondialisation pour nous, comment la percevons-nous et comment peut-on faire en sorte que nous n´en restions pas éternellement les perdants comme par le passé. Et désolé, ceux qui veulent en parler ou prendre part à la discussion doivent connaître les erreurs du passé et surtout les avantages que pourrait présenter la mondialisation pour l´Afrique parce que ce n´est qu´en connaissant les avantages qu´on peut mieux savoir comment les mettre de son côté. Ceci requiert une objectivité et une analyse économique et culturelle (niveau de la technologie, par exemple, ou de la faisabilité technique des africains, leur sens créatif, leur intelligence à employer les facteurs naturels à leur disposition et les transformer en produit de qualité mondiale). Car ne nous faisons aucune illusion : celui quine produit pas, celui qui ne développe pas l´imaginaire créatif de ses enfants, celui-là sera puni dans le monde de demain.

J´ai sur mon blog fait assez de commentaires et de réflexions là-dessus que je ne me sens pas de nouveau obligé de me répéter. Tout ce que je peux dire à ce niveau, c´est que sans produire, sans élever le niveau imaginaire et créatif des congolais, ils ne sauront pas profiter de la mondialisation. On en parle beaucoup de cette mondialisation aujourd´hui la plupart du temps pour expliquer ce qu´on ne comprend pas. L´Afrique a été mondialisée depuis 1441, à mon avis, date á laquelle Diégo Cao aborda les côtes du Congo. Depuis, nous avons été contraints à l´esclavage pendant 400 ans, ce qui a entre autre permis aux occidentaux d´accumuler et de capitaliser à vil prix, Puis vint la colonisation lorsque ces européens dominant à l´époque le monde se rendirent compte qu´ils avaient besoin de matières premières et de débouchés commerciaux pour leurs industries. La mondialisation ou globalisation aurait-elle commencé aujourd´hui ? Non, elle a bien commencé hier ! Mais sans produire, sans émanciper les populations africaines de l´ignorance, de leurs traditions désuètes, sans les sortir de leur isolement culturel et non moins sans idéal social affirmé d´excellence créative et de réalisation progressive et organisée par une volonté d´affirmation sociale et individuelle, tout beau discours sur le sujet est une perte de temps car nos femmes et nos enfants continueront à mourir de faim et de manque pendant que nous aurions à nous débattre avec des élites incapables lesquels ruineraient les leurs par leurs coûts de vie excessifs et ruineux sans ni changer les choses au mieux, ni doter les leurs de moyens et d´instruments avec lesquels ils pourraient aller de l´avant. Nous devrions penser à tout cela avant de nous lancer dans des discussions réellement sérieuses et fructueuses pour tous les intéressés de bonne foi.

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance