Commentaire sur Facebook

 

L´Afrique et l´art de délaisser ou de détruire plutôt que celui de bâtir et développer…

 

Je ne sais pas si nous nous adressons aux mêmes personnes, ami Mpouma ; je ne parle pas des immigrés que j´estime pour la plupart être opportuniste, ce que je ne leur reproche pas : il faut bien se rappeler que Patrice Lumumba a été assassiné…et que d´autre part les immigrés sont venus en occident pour mieux vivre, pas pour défendre des gens qui avaient pris la mauvaise habitude d´élire des incapables ou des parvenus à leurs tête lesquels corrompaient les mœurs politiques de leurs pays, bradaient par ignorance ou par rapacité la logique du pouvoir et mettaient à mal l´avenir de leurs propres peuples.

Je parle plutôt de ceux qui savent que les choses doivent changer sinon nous allons tout droit à la catastrophe. On peut tout de même se demander, à titre tout à fait culturel, ce que les africains en général comprennent sous leur identité, leur culture, le sens de leur avenir ou même ce qu´ils comprenaient sous l´amour qu´ils avaient pour leurs enfants ou leur propre avenir, par exemple. Car il sort bien des yeux qu´avaler la culture étrangère, consommer ses produits…ce n´est pas nécessairement ce qui entretient ou protège les valeurs culturelles africaines ! Croire qu´on peut acheter le progrès est une illusion ; on peut acheter des besoins, des utilités, certes, mais derrière toute nation il y a bien une culture, des valeurs sociales, économiques, idéales qu´il faut entretenir !

Quant à l´amour, comment expliquer que depuis l´indépendance nous n´ayons pas encore relevé les colonialistes plus passionnément dans la création des écoles, dans l´éducation, la formation professionnelle de qualité pour répondre aux défis urgents qui étaient les nôtres ? Les belges semblaient avoir plus de cœur pour nos enfants que nous ne le prouvons nous-mêmes aujourd´hui ! Est-ce croyable et logique ? Je ne le pense pas. Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond chez nous…il faut le reconnaître. Ou allons-nous, comme Haïti vivoter pendant 206 ans à nous débattre avec nos propres fantômes et nos manquements dans une indépendance symbolique pour se rendre compte qu´on n´avait pas fait deux pas et qu´on était toujours aussi pauvre et aussi inconséquent que les plus pauvres de la terre lorsqu´un tremblement de terre connu nous dépouillait de nos derniers retranchements ?

Ces questions, je le sais, ne concernent que des gens qui se sentent concernés par les problèmes et l´avenir du continent africain. Beaucoup d´africains font semblant, ça je le sais aussi ; mais ceux qui se sentent encore liés à ce continent plus étroitement, ceux-là ont le droit de savoir de quoi il s´agit et au besoin comment on peut voir et faire les choses autrement.

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance