En commentaire sur l´article de Vincent Bénédicte Kanyonga (facebook)

 

Le peuple a besoin d´une union sincère et vertueuse qui nourrisse son homme, protège ses valeurs, son avenir et ses enfants.   

 

Quoique je comprenne parfaitement ce qui se cache derrière le désir d´unifier la Nation congolaise; je suis sceptique quant à une invocation théorique et opportuniste qui ne tiendrait pas compte de l´instruction, du droit, d´une identité individuelle et culturelle respectée, d´un système économique social respectueux de ses prérogatives de développement de l´emploi, des moyens et instruments permettant justement à l´Union de se confirmer.

A mon sens crier et invoquer les gens à l´Union pendant que les autres se laissent corrompre, pendant que les écoles et les universités sont déplorables et que l´emploi fait défaut...que la pauvreté augmente de jour en jour; quel genre d´Unité serait-ce donc ? Tous assis autour de l´escroquerie et de la faim ? Bien sûr on peut, avec une Union responsable et déterminée, changer les choses; seulement, il faut que les gens sachent de quoi est fait le changement et quels sont les efforts et les garanties que leur offre l´Union. On crie beaucoup d´Union en Afrique: Union africaine, union nationale, union des pays du Lac, etc. Mais à bien y regarder, cela tourne toujours à une avalanche de fonctionnaires corrompus et incapables roulant en limousines étrangère et voyageant gratuitement aux frais de ceux auxquels ils font avaler la pilule de l´Union. Ni les guerres, ni la pauvreté est combattue efficacement. En fait l´Union est devenue un slogan vide, une vulgaire cache derrière laquelle se dissimulent bien de faussetés autant que d´ironie incapable. Devant cela, notre désir légitime d´Union reste sur sa soif.

Le Luba dit comme le disait si souvent ma mère: "Bidi tenta kuetu, anu ne keba peba". Cela est vrai même dans l´Union. Si nous voulons vraiment Unir ce pays et lui rendre son identité et son espérance sociale et économique, il nous faut d´abord gagner les gens á un idéal commun supérieur: un de ceux qui se promet sincèrement à tenir ses promesses quant au respect de la réalisation de tout un chacun, celui de l´assainissement des finances publique et de l´économie nationale, la modernisation de l´agriculture, de l´élevage, le perfectionnement de qualifications professionnelles, l´effort assidu à créer l´emploi et á respecter les droits et les libertés en société. Autour de cela on peut faire une union sacrée et solide car chacun y trouvera son compte et les moyens d´entretenir sa vie, chérir sa femme et les siens et élever dignement et valablement ses enfants. Personne ne mange une Union théorique quelconque et croire qu´au seul mot d´Union on fait des miracles ou on emballe les masses est de la pure illusion. Il faut un projet de société sous lequel l´Union se conforte, se nourrit, rend justice à ses membres avec fierté et diligence et sont ils acceptent les obligations et les devoirs qu´elle comporte parce que ces devoirs réalisent les meilleurs conditions d´existence et de développement pour tous. Voilà ce que je comprend sous l´Union: elle doit avoir un contenu pratique, réel, idéel et ambitieux dans le temps et l´espace à épanouir, défendre et respecter non seulement l´institution de l´Union mais aussi ceux qui font sa force et sa raison d´être.

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance