Après sa victoire sur le réforme de la santé aux Etats-Unis, Obama rassuré s´est aussitôt empressé de faire une visite éclair sur son prochain chantier : Kabul. Mais l´euphorie s´est vite muée en rides car en Afghanistan les anciens avaient tenu à démontrer ouvertement à Karsaï que son consentement pour la « Grande offensive » projetée par les américains et leurs alliés contre les talibans, que cette offensive était contre nature. En effet il n´est pas logique qu´un chef d´Etat (ou celui qui se croyait tel) donne la main libre à des forces étrangères pour massacrer son peuple. Comment se présenterait donc, lorsque les étrangers auraient quitté le pays, la réconciliation nationale face aux veuves, aux orphelins et aux familles éprouvées par des pertes de vies humaines…trop souvent accidentelles comme on l´a vu à Kundus avec les allemands et ailleurs ? D´un autre côté, dire que la crise économique était jugulée, c´était faire injure aux 15 millions de chômeurs américains que la crise économique menait chaque jour qui passe au bord du désespoir…Conférence atomique ? Oui, oui, l´Atome était dangereux, mais n´y avait-il pas plus urgent ?

 

Obama entre le possible et l´épaisse fumée incertaine du bivouac

 

L´histoire d´Afghanistan vient à peine de révéler ce que tout le monde avait pressenti : que les élections avaient été manipulées non par Karsaï, mais bien par les occidentaux pour éviter l´arrivée d´un candidat inattendu dans le jeu politique afghan où pour eux les repères étaient connus et dirigés par eux. Puis cette soudaine logique de l´après guerre que le conseil des anciens afghans jetait au visage de leur président… « Tu ne peux pas, en tant que père de cette Nation, avoir la réputation de celui qui a laissé massacré les siens par les étrangers pour garder le Pouvoir ! ». Du coup Karsaï avait compris que ces anciens avaient raison, à la fin, il ne serait plus valable pour l´après guerre. Pire, il serait même passible d´accusation publique d´infamie et de traîtrise. Cela voulait aussi dire que les américains l´utilisaient tout simplement pour arriver à leurs fins. L´après guerre se présenterait tout à fait autrement. L´impasse. On comprend que Karsaï ait voulu aussitôt éclairer les choses à Washington tout en mettant un clair Veto sur « La grande offensive prévue par les américains. Politique et rituel du faux pour préserver sa face devant ses pairs afghans et face aux alliés américains ? La fin de la guerre viendrait, elle, sûrement…que vaudra Karsaï à ce moment et quel sera son rôle ?

Toute cette guerre d´Afghanistan sent à s´y méprendre mauvais. Ce n´est pas qu´on aurait dû laisser quelques talibans ou Al Qaida menacer les américains ou préparer des coups terroristes à la chaîne. Il fallait, bien sûr mettre fin à cela. Mais pas en bombardant à l´aveuglette, s.v.p ou en tirant à vue. Aucun procureur d´Etat ou juge d´instruction ne délivrerait un mandat d´arrêt à une force publique lui permettant, pour se saisir de délinquants, de tirer à vue ou d´ouvrir par la violence toutes les maisons dans le quartier abritant ou soupçonné abriter des criminels. Or, c´est ce que les américains faisaient en Afghanistan ! On ne savait même pas où étaient les coupables complices…on tirait bien à tort et à travers. Mais oui, disons-le savait-on au moins où étaient les vrais criminels et quels étaient leur degré de culpabilité dans l´ignominieux attentat du 9/11 ? On ne peut tout de même pas condamner toute une nation de femmes, d´enfants et de paysans innocents pour des actes qui avaient été commis ou complotés par quelques illuminés ! Que tout l´occident ne voit pas cette dimension injuste et primitive de la culpabilité collectivisée surprend beaucoup pour des nations qui se disent des Nations de Droit…George Bush, encore lui, a introduit la corruption des talibans en Afghanistan parce qu´il espérait ainsi non seulement que les chefs régionaux laisseraient mieux opérer son armée sur leur territoire mais aussi qu´il en tirerait des renseignement utiles sur le mouvement des ennemis, sur leur armement, etc. certains talibans et même plus d´un afghan y vit une source lucrative de revenu et hélas aussi le moyen de financer ainsi le commerce illicite de l´opium avec la connivence américaine. On se passa donc le mot et on se pressa aux portes des commandeurs américains qui furent généreux sur les instructions de Washington. Le frère de Karsaï eut les transactions encore plus facilement…Aujourd´hui cependant Obama allait à Kabul demander à Karsaï de lutter contre la corruption ? On tombait des nues…ce sont les américains de George Bush qui ont ouvert la boîte aux pandores de la corruption en Afghanistan pas les afghans eux-mêmes. N´avait-on pas remarqué que la consommation de la cocaïne avait explosé aux Etats-Unis ? Cet art de faire des bévues puis de demander à d´autres de les réparer…symptomatique de la politique dans le monde aujourd´hui ou symptomatique des américains ?  

L´Affaire Irak revenait à la mémoire et ne quittait pas le jugement et le bon sens commun. Ce pays était si uni et paisible avant son invasion ! George Bush, comme on le sait, avait non seulement illégalement envahi L´Irak, il avait aussi bafoué devant le monde entier sa souveraineté, son droit et la vie de ses citoyens d´une manière…injuste et illégalement. Aujourd´hui, pendant que l´ancien président américain, lui se promenait en liberté et ne craignait pas la vindicte américaine, l´Irak avait sombré dans les bombes journalières, la pauvreté, l´insécurité sociale et civile. La plupart des ingénieurs, hauts techniciens, chercheurs avaient quitté leur pays pour chercher l´exil notamment aux Etats-Unis. Une manière comme une autre de s´approprier illégalement les intellectuels des autres ou les enfants qui manquaient dans tout l´occident ? Les pauvres paysans, les femmes et les enfants afghans innocents ne jouissaient, eux, pas de la même présomption d´innocence. Et pourtant, eux ils étaient réellement innocents ! Cet art à fermer les yeux sur ses propres bourdes mais de courir le monde armé jusqu´aux dents et à grands coups de bombardements aveugle chercher une aiguille dans le foin sans tenir compte des innocents…ce n´est pas digne du 21ième siècle ; ce n´est pas digne d´un Etat américain se réclamant du Droit et de la liberté. Ce n´est pas non plus digne d´une culture occidentale prétendant respecter le Droit des gens et les droits souverains des autres Etats. Aujourd´hui on voyait de nouveau notre Georges Bush s´essuyer la main de dégoût en Haïti après avoir serré la main à des haïtiens…Cet homme est tellement incapable et borné dans son néolibéralisme teinté d´hégémonie blanche qu´on se demandait pourquoi on avait encore confiance en lui ou pourquoi on lui confiait un rôle à caractère humanitaire dont on sait qu´il ne saurai s´en acquitter honorablement ? Oh…s´agissait-il d´une nouvelle escroquerie organisée aux pauvres haïtiens ? 

Conférence atomique ? Mais oui le danger existe et il doit être pris en considération par les pays utilisant l´atome dans plusieurs applications civiles ou ayant des ambitions énergétiques dans ce domaine. Mais une chose est aussi certaine : il n´appartient à aucun pays juridiquement d´empêcher un autre pays d´entrer en possession de la technologie civile atomique. On voit bien où Obama veut en venir : faire pression sur l´Iran et lui imposer le dictat occidental ce qui permettrait à Obama de gagner des points à domicile…après tout, cela pourrait encore mieux faire oublier les douleurs journalières de la crise économique. L´homme travaille déjà á sa réélection. Mais entre ce qu´on se souhaite et le Droit tout court, il y a des limites. Le fieffé et grand dialecticien perse Ahmadinejad, lui, il le sait et le dit tout haut : On a détruit l´Irak sur de fausses accusations d´armement nucléaire conduites notamment par Colin Powell et soutenues aveuglement et non moins bêtement par Tony Blair. Et maintenant, voulait-on encore tromper le monde entier pour détruire l´Iran ? de quel doit les autres pays du monde avaient-ils le droit d´utiliser l´énergie atomique et même de se fourbir des centaines de bombes atomiques, l´Iran pas ? Et même si Obama s´empressait, avec son homologue russe, à signer un Traité de réduction des têtes nucléaires (30% au moins), cela ne concernait que ces deux pays, et puis ces deux pays possédaient à eux seuls un arsenal nucléaire qui, même réduit de 30% était capable de détruire des milliers de fois toute la terre ! On ne se débarrassait donc que de vieux systèmes, mais les nouveaux étaient encore plus efficaces sinon plus destructeurs ! Le coup, naturellement, c´est de demander au monde de s´abstenir parce que les Dieux américains et russes se privaient volontairement de leurs desserts. On se tournait alors vers l´Iran pour lui imposer un droit ou des sanctions qui n´avaient aucun fondement juridique. Que ferait-on de l´armement nucléaire israélien, par exemple ? Pas un mot ? Ce pays continuait cependant à refuser de rendre les territoires illégalement occupés des palestiniens et d´y élever des constructions et des habitations pour ses citoyens ! Il faut bien être borné pour croire qu´Ahmadinejad ne voyait pas cela ! Tout ce que ce faux débat créait était la dépendance de l´Iran envers son nouveau protecteur chinois qui lui s´en réjouissait sous cape : son camp grandissait á vue d´œil, ainsi que son influence et sa crédibilité politique dans le monde, lentement le puzzle chinois prenait puissamment contour de l´Afrique en Amérique Latine.

Question de fond : comment en sortira l´Amérique de cette crise économique ? L´alliance des cultures occidentales saura-t-elle mieux digérer la crise et redevenir confiant après la crise sinon plus fort. Personnellement j´en doute. Je dirai même, si je suis sincère, que tout porte à croire que la crise en occident n´est pas terminée. Pas du tout. Bien au contraire des pays comme la Grèce, le Portugal, l´Espagne, L´Irlande et l´Italie vont ouvrir un large gouffre de problèmes financiers en Europe au plus tard l´année prochaine. Pour la Grèce les choses sont beaucoup plus sérieuses qu´on ne le pense. Tous ces endettements publics en danger d´explosion vont restreindre les investissements d´avenir et réduire dans leur lutte le pouvoir d´achat des citoyens…ainsi que leurs pensions ou leurs épargnes rongées par le chômage. Croire qu´ainsi ces pays vont joyeusement participer à une relance économique en Europe…hem, il faut être bien optimiste. Je crois plutôt que nous sommes bien assis sur une crise qui durera bien longtemps. Bien sûr il y aura des moments de soleil et de joie, mais en somme, les choses vont aller plutôt lentement à s´améliorer en espérant, et c´est ce qui est hilarant dans cette histoire, que les pays émergents progresse plus vite et en premier la Chine pour servir de moteur à une nouvelle croissance positive et forte. A mon sens à elle seule l´occident risque de marcher sur ses propres pieds avec un protectionnisme malsain si la crise continue et si les autres pays n´offrent pas d´exutoire à la pression sociale et économique qui, avec la durée de la crise, va l´empoigner. A la longue les gens vont bien se rendre compte qu´il y a quelque chose qui ne tourne pas rond et qu´on les a seulement parqué à la gare. Et si le train ne venait pas… ?

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance