L´Affaire James Bain révolte, lorsqu´on en prend connaissance. A ce point que la justice américaine, quoi qu´elle puisse dire, reste douteuse et foncièrement peu recommandable dans son passé…surtout à l´égard des noirs. Trop souvent cette justice a été prise à fabriquer des preuves pour condamner des victimes qu´elle s´était elle-même choisie. L´affaire James Bain dépasse cette fois les limites de toute compréhension d´erreur, parce qu´elle imposa à un innocent 35 ans de prison et refusa tout appel de sa part au recours à l´ADN.

 

La justice américaine est-elle meilleure aujourd´hui qu´hier ?

 

On aura beau dire que cela peut arriver, que la justice peut aussi se tromper…etc ; on se demande cependant comment, avec des preuves fabriquées de toute pièce on a tenu à condamner un innocent. Ces officiers de police qui s´étaient rendus coupable de telles faussetés pour avancer leurs nominations et leurs records de d´éclaircissement, par simple racisme commun, ou pour d´autres motifs…ce que ces gens avaient en idéal de justice. Parce qu´en vérité, celui James_Bain_et_la_victoire_de_l__ADNqui avait commis le crime qu´on reprocha à James Bain et pour lequel on le condamna, lui, resta libre et s´est vraisemblablement rendu coupable d´autres crimes plus tard. Etait-il noir, était-il blanc le vrai criminel ? Qu´importe, il a été épargné de sa peine et a vécu 35 ans en liberté pendant qu´un innocent écopait injustement á sa place. Celui qui me dira que la justice américaine est impartiale…celui-là est soit aveugle, soit volontairement immoral.

Rappelons-nous de Junior Allen, un noir nord californien fut libéré en 2005 de prison à l´âge de 65 ans pour avoir volé une télévision en noir et blanc après avoir purgé une peine de 35 ans ! Arrêté à 19 ans à l´aube de l´âge adulte, James Bain va aussi passer 35 ans en prison…injustement. Il en sort vieilli à 54 ans ; il fut en 974 condamné à la réclusion à perpétuité pour l'enlèvement et le viol d'un enfant de neuf ans…grâce aux avocats du « Projet Innocence » lesquels permirent, grâce à leurs efforts et à l´ADN, d´innocenter 247 américains injustement condamnés ! La joie de James Bain libéré le 17 décembre 2009 fut grande : il se précipita au téléphone pour dire à sa mère de 77 ans qu´il était enfin libre. En colère ? Non, a-t-il répondu comme tout nègre bien éduqué craignant qu´on ne lui vole, comme par le passé, sa liberté fraîchement reconquise ; il voulait seulement se consacrer à sa famille et à Dieu.

Loin de nous un racisme quelconque ou même un antiaméricanisme occasionnel bon marché. Cette histoire et tant d´autres font réfléchir sur la dictature sociale exercée pendant de longue années de racisme et de xénophobie sociale blanche aux Etats-Unis ; de longues décennies par une Amérique qui assura suavement entretenir le « rêves américain », se vanta de sa démocratie et d´être le pays du monde où la liberté était la plus respectée et la mieux défendue ! Chaque jour qui passe montre cependant combien tout cela était bien loin de l´idéal, et que pour bien d´américains noirs comme blancs, toutes ces allégations ne furent que pleines d´injustices et de mensonge. Aussi recommanderons-nous aux américains, chaque fois qu´ils parlent de leur pays ou se tiennent si fièrement la main sur le cœur pendant que leur hymne montait dans le ciel, de ne pas oublier ceux qui, injustement, ont souffert sous l´arrogance bornée de leurs institutions. Cela fait partie du respect qu´on a de la vérité tout court.

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance