Commentaire sur l´article de Berry Muekatone : " La non violence comme stratégie politique ? "

 

La violence en société, quelque soit-elle, est l´arme et le moyen du primitif et de l´attardé culturel

 

Brillant, ami Richard-Claude Bill Kland; en fait, depuis l´indépendance on a amis de doter les sociétés africaines d´un idéal social supérieur commun dont les valeurs répondraient non seulement à leurs efforts à faire, mais aussi á leur identité et leur attentes. La violence est toujours la voie du crétin et du primitif; seulement, dans certaines société attardées aujourd´hui cette violence est légalisée ! Je parle ici de couper les mains aux gens dans les sociétés islamiques sous la Charia...etc, violer les femmes comme au Kivu, faire des guerres gratuites et irraisonnées comme en Somalie...au lieu de construire ponts, voies ferrées, écoles, industries et chaussées nécessaires au développement et au bien-être futur.

Je l´ai dit la fois passée: il y a aussi une forme de violence constitutionnelle organisée par un pouvoir médiocre et des classes politiques incapables. On ne peut pas en effet enfermer les gens dans des HLM, leur priver de formation professionnelle valable ou adéquate, d´emploi pour venir plus tard se plaindre qu´il y a criminalité ou paupérisation asociale dans ces banlieues abondées. Et si on imposait le plein emploi afin que tout le monde ait un emploi et un revenu décent avec lequel il peut entretenir sa vie, élever ses enfants décemment et être fier de ce qu´il est et de ce qu´il fait ?

Ici je répond à Berry qui, il m´a semblé, s´en prenait à ceux des africains qui vivaient en Europe et parlaient révolution alors qu´ils préféraient rester ici vivre mieux qu´aller mourir pour les autres...ou un idéal révolutionnaire. Nous connaissons la fin que les congolais ont donné à Patrice Lumumba...une fin indigne de quelqu´un qui a lutté pur eux. Aujourd´hui même il y a encore des crétins et des incultes qui ne savent pas que c´est grâce à cet homme que nous sommes indépendants ! Aussi, aller mourir pour des idiots; ce n´est pas preuve d´intelligence, pas du tout. Le peuple doit lui aussi faire sa part d´efforts cette fois-ci: notamment dire ce qu´il veut à vive et intelligible voix et cesser son ignorance et sa bêtise habituelle de croire qu´en élisant des idiots et des parvenus incapables à son pouvoir, ceux-ci vont leur faire des miracles. ...

Personnellement je me considère comme un intellectuel comme il y en a très peu au Congo; j ai fait d´excellentes études et j´ai été, avant même qu´on parle de crise économique, le premier à l´annoncer en 2005 ! Mais pour rien au monde je n´irai me mettre en danger auprès de gens auxquels j´ai à plusieurs reprises dit la vérité et qui se sont cependant refusé à voir les choses comme elles sont. Me sacrifier pour rien ? Allons, donc, cette époque est révolue ! Ici mes filles vont à l´université, j´ai une vie que j´ai gagné avec mes efforts et mon intelligence; pourquoi irai-je me battre pour des gens qui ne sont pas prêts ou désireux de changer eux-mêmes leur vie pour un meilleur sort ? Allons, Berry, le bon sens, on l´a tout de même. L´époque Berry où un seul homme ou quelques initiés faisaient la révolution pour les autres est une époque qui n´a conduit à rien, parce qu´aussitôt l´euphorie de la révolution passée, les mêmes qu´hier revenaient reprendre les rênes du pouvoir d´une manière ou d´une autre pour asservir le peuple. Qui gouverne donc en France aujourd´hui réellement, n´est-ce pas l´aristocratie politique et industrielle ? Voyez Obama comme il se bat pour imposer une vulgaire assurance maladie universelle aux Etats-Unis...le monde entier rit de la bêtise des conservateurs, mais eux tiennent à mettre Obama échec et mat ; c´est à se demander : pourquoi l´avaient-ils élu, au fait. On le voulait vraisemblablement pour se débarrasser de l´odeur pestilentielle de George Bush...mais changer, c´est autre chose auquel l´Amérique a bien difficile à se contraindre…les fantômes du passé sont parfois bien tenaces et affligeants dans le subconscient social d´un peuple.  

Le peuple doit bouger, protester, élever la voix; nous ne sommes pas des dictateurs ou des affameurs de peuple...mais nous exigeons que ceux qui aiment et aspirent à la liberté et une vie meilleure, que ceux-là se lèvent, s´instruisent, travaillent et défendent clairement et sans ambiguïté leurs intentions. Ensemble nous irons plus vite que si un seul homme devait mourir pour que d´autres soient débarrassés de crapules sans savoir ce que deviendra ce peuple demain, ce que les gens veulent réellement et comment mieux faire les choses pour sortir efficacement de la pauvreté. La retombée dans le désordre, la pauvreté et les guerres grossières comme on le voit en RDCongo aujourd´hui est garantie sans cela…En fait on se demande pourquoi Patrice Lumumba est mort si l´indépendance a été truquée par une dépendance politique, économique de la pire sournoiserie envers l´occident ? Oui, au fait, pourquoi est-il mort ? Pour que les congolais meurent aujourd´hui de faim et que leurs enfants, comme des haïtiens émigrent par milliers à l´étranger s´ils veulent trouver emploi ? Le peuple souverain doit bouger Berry…nous ne sommes que des êtres humains et mourir pour rien, ne sert absolument à rien. Et c´est idiot en plus. Si le peuple congolais doit souffrir pour acquérir le bon sens, alors il doit en faire l´expérience. On ne bombarde pas un peuple dans le progrès ou le changement quand ce peuple ne le veut pas !

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance