Commentaire sur Facebook

 

Une casserole sert à cuisiner, le repas appartient à celui qui l´a commandé, pas au cuisinier. 

 

P.E.Lumumba : « On nous avait appris à chanter les louanges de Dieu pour nous faire oublier que nous étions des hommes. »

  

Ne nous perdons pas en généralités inutiles; il faut voir le problème comme il est car si nous voulons changer les choses, et c´est notre intention, il nous faut savoir ce que nous attendons de nos élites et quelles sont les qualités requis...es autant ...pour exercer notre pouvoir que les buts et objectifs que ce pouvoir doit atteindre.

Pour des raisons historiques, culturelles et mêmes sociohistoriques dues á notre retard de développement, le pouvoir en Afrique s´exerce comme si c´était le peuple qui était au service du pouvoir; or c´est exactement l´inverse: c´est le pouvoir qui, légitimé et institutionnalisé qui représente et exerce les prérogatives votées par le peuple via son parlement. Ceci est très important, Magda, parce que si le pouvoir lève l´impôt et en Afrique vend les matières premières ou signe des contrats d´exploitations, si ce pouvoir, au lieu de remplir ses devoirs de promotion du peuple et celui de sa meilleure organisation afin justement que ce peuple se réalise mieux et paie, cela va de soi, plus d´impôt parce qu´il s´enrichit et que le volume de ses affaires augmente, jette l´argent par la fenêtre et se substitue, avec l´aide des étrangers et pour des raisons perverties, à la finalité du peuple, il y a bien sûr perversion et mystification du contenu et de la fonction du pouvoir.

Il nous faut donc, dans notre choix et la discussion du choix de valeur de nos élites, en tenir compte et choisir des gens qui ne se croient pas, aussitôt arrivés au pouvoir, qu´il sont tombés du ciel ! On se trouve bien en Afrique actuellement dans une conception moyenâgeuse de l´exercice du pouvoir alors que nous sommes au 21e siècle. Pourquoi cela est-il ainsi ? Pourquoi le pouvoir n´arrive-t-il pas à comprendre que son devoir est de construire des écoles, des universités et des écoles supérieures de qualité, de promouvoir la petite et moyenne entreprise, d´investir dans le développement effectif des facteurs fondamentaux du progrès ? Cela tient, comme je l´ai dit plus haut, à un retard évident de développement politique culturel. Au Moyen-âge occidental les rois prétendirent aussi abusivement qu´ils détenaient le pouvoir de Dieu...Ce qui est absolument faux parce que n´importe quel citoyen est un enfant de Dieu. Aujourd´hui en démocratie le pouvoir est exercé par le peuple et appartient au peuple. Les élites et représentants nommés ou élus au pouvoir n´exercent leurs prérogatives que dans l´intérêt du peuple et ses forces agissantes. Nous devons donc faire en sorte qu´au Congo cette mystification du pouvoir soit guérie et qu´on revienne à un sain exercice du pouvoir. Ce sont les hommes et les femmes qui ont compris cela que nous cherchons et que nous devons trouver dans notre sein sinon nous risquons longtemps de souffrir une malheureuse et cruelle inversion de l´exercice de la responsabilité du pouvoir.

 

Musengeshi Katata

„Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu“

 

Forum Réalisance