Oprah Windfrey a tenu promesse et ouvert une école pour fille en Afrique du Sud

La main et le cœur qui aiment

« Instruire, éduquer une femme, c´est donner à toute nation de belles ailes avec lesquelles ses enfants pourront voler vers l´avenir »

Oui, ce n´est plus un simple projet ; cela est devenu réalité : Oprah Windfrey Leadership Academy for Girls au Sud de Johannesburg. Entreprise en 2002, cette école, lorsqu´elle sera complètement terminée, coûtera 40 millions $ et pourra instruire 450 étudiantes. Actuellement, sa capacité est de 150 étudiantes. Son campus et ses utilités sont du plus grand confort et répondent au exig3ences didactiques modernes: ordinateurs, bibliothèques, larges salle de séjour et d´études. 

Incontestablement, cet investissement dans la femme africaine de demain est un geste d´une valeur morale et éthique sans pareille à plus d´un point : parce qu´au lieu de distribuer des denrées alimentaires, des vêtements ou autres articles de consommation, ce don est allé toucher le nerf du problème en Afrique en investissant dans l´imaginaire de la mère, de la femme noire sud africaine qui aura l´avantage d´en profiter sans être empêchée ni par la misère, ni par les effets tardifs de la discrimination. Un coup au cœur, parce qu´il témoigne d´une conscience humaine tenant compte que l´avenir ne peut se faire qu´en attisant et développant la créativité intellectuelle, surtout celle de la femme qui connaît en société sous développée un sort abandonné. Une erreur monumentale quand on sait que le niveau intellectuel de la mère influe toujours positivement sur celui des enfants. Et n´importe quel homme, n´importe quel enfant a été élevé par une mère.

Nous ne saurions combien honorer le geste d´Oprah Windfrey autrement qu´en la remerciant vivement. Chaleureusement. Et même si certains se mettent à discuter ou même à en vouloir à ce cadeau ; en Afrique du Sud, à mon avis, il est absolument le bien venu et un signe qui, espérons-le ouvrira les yeux à certains potentats africains et fera réfléchir les sociétés et leurs individus pris au piège de la pauvreté et du sous développement. En cette place, et au nom de la femme moderne et consciente de ses responsabilités, mais aussi de ses exigences dans toute société humaine ; encore une fois merci du plus profond de nos cœurs parce que, sans le moindre doute, cette femme aime l´avenir africain.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

munkodinkonko@aol.com