Commentaire sur Facebook sur l´invitation de Ekanga Shungu

 

Le nœud gordien entre le Congo, ses "intellectuels" et son douloureux marasme économique et social actuel.

 

Cher Luc A., pourquoi les intellectuels sont-ils exclus de la vérité ? Ne viennent-ils pas du peuple qui souffre et désespère; quelle est leur raison d´être en fait de ces fameux intellectuels sinon être les yeux avertis et lucides, les instruments élaborés et les fines oreilles du peuple ? Nous parlons aussi du Pouvoir défectueux au Congo et même dans toute l´Afrique, n´oublions pas que ces hommes et femmes qui constituent le pouvoir de nos nations ou l´exercent...ne sont rien d´autres que des enfants de leur peuple ! Ce qui revient à dire en fait que c´est l´individu africain qu´il faut émanciper, guérir de sa cécité, de son illogisme, de ses manquements et de ses erreurs d´estimation et de réalisme sociohistorique ou culturel si on veut changer réellement les choses. C´est en effet celui-ci qui va initier le changement ou le sain réalisme politique et économique...s´il est au préalable bien formé et informé à la connaissance objective de nos problèmes ainsi, bien entendu, qu´à la mise sur pied de solutions propices à régler au mieux nos impasses et les délayer.

On comprend en fait le piège logique de cause á effet dans lequel nous nous trouvons: ni le concept réel actuel du pouvoir dans nos pays, ni les hommes qui s´y exercent ou encore la population d´où ils viennent ne voient les choses réellement comme il le faut. Est-ce possible ? Mais oui, c´est possible...c´est simple, jusqu´aujourd´hui, et ceci même après avoir arraché notre indépendance (dont on connaît aujourd´hui la triste valeur théorique), nous ne nous sommes pas sincèrement mis au travail pour résoudre et déterminer les contenus de définition, celui de l´orientation et la priorité des valeurs sociales réelles et imaginaires de notre existence ! Nous avons plutôt copié ou entériné l´ordre et l´orientation établis par la domination occidentale. Aujourd´hui avec cette crise de valeurs culturelles, économiques et financière en occident, ses valeurs et son orientation culturelle sont remis en cause...nous dans cette affaire aussi par association. Or notre crise bat son plein depuis longtemps parce que nous n´avons su nous retrouver nous-mêmes, développer nos forces profondes et mettre à jour nos facteurs de développement. Chez nous l´érosion se poursuit aujourd´hui avec une vitesse accrue.

Il est à mon sens grand temps de le comprendre et cesser de tourner en rond, se donner raison à tort par complaisance ou croire aveuglement que tout ira mieux demain sans pour autant que nous relevions nos qualités créatives, imaginaires, intellectuelles pour mieux épanouir, ériger et défendre nos propres intérêts et l´avenir de nos enfants ! Nous devons à tout prix sortir de cette impasse cruelle et destructrice de nos cultures et de notre souveraineté économique et politique culturelle. Actuellement ce que nous faisons c´est de l´artisanat d´amateur : colmater les brèches à vue pitoyablement ou jouer aux apparences trompeuses ; nous devons cependant nous tourner vers le long terme et donner à nos sociétés des instruments et des moyens effectifs de meilleur jugement des buts, des moyens et des efforts à faire. Sinon nous risquons de reproduire la pauvreté et le manque au lieu de nous ouvrir la liberté et le développement.

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance