Une coutume islamique immonde:

L´excision des filles en Afrique

Pourquoi l’excision perdure-t-elle ?

L’excision des filles est un exemple de primitivisme occulte et dangereux pour l’Afrique, parce que dans sa monstruosité et son maintien, il dénonce non seulement le phallocentrisme criminel et borné, mais aussi, que si cette tradition musulmane perdure, prouve que l’Afrique musulmane qui pratique cette immonde atteinte à l´intégrité de la femme, qu´elle est restée, dans son évolution sociohistorique, demeurée. Et ce jugement est fondé pour une religion bornée, dont les mullahs et les imams, au lieu de s’instruire et de s’émanciper à la mécanique, à l’électronique ou autres, se contentent de régner sur les fesses de leurs femmes avec une brutalité et un violence qui défie la raison, l’amour, et même le simple respect de l’intégrité individuelle. Le pire est que ce sont les femmes qui incitent et perpétuent ce mal à leurs filles avec une étonnante sournoiserie : " pourquoi ma fille aurait-elle droit à plus de joie sexuelle que moi ?" Alors on se cache derrière la tradition et on fait sien de l’immonde usage imposé par les anciens pèlerins de la Mecque. Une véritable honte. Et sans être extrémiste, il y a des moments où je pense que les 1000 ans d’esclavage et de destruction culturelle que nous a légué cette maudite religion qu’est l’islam devraient être abolies. Mais comment faire si les hommes s’accrochent aux djellabas musulmanes comme si leurs vies en dépendaient. Et c’est tout le drame de l’Afrique : s’accrocher à des traditions rétrogrades et pourrissantes qui l’empêchent d’aller de l’avant, d’épanouir et de développer des nouvelles forces de progrès. Elle devra pourtant choisir entre la soumission, le primitivisme du passé, et la liberté et le modernisme conscient, responsable. Car l’avenir, lui, n’attend pas ; il dicte ses conditions draconiennes d’émancipation et d’instruction liés à la créativité et à la réalisation. Celui qui ne sait pas les comprendre est né et restera esclave du passé et serviteur dans l’avenir.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu.

Note: « Le Prophète a dit que s’il faut exciser les filles, il faut faire attention. Mais lui-même n’a jamais fait exciser ses filles. Il n’y a rien dans le Coran qui impose l’excision ». C’est ce qu’explique l’imam sénégalais N’Diaye, Secrétaire général de l’Association nationale des imams et oulémas du Sénégal (Anios) aux foules qui justifient cette coutume en se basant sur le Coran.

Réflexion

N´est-ce pas étonnant que le sage prophète Mohammed si vanté par les islamiste et les extrémistes du coran prédisait cette immonde ablation pour les enfants des autres, mais se réserva de prêter ses propres filles à cette coutume ! Quand on entend des illuminés chanter les louanges du coran...ou en prendre plein la bouche pour oser prétendre que cette religion est la meilleure du monde! Il faut craindre que la raison, chez les musulmans, ne soit tombée bien bas. Ou aveuglé par les cris larmoyant du muezzin, plus personne ne pense logiquement. MK

munkodinkonko@aol.com