Le parlement européen et la cocaïne

Rfi du 28.10.2005 (MFI) Les journalistes d’une chaîne privée de la télévision allemande ont mené une enquête un peu particulière, dans les toilettes du Parlement européen. Les échantillons prélevés ont été analysés par l’Institut de Recherche biomedical et pharmaceutique de Nüremberg. Quarante-et-un sanitaires sur les 46 examinés ont révélé des traces de cocaïne, jusque dans les toilettes voisines de la salle des séances pleinières. En 2000, la chaîne avait déjà trouvé des traces de cette drogue au Parlement allemand dans 22 des 26 toilettes des députés. Suivant l’exemple de leurs confrères, les reporters britanniques n’ont découvert des traces de cocaïne « que » dans 4 des 22 toilettes de leurs parlementaires. Mais, dans tous les cas, il fut impossible de savoir qui étaient les utilisateurs de la drogue : députés, employés des institutions, ou public. Le Parlement européen a accueilli la nouvelle en soulignant l’illégalité de l’enquête.

Dans la chambre du Hazy-Spirit-Forum :

15 juillet 2005. Des traces de cocaïne ont été découvertes au parlement Européen,

lors d’une enquête menée par l’une des plus grosses chaînes de télévision allemande. Les reporters de Sat-1 ont rapporté 46 échantillons prélevés dans les toilettes et autres lieux publics des bâtiments de Bruxelles. Pratiquement tous ont révélé la présence de cocaïne. Une porte-parole du parlement a affirmé que l’usage de cocaïne n’était pas un problème connu dans le personnel travaillant sur place.

Un scientifique ayant analysé les échantillons a dit pour sa part que les quantités trouvées étaient trop importantes pour avoir être tombées accidentellement de vêtements ayant été en contact avec la substance. ” C’est simplement le signe que la cocaïne a été amenée à l’intérieur des bâtiments“, selon le professeur Fritz Sorgel de l’Institut pour la recherche biomédicale et pharmaceutique de Nuremberg, répondant aux questions de la BBC. (…) Il a remarqué pourtant que ces résultats n’étaient pas surprenants, étant donné l’usage répandu de la cocaïne dans la société en général. Les bâtiments étant nettoyés régulièrement, il en découle que la cocaïne avait été consommée récemment dans les endroits où des traces avaient été trouvées, selon M. Sorgel. (…) Le parlement pourrait examiner la légalité des tests, réalisés sans son consentement ou sa connaissance. (…) Le responsable de la chaîne Sat-1 avait mené la même enquête au parlement allemand cinq ans auparavant, avec des résultats similaires.
Ganesh

____________________________

NOTES DE NOVOPRESS SUISSE : on savait que nos élites avaient tendance à nous prendre pour des drogués, à qui on peut tout faire avaler du moment que leurs accoutumances sont satisfaites. Voilà qui confirme que nous sommes également dirigés par des junkies. Lu sur http://news.bbc.co.uk/2/hi/europe/4685693.stm

La presse allemande de boulevard, titra le lendemain, en plein été :

« Schnee über Europa ! » et « Hilfe, unsere Vertreter im europäische Parlament kiffen ordentlich !?! »

Commentaire Réalisance

Et  soudain personne n´était là pour avouer : « Oui, c´est moi ! » ou encore en acte collectif et solidaire : « Oui, nous sommes de ceux-là…mea culpa, mea maxima culpa ; nous allons de ce pas en thérapie, c´est promis. »

Rien de tout cela. C´est illégal, cette enquête, entendit-on dire, et encore qu´est-ce que cela prouvait ? Tiens, et lorsque Fiona Black chantait sans cocaïne devant le siège de l´Union Européenne : « No dumping no cry » pour protester contre la tragédie organisée par l´union européenne de l´abattement de l´élevage jamaïcain avec le lait subventionné vendu à vil prix par Nestlé, personne ne vint lui rendre justice ; bien au contraire, deux jours plus tard, dans toute la communauté de l´Union, on lança un spot publicitaire avec le message : « L´union Européenne défend vos intérêts et ceux des générations futures ».

La question était comment elle le faisait et avec quelles méthodes. Et pour prendre le cas de l´Afrique : les méthodes étaient des plus flibustières et s´apparentait plus au colonialiste escroc et hégémoniste qu´à une communauté de nations qui avaient pris conscience qu´elles n´étaient pas seule au monde et qu´elles devaient, en toute équité, aussi permettre aux africains de vendre sur leur territoire, de se développer librement autrement qu´en vivant de l´aide dont on sait que 80% restaient en Europe sous la rubrique : frais de personnel et de fonctionnement. Mais les pauvres, eux devaient rembourser à 100% ! En se laissant imposer toutes les bricoles inutiles et luxueuses et les conditions de baisse de barrières douanières.

Et pendant que des femmes et des enfants souffraient du manque de moyens existentiels les plus élémentaires, on contraignait leurs élites corrompues à faire des guerres sans but, pour vendre armes et équipements militaires, pendant qu´on leur enlevait leurs richesses minières et qu´on les obligeait à cultiver le thé, le café, le cacao, le coton qu´ils ne vendraient qu´à des prix dérisoires…s´il voulaient survivre. On se saisissait de leurs monnaie, leurs revenus jusqu´à 65% sous prétexte de les garantir dans le système monétaire international qui, lui, représentait leur wenprisonnement et leur étouffement. Incroyable!

Lorsqu´on apprenait que ces messieurs (pas tous, mais comme la fable le dit : mais tous étaient frappés…) en cols blancs se sniffaient, ô seigneur tout puissant, on se demandait si ces gens n´étaient pas tout simplement des gens ordinaires, des produits de leurs sociétés en décadence qui, pour supporter leurs propres cochonneries, devait s´envoyer en l´air ; ou encore c´étaient (pas tous, bien sûr ; mais vous connaissez la suite…) des inconscients qu´on ferait bien de livrer aux cures de désintoxications le plus vite que possible afin de libérer la raison enneigée qui obstruait leurs jugements éthique et moral de coexistence existentielle pacifique.

Le pouvoir, si quelques uns, dans cette neige artificielle, en ont perdu la portée et le contenu, n´a pas seulement pour but de projeter, d´organiser et de défendre ses propres intérêts, mais aussi de les placer et de les valoriser dans une grandeur universelle d´intérêts qui respecte aussi les aspirations légitimes, effectives et réelles des autres. Et contrairement à ce que beaucoup d´esprits étroits pensent ou même défendent dans leur cécité, le parlement européen est bien une institution du droit international, ce qui veut dire qu´elle se doit, dans ses décisions et ses intentions, de faire respecter et défendre des valeurs qui dans leur contenus et leurs portées, ne portent pas préjudice aux intérêts légitimes des autres membres de la communauté internationale. Car il est vrai et logique qu´elle ne peut exiger des autres d´un droit ou de privilèges qu´elle-même ne leur reconnaîtrait pas.

Mais du coup, sous cette épineuse révélation, beaucoup se demandent si l´Europe ne doit pas à ces quelques blanches brebis égarées en haute maison parlementaire européenne une politique de trop large tolérance du totalitarisme américain auquel nous devons le bris du droit des gens par le bombardement et l´envahissement de l´Irak, une chasse aux sorcières du terrorisme international qui employait des méthodes d´enlèvement, d´audition, d´enfermement décriées et médiévales qui déshonorait le droit, l´éthique et la morale humaine à Guantanamo, à Abu Ghraib et transformaient honteusement les aéroports européens en stations de relais pour commandos d´agents de la CIA traînant et emportant des victimes innocentes vers des centres non moins européens de torture ?

Ou cette crise de croissance couverte du chômage inconvenant et déshonorant de l´ère industrielle hautement, mais peut-être aussi exagérément mécanisée, de dettes publiques insolentes et dangereuses en tapis de neige dont les effets par trop sous estimés sur le contenu et valeur de la démocratie comme valeur collective, mais aussi comme patrimoine individuel, élevait, dans tous les ménages éprouvés, des drames psychiques déchirants ?

Et cette Afrique que l´Europe a, depuis 600 ans mis à mal par l´esclavage pendant 400 ans, la colonisation prétentieuse et malhabile pendant 100 ans, et à laquelle aujourd´hui, par des décisions politiques, par des entremises économiques, financières, on faisait un préjudice grandissant en la repoussant vilement à la misère et à la dépendance la plus injurieuse ?

L´hiver se serait-elle installée définitivement sur l´idéal social européen ?

La neige, on le sait, est bien belle ; ses flocons légers et folâtres ne sont supportables que s´il ne neige pas à longueur de journées, de semaines ; car dans ce cas, elle n´est plus que bris d´os, empêchement, inconvenance. Vivement le soleil, l´été, le travail pour tous et une liberté et une démocratie qui vaut la peine qu´on s´en réclame.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com