Commentaire sur Facebook

 

L´intelligence africaine doit répondre efficacement aux défis et aux exigences de son meilleur développement

 

« A quoi sert un beau fusil lorsque nous ne voulons pas nous en servir ou l´utiliser pour abattre les animaux sauvages qui peuplent la jungle autour de nous quand ils nous attaquent ou pour chasser le gibier pour nourrir les nôtres ? » MK

Oh là là, ami Malwanga…perdons un peu cette habitude à tourner autour de notions; entre la réalité et le rêve, il y a le caractère et la force de vouloir un monde, une vie meilleure. le problème de l´imaginaire défaillant chez les africains est bien connu. Et à propos des études, je vous dis que celui qui ne continue pas à se remettre en cause, à lire et à discuter ou s´instruire de ce qui a été fait dans son domaine, celui ne vaut, deux ans après son diplôme, rien du tout. Voilà pourquoi j´aime le définition de l´intelligence de celui que je considère comme le plus grand esprit scientifique de nos temps: Einstein qui disait: "Fantasie ist wichtiger als Wissen weil Wissen vergänglich ist." Traduction: l´imaginaire est plus importante que la connaissance parce que la connaissance est éphémère. Plus loin cet homme dira aussi à propos du succès: "le succès c´est 97% de travail et 3% d´intelligence." Cet homme, soit dit en passant nous a légué la bombe atomique, le GPS, il a révolutionné la pensée mathématique et nous a permis de tirer efficacement des fusée dans l´espace.

Le grand drame des africains est de ne pas lire, de ne pas discuter assez ou s´informer en permanence; cela tient de nos cultures passées qui se voulaient toutes plus verbales qu´écrites. Aujourd´hui même en Afrique on lit à mon goût trop peu, mais cela vient aussi du fait qu´on publie trop peu ou encore que les imprimeurs africains ne sont tous que des zombies de l´église catholique à reproduire la Bible et quelques écrits plus aliénants que libérateur de l´esprit. En fait les africains s´abrutissaient royalement eux-mêmes en cultivant leurs erreurs passées: ne pas donner de la valeur aux chocs et aux échanges des idées. Or on sait que la connaissance, aujourd´hui, double tous les trois ans ! Ceci veut dire aussi que les possibilités, les combinaisons de possibilités augmentent et deviennent trigonométriques. Celui qui ne sait pas suivre, même s´il est formé ou intelligent, il se laisse toujours rouler ou abuser par celui qui connaît les derniers coups dans le métier. Ceci explique entre autre comment en finance et en économie toute l´Afrique tourne en rond et se fait abuser incroyablement par l´occident ou même les chinois. Il faut le voir pour y croire: nous sommes si abusés que nous nous abaissons même à priver nos propres enfants, nos propres intellectuels d´emplois et d´avenir...pour que les enfants étrangers puissent vivre mieux ! Si ce n´est pas illogique et se mettre soi-même la corde au cou ? Si cette primitive et primaire évidence n´est pas encore compréhensible ou visible en Afrique...quand ouvrira-t-on les yeux, ami Malwanga ? Qui fera notre avenir sinon nos enfants; qui produira les instruments et les moyens de développement chez nous sinon ceux de nos instruits que nous repoussions à l´immigration vers l´étranger ou ceux auxquels nous refusions l´emploi ?

Alors, vous êtes encore entrain de vous demander ce que c´est que l´intelligence...? Surtout de me faites pas pleurer ! A votre avis ceux qui firent les premières universités, étaient-ils des universitaires ? Pas du tout comme vous le savez logiquement. Et à propos, ce furent des gens d´églises sans autre qualification que celui de classer les livres et les cataloguer. Aujourd´hui les choses se corsent au jour le jour et deviennent complexes, pourquoi ? Mais parce que ce sont des gens absolument instruits qui préparent les saloperies aux autres pour le compte de quelques intérêts établis...et si les victimes n´amènent pour se défendre que leur ignorance, leur connaissances poussiéreuses...ou de grosses prières religieuses...allez donc aux Etats-Unis après le passage de la crise de banquiers super intelligents, on est entrain de prier mais il y a 10 millions de frais chômeurs sur la rue malgré les moyens financiers puissants de l´Amérique ! On ne peut pas combattre ou devenir maître de problèmes complexes en réfléchissant monothéiquement.

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance