Les poulains africains de la francafrique, et cela suite à notre incessant combat, se rebiffent contre leurs maîtres en refusant de souscrire aux APE.

Les africains se réveilleraient-ils ?

"Sitting at the table doesn´t make you a dinner, unless you eat some what´s on that plate" !  Malcolm X

Source : http://www.afrology.com/presse/euroaf_121207.html

Quelques citations importantes de cet article :

Particulièrement virulent aussi, le président sénégalais, Abdoulaye Wade a déclaré que la plupart des dirigeants africains rejetaient ces propositions car elles ne sont pas "dans l’intérêt de l’Afrique". Thabo Mbeki a noté également pour sa part que ces accords ‘ne contribuent pas au développement des pays de l’ACP, ni à lutter contre la misère". Alpha Oumar Konare, le président de la Commission de l’union africaine a déclaré que l’UE devait abandonner "son approche coloniale" soulignant que les richesses de l’Afrique doivent être payées "à un juste prix".

"L’Afrique ne saurait être ni une chasse gardée ni un nouveau territoire à conquérir", a souligné Konaré, en dressant la longue liste des sommets que le continent a tenus depuis un an avec la Chine, l’Amérique du Sud, l’Inde, le Japon, la Turquie ou l’Organisation des Etats américains. "L’Europe a perdu la bataille de la compétition en Afrique", a même estimé le président Wade, faisant valoir que les produits européens étaient trop chers et leur administration trop lourde.

Un soutien inattendu aux Africains est venu de l’ancien président Jacques Chirac, en visite au Sénégal pour promouvoir sa nouvelle fondation pour le développement durable et le dialogue de cultures. "Je crois que les APE proposés par Bruxelles (l’Union européenne) négligent une partie des réalités économiques africaines", a déclaré Jacques Chirac dans un entretien au quotidien pro-gouvernemental Le Soleil publié mardi.

"On ne peut pas laisser menacer les rares industries nationales et réduire les recettes fiscales des Etats. On ne peut pas assister à un déferlement des produits européens en Afrique sans réelle contrepartie, si ce n’est pour quelques filières réduites comme l’exportation de fleurs vers l’Europe", a estimé l’ancien président français. L’ex-président français a par ailleurs qualifié de "chose positive" la présence "de plus en plus importante" de la Chine en Afrique. "C’est bon pour l’Afrique, qui bénéficie d’investissements nouveaux. C’est bon pour la Chine. C’est bon pour l’Europe que la concurrence stimule", a dit Jacques Chirac, qui a dirigé la France pendant 12 ans, de 1995 à 2007.

Commentaire Réalisance

On comprend tout de suite qu´alarmé, en mal de finance et de crédibilité politique, le secrétaire d´Etat français Jean Marie Bockel prétende signer l´enterrement de la francafrique. Réaction plus tapageuse et opportuniste que réellement fondée sur une volonté de changement. On essayait seulement de gagner du terrain et du temps quand, pendant 600 ans on n´avait rien fait d´autre que de mépriser et chosifier vilement les africains.

La Chine, notre incessant combat économique logique ont ouvert les yeux aux africains de la francafrique en les mettant devant leurs responsabilités. Et c´était de notre devoir de démystifier les élites incapables et corrompues de l´Afrique en les confondant autant avec leurs pénibles résultats qu´avec la logique criminelle de leurs basses soumissions. On ne peut en effet parler d´amitié, de coopération, d´aide au développement assis à la table occidentale pendant que ceux-ci, et cela depuis des siècles, torpillaient et sabordaient les droits, les libertés et les intérêts de leurs soit disant partenaires ! Celui ou ceux qui s´étaient prêtés à cette honteuse traîtrise avaient, et c´est le moins qu´on puisse dire, manqué aux devoirs de protection des leurs en participant ouvertement à leur assassinat.

Malcolm X disait  ô combien à raison : "Sitting at the table doesn´t make you a dinner, unless you eat some what´s on that plate" ! En clair: être assis à la table occidentale garnie ne fait pas de nous des dîneurs, à moins que nous mangions aussi ce qui emplit les plats. Et ce n´est pas seulement par la consommation des résultats comme l´élite africaine corrompue et dévoyée l´avait fait depuis qu´elle avait repris la place du colonisateur, mais aussi dans les processus et les moyens de réalisation. Car, et je le répète toujours à qui veut l´entendre, que c´est depuis 600 ans que nous livrons à nos corps défendant notre force de travail, nos matières premières à cet occident hier esclavagiste, aujourd´hui francafricain et néocolonialiste invétéré. Et ce faisant, cependant, cette culture faisait tout pour ruiner et abattre notre avenir, à moins que nous ne restions ses esclaves de travail et de consommation de ses produits. A la fin, on se demandait : sont ils à ce point aveugles ou sont-ils tout simplement primitifs et méchants ? Tonnerre ! Personne n´avait entendu les cris de nos femmes et de nos enfants ni pendant 450 ans d´esclavage, ni aujourd´hui sous l´immonde et criminelle francafrique ?

Depuis la décolonisation des années ´60, et dès que l´occident eut décapité l´Afrique de ses vrais leaders, ceux des africains que l´occident toléra courbèrent l´échine pour survivre, cependant que leurs peuples, eux, étaient menés à l´échafaud économique, financier et culturel. Et maintenant que nous nous révoltons, que nous confondons autant l´occident que les africains renégats avec leurs méfaits et leurs logiques criminelle pour toute liberté réelle et toute démocratie humaine digne de ce nom, c´est le grand branle bas. Mentir et assassiner l´espoir et l´avenir des nôtres, ces gens l´ont toujours fait ; que peuvent-ils donc inventer aujourd´hui de nouveau ? Oui, de quel genre de partenariat s´agit-il réellement aujourd´hui ?

N´est-ce pas un Sarkozy qui prétendait avant son élection à la présidence de l´Etat français qu´il ne savait rien d´une francafrique ? Alors on est bien surpris que son secrétaire d´Etat jean Marie Bockel aille, dans la bonne tradition des chasses aux sorcières, lutter contre la francafrique et vouloir signer son enterrement ! L´art de mentir devant l´impasse sans issue, tout simplement. L´embarras. On avait crû que l´intellectuel africain ne trouverait jamais la dialectique nécessaire pour le sortir de son gouffre ; après tout, on avait soigneusement veillé par l´instruction, l´influence culturelle occidentale dominante à ce qu´il n´en aie pas les moyens. Et maintenant ? C´est tout simplement la débâcle la plus cuisante qui soit, parce que ces malfaçons foncièrement criminelles pratiquées et entretenues depuis des siècles sont difficiles à cacher ou à faire avaler à ses propres enfants et son opinion publique qu´on avait toujours abreuvé de la grandeur, de l´humanisme et de la générosité de leur culture.

D´autre part, crier à qui voulait l´entendre qu´on défendait des Etats de Droit en privant sciemment ces droits aux autres peuples et cultures, ou encore chanter et réciter de la démocratie et de la liberté quand on veillait sournoisement à les refuser aux africains…avait-on encore le courage et la fierté de se regarder dans un miroir et de dire : je suis un être humain civilisé pour lequel la liberté et la démocratie sont des valeurs humaines légitimes ? La civilisation, après tout, qu´était-ce donc ?

Massacres et escroqueries criminelles à longueur de siècles ? Pourquoi ces injustices seraient-elles tolérables et normales ; parce qu´on est blanc ? Eh bien…si ce n´est pas du racisme et de la discrimination raciale !

Honorés lecteurs, que vous soyez africains ou pas, cela importe peu. A la fin, nous sommes tous citoyens du même monde ; tous nous n´avons qu´une vie, et tous nous aspirons au bien être et à la liberté. Ce qui me révolte, et avec moi tous les africains, c´est que l´occident continue, au 21ième siècle, à entretenir une philosophie politique de la plus cruelle augure envers les africains. Et parfois je me demande : où sont donc ces intellectuels occidentaux avec lesquels nous avions tous faits nos études, avec lesquels nous avions appris et discuté ensemble des mêmes valeurs existentielles ?

