Facebook, Samstag, 19. März 2011 um 14:01

 

Kadhafi; un dictateur qui a décidément dépassé les bornes


"Vous avez cherché le débat, j´étais prêt à me débattre; maintenant que vous préférez la déroute, je vous la laisse" Charles de Gaule

Sans conteste, quand on voit ce que Kadhafi a atteint pour son pays, certains peuples et pays africains seraient fiers s´ils avaient le dixième de son palmarès social ! Mais alors on ne comprend pas pourquoi son peuple se révoltait contre lui...que s´est-il donc passé dans le Maghreb, que diable; les arabes seraient-ils tous devenus fous ? La crise économique y était enfin arrivée...et avec elle l´évidence collective que le peuple était employé à oeuvrer à quelque but culturel contrôlés; il n´était ni son propre maître, ni le propriétaire légitime de sa culture et de son avenir. le pétrole rendrait-il fou ? Le patron, le chef et celui qui décidait de tout, c´étaient Kadhafi et son clan. Or, le pétrole libyen, le pays et sa culture, à qui donc appartenaient-ils sinon au peuple libyen souverain ? Le peuple doit avoir le sentiment et la certitude de faire son histoire, d´exercer sa responsabilité envers lui-même et son avenir...il n´y a pas plus grand danger de révolte que celui provoqué par le sentiment de chosification et de dépendance face à sa propre culture, son bien-être, son avenir. Le but et le sens de l´existence et de l´histoire seraient-ils enfin compris en Afrique...du Nord ?

Le problème de la césure d´entre Kadhafi et son peuple ou celui qui a soulevé la révolte que Kadhafi tente aujourd´hui d´étouffer les graines à tout prix vient non seulement de l´arrogance du leader lui-même et de ses enfants et membres claniques au pouvoir, il vient aussi d´une énorme escroquerie financière de l´ordre de 150 milliards $ planqués en occident et déjà saisis en tout ou en partie par les occidentaux. De l´argent de poche, cela ? Pas du tout, cela représente, dans le système Kadhafi, les moyens financiers permettant, le moment opportun, de corrompre les gens autant étrangers que nationaux pour s´éterniser au pouvoir. Cet argent, dans une gestion sociale et économique respectueuse des intérêts nationaux, auraient pu être employé autrement, c´est certain. Au lieu de cela ils ont atterri sur des comptes étrangers appartenant au clan Kadhafi...150 milliards, ce n´est pas une bagatelle !

Certes Kadhafi a toujours commis l´erreur de narguer l´occident, ce qui lui vaut, aujourd´hui encore, l´admiration de bien de gens aveugles et de "combattants" douteux en Afrique et dans la diaspora lesquels sont autant aveuglés par leur revanchisme envers l´occident que par leur manque de jugement et de solide compréhension économique, mais l´occident avait bien pardonné à Kadhafi les attentats terroristes de la discothèque "La belle" à Berlin ainsi que celui en Hollande de Lockerbie en 1988. Le responsable de l´attentat de Lockerbie, libéré avant la fin de sa peine pour cancer en dernier stade, fut reçu comme un héros en Libye...si ce n´était pas un peu trop frondeur et arrogant de la part des officiel libyens ? Cette manière ouverte de célébrer le criminel...et puis cette manière méprisante de venir en Italie recommander aux hôtesses italiennes choisies parmi les plus belle...de se convertir à l´Islam !

Quand on est en sursis envers l´occident...on peut tout de même être plus discret. Mais ce n´était pas le fort de Kadhafi lequel menait une stricte guerre intérieure contre les intellectuels et critiques de son art de gouverner. Lorsqu´encouragé par les soulèvements en Egypte, en Tunisie, en Algérie et au Jemen, les libyens virent venir leur heure et se soulevèrent, Kadhafi commit l´erreur de tirer sur les manifestants afin d´écraser par la violence et le sang cette contestation. Par-là il tomba enfin dans le piège de sursis que lui avait tendu l´occident. Enfin en occident on avait toutes les raisons de se débarrasser de ce leader gênant et arrogant. Et il ne pourra jamais dire qu´on n´a pas fermé les yeux dans le passé sur ses bourdes. On se saisit de ses avoirs avec lesquelles on allait non seulement financer son débarras, mais aussi proposer plus tard des oeuvres de reconstruction aux populations libyennes. On faisait d´une pierre trois coups.

L´occident a une mémoire d´éléphant quand il s´agit de ses ennemis, de ses amis et de ses intérêts. Comment diable Kadhafi a-t-il pu croire un seul instant que l´occident ne l´attendrait pas au tournant ? Plutôt naïf malgré son intelligence ? Actuellement la machinerie occidentale se mettait en route...trop tard pour revenir en arrière. Cette fois-ci l´occident veut en finir avec ce cirque libyen qui n´a que trop longtemps duré. On entend déjà les cris des africains se plaignant et geignant...Or, il ne s´agit que de rétablir la légitimité du peuple, le droit aux droits humains et à la liberté d´expression en Libye. Kadhafi n´est pas la Libye; la Libye c´est le peuple, la culture et le pays libyen. Et si la Libye a un chef à l´avenir, celui-ci ne doit pas torturer les siens, les emprisonner injustement ou les assassiner parce qu´ils ont une autre opinion que lui. Un homme averti en vaut deux. On est tout de même surpris par ces africains qui jouissaient des bienfaits de la démocratie et des libertés en occident...et cependant, au lieu de défendre la démocratie et le respect des libertés chez eux en Afrique, acclamaient cependant tous les dictateurs fanfarons et incapables qui y émergeaient comme de la mauvaise herbe ?

Musengeshi Katata

„Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu“

 

Forum Réalisance