La fausse commisération

Sur la déclaration de Wolfowitz ce lundi 27 février 2006 à l´occasion de sa visite à la Haye : " L'Afrique doit être la première priorité de la Banque mondiale et je suis ravi de constater qu'il s'agit également d'une priorité des efforts en matière de développement des autorités néerlandaises "

Commentaire Réalisance sur Afrioo .com

Quand Wolfowitz dit cela, c´est à peine si l´Afrique ne devrait pas se rouler de rire sous notre beau soleil, parce que ce monsieur, c´est le bras droit de Georges Bush et le défenseur d´une politique économique et financière centraliste, proaméricaine et d´hégémonie occidentale totalitaire. Depuis que le monde entier réprimande l´occident pour sa politique scandaleuse envers l´Afrique, c´est le branle bas des fausses et sournoises intentions: on veut avec des concerts, des "relâchements" de dettes donner l´impression qu´on aide l´Afrique. Tony Blair ne s´exclamait-il pas: "Il faut aider l´Afrique!", pendant que le texan Georges Bush, lui, au retour de son périple africain, en novembre 2004 déclarait sur CNN: "L´Afrique est gouvernée par des incapables". A Bruxelles, dans la capitale de l´Union Européenne, on entend des cris de " Africa is back, Africa is back!"Tout cet activisme plutôt sournois et fourbe que sincère ne cache en réalité qu´une chose: le Pouvoir Blanc ne veut pas, au risque de perdre sa poule aux oeufs d´or, quitter son esprit colonial et raciste pour considérer l´Afrique comme un réel partenaire qui, lui aussi a des femmes et des enfants dont il doit défendre la vie et promouvoir l´avenir; bien au contraire on continue à entretenir des dictateurs bornés et asservis qui font croire au peuple que tout irait bien: il suffisait de faire de grosse prières au Dieu blanc chrétien, de vendre ses matières premières à vil prix et de se laisser exploiter par l´occident pour que tout aille bien. Alors ces maîtres blancs seraient disposés à nous aider. Mon Dieu, est-ce encore possible qu´au 21e siècle un tel manque de responsabilité sociohistorique soit encore possible? Après l´expérience de l´esclavage que les blancs firent chez nous la conscience tranquille pendant 400 ans, après la colonisation de 100 ans qui détruisit nos structures sociales et nous aliéna à un système de valeurs sociales qui ne nous réservaient que le rôle de serviteur, de livreur de matières premières humaines ou minérales? Et ces endettements forcés, ces achats de surplus industriels occidentaux qui ruinaient notre capitalisation, notre accumulation; tout cela personne ne l´avait compris? Ces gens, ce qu´ils veulent, c´est nous garder d´une façon ou d´une autre esclave. Comptez le nombre de sociétés ou d´investissements en Afrique et comparez-le avec les investissements occidentaux en chine ces 3 dernières années: vous serez effrayé; ces gens ont investi chez les soi disant communistes plus qu´il n´investiront jamais en Afrique en cent ans. Et ces barrières douanières qui nous empêchent de vendre chez eux pendant qu´ils nous obligent eux à acheter leurs excédents. Et ces prix de dumping américain du Coton, du Lait, du sucre qui noient notre agriculture et l´étouffent ? Conclusion? On nous mène en Bateau. C´est aussi simple que cela. Peut-être devrons-nous cesser de vendre nos matières premières à ces bandits, sortir de leur système économique et émettre chez nous une monnaie de développement basée sur notre propre avenir, notre propre réalisation.

Quand à disserter sur la corruption en Afrique ou à donner des leçons sur les moyens de combattre ce fléau, monsieur Wolfowitz devrait exercer plus de retenue et d´autocritique, peut-être a-t-il oublié l´affaire John Croft, un ancien collègue américain ou l´affaire du Crédit Lyonnais et l´Exclusiv Life dans laquelle un Jacques Chirac usa de beaucoup trop ouvertement de son influence, le scandale d´Emron qui mit en lumière les douteuses tribulations de l´université Harvard et les pots de vin aux politiciens américains , celui de WV et  de mercedes en Allemagne. Pour l´Italie, n´en parlons pas, son président Berlusconi sentait le renfermé juridique à s´y méprendre.

La corruption est aussi en Amérique et en Europe, croire qu´elle n´est qu´en Afrique est mesquin. Par ailleurs, ce sont les occidentaux qui, pour avoir accès aux matières premières et aux achats gouvernementaux d´armes corrompent, organisent et entretiennent la corruption sur ce continent en permettant, comme le cas évident de la francafrique, d´honorer les politiciens africains de tantièmes payés en suisse et ailleurs.

L´étranglement économique et financier scandaleux pratique par l´occident envers l´Afrique est une des causes principales de la corruption qui y sévit. Si l´occident cessait de considérer ce continent comme une terre de viol, de vol et de basses intrigues, et si il y investissait plutôt que la mépriser et de l´empêcher de vendre ses produits, ce mal disparaîtrait pour perdre de son acuité, car un sain développement social donnerait à tous un revenu régulier et intéressé.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com