Envolés ! A part quelque rares (mais combien précieux) amis qui s´étaient élevés en combattants, comme François-Xavier Verschave par exemple, ils se cachaient pratiquement tous derrière le système d´exploitation et de domination occidentale envers l´Afrique. Curieuse intellectualité ! Faut-il vraiment croire que l´intellectualité occidentale, devant l´appauvrissement, les visibles ecroqueries financières et économiques envers l´Afrique resta sans le moindre avis, sans le moindre réaction ? Hem...tout le monde sait que ce sont les hauts cadres universitaires occidentaux qui accouchaient ces stratégies monstrueuses avec lesquelles on pillait, on avilissait et on affamait les africains; et cependant, restait-il un brin, un souffle d´honnêteté et de fierté humaine à ces sbires du système ? Pas de morale ou d´éthique de valeurs humaines ? Dangereux. Et plutôt inquiétant, cela, pour la fierté de la culture occidentale. Et surtout pour son humanisme et son échelle de valeurs. C´est à souhaiter que la Chine vienne rapidement reprendre la place de tout l´occident, parce que celui-ci avait cessé d´offrir au monde des valeurs pures et nobles. Tout ce que cette culture faisait actuellement, c´est tromper et illusionner. En elle-même, cette culture avait perdu le droit de gouverner ou de veiller sur les valeurs ou les intérêts communs du monde libre. 

N´est-on pas surpris par la sournoiserie d´un Jacques Chirac qui aujourd´hui court l´Afrique pour essayer d´endormir encore une fois l´africain avec une aide au développement bouffonne dont on savait, et cela depuis des décennies, que son seul véritable but était de tromper les apparences et d´asservir les africains en les déroutant de leurs nécessités et de leurs obligations. Cet homme avait été président pendant 12 ans de l´Etat français qui est au cœur de la francafrique ; pendant tout ce temps, il n´a rien fait pour changer les choses. Bien au contraire, il les a empiré. Aujourd´hui revenu à la simple citoyenneté il deviendrait un génie ? Qui voulait nous faire avaler cette grossièreté ? Les temps ont changé, bien changé, monsieur Chirac…

Cette histoire du muezzin Chirac parcourant l´Afrique pour annoncer le prochain ramadan ressemble à s´y méprendre à celle d´un Bill Clinton qui se refusa, pendant qu´il était président des Etats-Unis, à aider les malades du sida en Afrique. Mais aussitôt libéré de ses fonctions, il s´acharna, moyennant pompeux honoraires, naturellement, à obtenir la cession de licence de production des produits du sida en Afrique. Avec une consonnante que beaucoup d´africains ne connaissaient: les essais pharmaceutiques de médicaments nouveaux ont augmenté dangereusement partout en Afrique. Au cameroun, notamment. Avec la bénédiction et la complicité de gouvernements africains, bien entendu. Un africain doit toujours payer le prix le plus fort, même quand depuis des siècles il n´a fait que cela.

Pour finir, chers lecteurs, permettez-moi de vous demander de quitter votre passivité et de défendre des valeurs qui ne sont pas seulement africaines mais bien universelles. Il est probable que celles qui nous ont été inculquées soient fausses, dépassés ou insuffisantes aujourd´hui à répondre aux exigences de notre temps. Ce n´est que lorsque beaucoup d´entre nous auront réellement compris ce dont il s´agit, qu´ils seraient prêts à défendre une philosophie humaine qui ne tolère pas qu´on préjudicie sciemment, qu´on assassine ou affame des siècles durant des femmes et des enfants en prétendant grassement de la liberté et de la démocratie, que les choses changeront rapidement. Un peu plus de justice, d´honnêteté et de grandeur morale et éthique nous ferait à tous grand bien.

Musengeshi Katata

Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu

Forum Réalisance