Commentaire sur facebook

 

Seule l´émancipation culturelle, mentale et intellectuelle ouvrant sur l´industrialisation et la production d´une liberté effective et accomplie…est véritable révolution.

 

"Travaillez, prenez de la peine, c´est le fonds qui manque le moins" Le laboureur et ses enfants. Fable de Lafontaine

Cher Jean Pierre Kaya, apparemment vous vous méprenez sur ma personne; contrairement à vous je suis un technicien de l´économie et mes avis sont bien connus sur le Net, par ailleurs je ne fais pas de discours vides sans savoir de quoi je parle. Il est bien facile de parler au gens de révolution sans savoir comment on va la financer...Révolutionnaire ? A quoi le voit-on que diable ? Je suis, pour ma part, d´avis qu´il faut cesser de faire avaler aux africains de fausses illusions en leur faisant croire qu´il suffit seulement de faire des discours ou d´assister á des rassemblements populaires pour que les choses changent par elles-mêmes ! Je suis surpris qu´aujourd´hui au 21ième siècle où l´emploi et le revenu ainsi que l´accumulation sociale et la créativité industrielle dominent le monde, les africains se laissent encore berner par de tels discours ! La plupart des africains qui sont venus en Europe n´y sont pas venus pour écouter des discours mais pour s´instruire s´ils le pouvaient, chercher des solutions à leurs problèmes en Afrique afin de mieux vivre demain !

Je sais ce qui vous dérange: c´est notamment que je me refuse à m´associer à vos amis ou jouer le crieur sur la place publique pour vous tous. Désolé, je considère que ce que je fais sur l´Internet libre est assez suffisant. Je connais mieux les gens qui sont autour de moi que vous, dirai-je, parce que je sais que les africains ont beaucoup de lacunes intellectuelles et techniques, et au lieu de s´en défaire ils se cachent tous derrière des slogans ou des activismes politiques bon marché qui n´ont conduit l´Afrique, jusqu´aujourd´hui, qu´à la catastrophe des élites incapables et bornées se laissant corrompre à tour de bras et aidant à piller les leurs alors qu´ils devaient les défendre et les promouvoir. De quelle sorte d´hommes êtes-vous dans tout cela en prétendant être révolutionnaire sans avoir soutenu une seule révolution réussie au monde, je ne le sais pas. Ce que je sais c´est ce que moi je suis et je n´aime pas les gens superficiels ou ceux qui n´ont pas pris la peine, après leurs études, d´aller au fond de leurs problèmes. J´espère vivement que ce n´est pas votre cas.

Pour moi, l´Afrique sans créer l´emploi et le revenu, mieux rationaliser et organiser efficacement la société civile et la doter de mécanismes critiques et réfléchis d´autoréalisation et de défense effectives de ses intérêts et de son avenir...sans tout cela les africains continueront, même s´ils écoutent vos cris de révolution, à vivoter dans l´histoire et souffrir de la faim et de la pauvreté. Nous nous trouvons devant un puissant occident qui est coriace, mieux organisé et plus riche et instruit que nous. Et au lieu de faire appel à nos meilleures intelligences pour nous sortir de nos déboires actuels, au lieu de renverser la vapeur et produire efficacement pour mieux nous épanouir et lutter effectivement contre le sous développement, nous nous contenterions d´écouter des discours de rassemblement et de révolution ? Hem, mon ami, je vous croyais plus averti...sans investir dans la production, dans la connaissance et la formation professionnelle conséquente et assidue, sans promouvoir l´imaginaire africain, l´émanciper et le sortir de son étroitesse pour le rendre plus créatif et innovateur qu´il n´est aujourd´hui ; comment voulez-vous financer et réaliser le développement ? Avec des discours et des appels aux rassemblements populistes ? Hem, je suis d´un autre avis...je suis persuadé que rien ne vient tout seul, même pas à coup de grands discours révolutionnaires. Il faut s´instruire, aiguiser l´esprit, parfaire l´art de résoudre des problèmes complexes, élever son sens esthétique et se doter d´un imaginaire créatif et ambitieux. Mais surtout il faut travailler, s´émanciper, innover et produire l´avenir et le bien-être au lieu d´attendre qu´il tombe du ciel ou de le recevoir des autres en versions écourtées.

Ce qui pose, bien sûr le problème du financement social. Arrivé à ce point crucial le bon sens et l´intelligence séparent la graine de l´ivraie; quant à moi je n´aime pas les gens qui négligent le principal quitte à faire beaucoup de fumée sur le subsidiaire. Nous sommes apparemment, vous et moi, bien différents, ce qui explique que vous fassiez des promesses aux gens et les incitiez à une quelconque révolution, moi par contre je leur demande seulement d´aiguiser leurs intelligences respectives et offrir à l´Afrique le meilleur d´eux-mêmes s´ils veulent que l´avenir de ce continent change. Notez, s´ils n´y arrivent pas, ce ne sont pas des cris vides de révolution ou des rassemblements d´ignorants plus moutons que créatifs qui vont changer le sort de notre continent ou son avenir, il n´y a que le travail bien fait et la volonté assidue de modernisation qui peut le faire. Ceci est ma profonde conviction. Désole si je ne vous suis pas aveuglement vous et vos amis, mais je suis non seulement méfiant, je suis aussi trop averti et intelligent pour jouer les sous fifres pour qui que ce soit.

Musengeshi Katata

„Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu“

 

Forum Réalisance