Sur la culture noire et la culture occidentale dominante

Commentaire internet

Le débat dans cette chambre d´opinion était si intéressant que je me permets d´y ajouter mon commentaire. La culture et les usages d´un peuple, autant que ses symboles et ses repères d´expression et de réalisation sociale, sont issus de son historicité, c´est à dire des usages et traditions pratiqués dans son histoire et légitimé par l´esprit qui le gouverne. Et le racisme, en est une des formes. Si quelqu´un me disait aujourd´hui qu´il ne faut pas généraliser, que la France n´est pas partout raciste, je lui dirai qu´il est borgne ou aveugle, et qu´il suffirait, chaque fois que la Marseillaise joue, d´aller dans l´histoire symbolisée par ce chant patriotique sanguinaire pour constater que lorsqu´en 1789, le français faisait sa révolution, pendant ce temps, il vendait et chassait les esclaves, et que la liberté, l´égalité ou la fraternité qu´on adopte en France, n´est qu´un slogan vide et prétentieux qui ne cache que trop de crimes et de sournoiseries. Faut-il ouvrir la page Internet  www.stop-francafrique.com pour déguster du contenu de ces mots ? Certes la France essaie de sortir de sa propre histoire, de vaincre le racisme et de devenir réellement multiculturel et humaniste. Mais une chose est de le vouloir, autre chose est de le réaliser; d´autant qu´il faut vaincre de vieux privilèges encroûtés, des sentiments ténébreux, méprisants et criminels qui ont fait la richesse de la France, autant que celle de l´Angleterre, de l´Amérique, de la hollande, de la Suisse...bref, du monde occidental tout entier. Et beaucoup de gens sous estiment cet iceberg qu´est le racisme; ce n´est que la pointe d´un épineux problème: celui de la domination économique, culturelle blanche sur le monde et précisément sur le monde noir au regard duquel cette race blanche se sent complexée et dépendante : en effet, depuis qu´on a découvert que l´homme noir était le premier être humain sur la terre, certaines choses s´expliquent, d´autres, pour la race blanche, deviennent pénibles. Ainsi, c´est l´homme noir, et c´est réellement le cas est la première créature de Dieu, Dieu doit être noir parce qu´on ne voit pas pourquoi il ferait des créatures contraires à son image. Par ailleurs, le fait que l´Afrique aie presque toutes les matières premières sur son sol, pourrait simplement dire que Dieu, dans sa magnanimité, lui a donné les provisions pour son long chemin existentiel. Ce n´est pas le cas pour l´homme blanc qui en dépend et par là même dépend de l´homme noir. Il n´y a en fait que l´homme noir pour n´avoir pas mené le syllogisme existentiel jusque là, et c´est bien dommage, parce que beaucoup de choses deviendraient claires et précises.

Beaucoup diront, dans le désarroi de la situation actuelle de l´Afrique : mais pourquoi sommes-nous dépendants de l´occident et pas l´inverse ? Mais parce que l´occident veut à tout prix instaurer cette dialectique d´inversion; il en va de sa survie. Si l´homme noir se séparait définitivement de lui, sa vie ne vaudrait pas un iota. Essayons ne fusse que pendant 5 ans, vous les verrez ramper et s´entretuer à qui mieux, mieux, comme au moyen-âge.

Pour en revenir au racisme comme tel, permettez-moi de faire une importante conclusion: tant que le monde blanc, ou la France ou tout autre pays du Pouvoir Blanc n´est pas arrivé à sortir de son passé, à émettre et imposer une culture universelle impersonnelle de race, de nationalité, de culture...de naissance ou d´intérêt, ce monde restera aux prises avec ses mensonges et ses complexes, et plutôt que d´encenser la liberté et la démocratie, comme ils le prétendent, ils ne nous réserveront qu´exploitations inhumaines et sournoises patronnées et chapeautées par le FMI ou la Banque Mondiale, ou l´invasion de l´Irak tout en parlant de défendre la liberté et la démocratie. Cela veut tout simplement dire, pour tous ceux qui l´on compris, que pour nous la lutte, la confrontation est inévitable, si nous ne voulons pas abandonner nos femmes et nos enfants à un vil destin. Il suffit de voir les nombreuses prostituées en Europe et à chaque buisson de France pour se rendre compte de la teneur du mal. Et pour citer celui que je considère comme le plus grand penseur africain: Franz Fanon qui disait dans "Peaux noires, masques blancs" : ne pas se laisser abuser par les grands discours.  MK